Eglise dite chapelle Saint-Pons,
Peyroules, Alpes-de-Haute-Provence

L'ancienne église paroissiale de Peyroules se trouve isolée, perchée sur un épaulement à 1210 mètres d'altitude, face à l'ancien chef-lieu et à plusieurs kilomètres du village actuel.

Elle a gardé sa fonction d'église paroissiale au moins jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Elle sert de chapelle durant tout le XIXe siècle, plus précisément après 1830, date de la construction de l'église paroissiale au hameau de la Rivière, l'actuel chef lieu. Elle n'est abandonnée qu'au milieu du XXe siècle.

Elle se caractérise par un plan trapézoïdal asymétrique, une nef unique suivie d'un choeur semi circulaire. La maçonnerie est en moellons cubiques équarris au marteau et disposés en assises peu régulières y compris pour les chaînes d'angle et les piédroits. La voûte en cul de four et les baies sont réalisées en tuf. L'arc des portes retombe en retrait sur les piédroits. Le tracé de l'abside, de l'arc triomphal et des portes est légèrement outrepassé. Tous ces éléments permettent de rattacher cette chapelle au groupe des églises paléochrétiennes, dont seule la chapelle Saint Hermentaire de Draguignan datée du VIe siècle est le témoin en Provence.

Malgré des remaniements de détail, intervenus sans doute dans la première moitié du XIVe siècle et un état sanitaire médiocre, cet édifice a bien conservé toutes les caractéristiques des constructions religieuses paléochrétiennes, sa volumétrie et sa distribution. Elle le doit sans doute à sa situation très écartée des grands axes de circulation et à la pauvreté de la population locale qui n'a pas eu les moyens de la reconstruire ou de l'agrandir. Il est à noter aussi la rareté des édifices de cette période dans la région.