Chapelle Saint-Pierre ou chapelle des Pénitents Noirs,
Lucéram, Alpes-Maritimes

La chapelle Saint-Pierre de Lucéram s'élève à l'entrée du village, dans un faubourg d'origine médiévale développé de l'autre côté de la rivière Paillon, en contrebas du bourg. Elle succède à un édifice plus ancien dont subsistent des vestiges. C'était la chapelle des Pénitents Noirs, l'une des deux confréries locales, créée en 1558. Devenue trop exiguë pour accueillir les fidèles, elle fut agrandie ou plutôt totalement reconstruite en 1780, sur les plans d'un certain Gioffredo.

De proportions modestes, l'édifice est remarquable par son parti de plan : dans un bâtiment rectangulaire fort simple, qu'anime cependant une façade au tracé sinusoïdal couronnée d'un fronton, s'inscrivent une nef en ellipse couverte d'une coupole circulaire et une abside demi-circulaire voûtée en cul-de-four, flanquée de deux sacristies voûtées d'arêtes. A droite du choeur, dans oeuvre, un clocher est coiffé d'un petit dôme à l'impériale en tuiles écailles vernissées.
A l'intérieur la chapelle offre un décor peint néoclassique assez tardif (1847) couvrant l'ensemble des voûtes et des parties hautes. Il associe des caissons en trompe-l'oeil, une Vierge de l'Assomption, des agneaux crucifères et des éléments végétaux stylisés. Quelques éléments de mobilier en stuc complètent l'aménagement, mais le panneau peint figurant les saints Pierre et Paul, classé monument historique en 1918, est aujourd'hui présenté dans l'église paroissiale.

Exemple tardif d'un "baroque de montagne", cette chapelle s'inscrit dans un courant architectural inspiré des grandes créations italiennes, dont la chapelle des Pénitents Blancs de Levens offre un exemple voisin.