Monument à Léon Chiris,
Grasse, Alpes-Maritimes

Le monument à Léon Chiris (1839-1900) commémore la vie et l'action d'un grand industriel de la parfumerie grassoise. Egalement homme politique, député puis sénateur, il fut un grand bienfaiteur de sa ville. Par délibération du 19 novembre 1912, le Conseil Municipal de Grasse décida d'ériger ce monument en faisant appel à la souscription publique. L'inauguration eut lieu le 29 mars 1914.
L'architecte est Léon Le Bel (1883-1968) qui est très actif dans le domaine de la parfumerie. Il construit notamment l'usine Charabot et la villa des Chiris. Le sculpteur, Louis Maubert (1875-1949), est un toulonnais auteur de plusieurs monuments aux morts (Nice, statue de Gambetta et monument à la reine Victoria à Cimiez).
Le monument Chiris occupe une position dominante à la limite de la vieille ville perchée et des nouveaux quartiers où se développent les nouvelles usines de parfumerie. Le buste du grand homme trouve place au sommet d'un piédestal. Il est accompagné d'un groupe allégorique : une vieille femme en costume local accompagnée d'une fillette portant des fleurs, qui renvoient au rôle social de Chiris.
Le critère qui a prévalu pour retenir ce monument est l'importance historique de l'industrie de la parfumerie à Grasse. Cette reconnaissance est un moyen de garder la mémoire de ce développement industriel, et un écho à la protection du bâtiment industriel de la "mosquée" que Léon Chiris fit construire.

Protection - (cad. BH domaine public non cadastré) : inscription par arrêté du 23 juillet 2009.