Monument du centenaire de la réunion à la France,
Nice, Alpes-Maritimes

Elevé dans le 4e quart du XIXe siècle, le monument commémore le centenaire du premier rattachement du comté de Nice à la France pendant la période révolutionnaire.
La ville lance en 1892 un concours national dont les lauréats sont deux artistes en vue : l'architecte niçois Jules Febvre (1859-1934) et le sculpteur André Allar (1845-1926) résidant à Paris.

Le choix de l'emplacement se porte sur un jardin public au-dessus du Paillon. Visible de loin en raison de sa hauteur, le monument a une fonction réelle de balise urbaine. Il comporte un soubassement et un obélisque en pierre, enrichis d'un groupe sculpté en marbre figurant la France accueillant Nice, d'un bas-relief évoquant allégoriquement la Méditerranée et d'une statue sommitale de Victoire ailée en bronze. Réalisé en 1894-1895, il est inauguré le 4 mars 1896 en présence du président de la République Félix Faure.
Si l'iconographie du groupe sculpté n'est pas très originale, en revanche celle du bas-relief évoquant la Méditerranée apporte un ancrage régional.
L'importance historique de l'événement commémoré est par ailleurs indéniable. Le caractère monumental de l'édicule, sa situation remarquable, la notoriété des auteurs, la qualité de la sculpture s'ajoutent à ce premier critère pour justifier une protection.

Protection - (cad. KT 79) : inscription par arrêté du 23 juillet 2009.