Hôtel Riviera Palace (ancien),
Menton, Alpes-Maritimes

Créé par l'hôtelier suisse Joseph-Arthème Widmer, le Riviera Palace fut construit en 1897 par l'architecte local Abel Glena, puis agrandi par son collaborateur Alfred Marsang en 1910. Le peintre mentonnais Guillaume Cerutti-Maori y réalisa un important programme décoratif : frise continue courant en partie haute des trois façades principales et décor couvrant au rez-de-chaussée de l'hôtel. Entouré d'un parc de 14h., le Riviera, avec ses 250 chambres, était le plus monumental et le plus remarquable palace de Menton. Après quelques brillantes saisons dans la période de l'Entre-deux-guerres, il connut après la Deuxième Guerre mondiale un lent déclin jusqu'à sa fermeture en 1958 ; il fut alors vendu en appartements.

L'hôtel se compose d'un grand corps de bâtiment central de plan rectangulaire correspondant à l'emprise originelle de l'établissement, auquel fut ajoutée une monumentale aile ouest de plan incurvé avec corps bas en rotonde. Au-dessus d'un haut soubassement englobant rez-de-chaussée surélevé et entresol, il comptait six étages de chambres. Les façades, d'un éclectisme élégant, sont animées en partie basse par la marquise d'entrée encadrée par deux vérandas et par les rotondes des anciennes pièces de réception ; en partie haute par les décrochements de travées d'oriels et par le puissant couronnement avec pavillons à deux niveaux de loggias. Le décor d'architecture est emprunté au répertoire néo-classique ; il est complété par une frise peinte dans la tradition italienne, qui représente, sur fond de feuillages Art-nouveau, les blasons des pays d'origine des hivernants. A l'intérieur, seules les distributions ont été conservées avec la remarquable séquence ornementale du grand hall et du grand escalier.
L'ensemble des dépendances ajoutées en 1910, puis en 1930, ont également été transformées en appartements, dont une grande salle de spectacle.
De l'ancien parc demeure le jardin au-devant de l'hôtel, qui, mêlant essences indigènes et exotiques, a conservé ses cheminements et son mobilier en rocaille.


Inscription des façades et toitures de lĠancien hôtel, du bâtiment des anciennes buanderies, du bâtiment des citernes et du jardin (cad. BI 343) par arrêté du 17 octobre 2011
Inscription du hall dĠentrée et du grand salon avec leur décor au rez-de-chaussée, de lĠescalier en marbre et du salon de musique (cad. BI 343) par arrêté du 28 décembre 1979