Vue du groupe sculpté de face. La veuve montre d'un geste du bras droit la liste des morts, la tête retournée vers la gauche,
le visage caché par sa main, elle pleure. Le jeune homme est debout, la jambe droite relevée, le pied posé sur un socle.
De ses deux mains il brise sur sa cuisse une épée. © CRMH, O. de Pierrefeu, 2009.
 
Vue générale de la place de la Résistance depuis la route. © CRMH, O. de Pierrefeu, 2009.
 
Vue du groupe sculpté, détail des têtes. © CRMH, O. de Pierrefeu, 2009.
 
Vue de la face postérieure du monument, la femme est vue de dos, elle porte une longue robe qui descend
jusqu'aux chevilles. © CRMH, O. de Pierrefeu, 2009.
 
Vue du jeune homme, de ses deux mains il brise sur sa cuisse une épée. Derrière sa jambe droite, se trouve une enclume
pour évoquer la fabrication des armes. Le commanditaire, Victorin Maurel, maire et instituteur, rend un hommage discret à
son père forgeron. © CRMH, O. de Pierrefeu, 2009.
 
Vue de la partie supérieure de l'obélisque, ornée d'un globe terrestre avec, en relief,
la silhouette des deux Amériques. © CRMH, O. de Pierrefeu, 2009.
 

Vue de la partie supérieure de l'obélisque, ornée d'un globe terrestre avec, en relief,
une branche d'olivier, symbole de paix, posée sur une partie du monde.© CRMH,O. de Pierrefeu, 2009.
 
Vue de la face antérieure de l'obélisque, portant la plaque
en marbre blanc avec la liste des morts.
Une seconde plaque a été ajoutée pour les morts de la guerre
et de la Résistance de 1939-1945.
© CRMH, O. de Pierrefeu, 2009.
 
Vue du socle de l'obélisque sur lequel a été fixée une plaque en marbre blanc sur laquelle est gravé,
comme le prévoyait le devis, le poème de Victorin Maurel, maire et instituteur. © CRMH, O. de Pierrefeu, 2009.
 

  fiche imprimable

Monument aux morts,
Château-Arnoux-Saint-Auban, Alpes-de-Haute-Provence

Le monument aux morts de Château-Arnoux, situé aujourd'hui place de la Résistance, avait été conçu à l'origine pour être vu au carrefour des deux routes nationales, au centre du village sur un terrain acquis par la ville pour l'occasion le 24 février 1928. La circulation devenant trop intense au fil des années, la municipalité décide dans les années 1980 de le mettre en valeur et l'installe en limite du parc du château devant un écran de verdure.

Une souscription publique est lancée dès 1921, mais c'est seulement sous l'impulsion de Victorin Maurel, un des membres fondateurs de la Ligue des Droits de l'Homme, instituteur à la retraite et maire de son village natal à partir de 1925, que le monument devient une réalité. Un marché de gré à gré est passé le 24 juillet 1928 avec le sculpteur Alfred Salvignol, installé à Nice, auteur d'un certain nombre de monuments aux morts dans la région. La personnalité du maire est déterminante dans le choix du sujet. Au pied d'un obélisque, une mère éplorée montre la liste des morts à un jeune homme debout brisant un glaive sur ses genoux, comme pour nous dire "plus jamais ça". Le sommet de l'obélisque est orné d'un globe terrestre entouré d'un rameau d'olivier. Une inscription en latin "Pax, Vox Populi" suivi d'un poème de Victorin Maurel, gravé sur le socle confirme la volonté de l'auteur de dédier ce monument à la Paix.
Ce groupe sculpté est radicalement différent de tous ceux qu'Alfred Salvignol avait réalisé auparavant, comme si l'artiste avait respecté scrupuleusement la volonté du commanditaire.
Le monument de Château-Arnoux est un des rares exemples de monuments aux morts de la Grande Guerre d'inspiration pacifiste à la fois par le sujet et par les inscriptions.

Protection - (cad. AK 455). Inscription par arrêté du 22 février 2010
Cette protection s'inscrit dans le contexte d'une thématique "monuments commémoratifs" conduite depuis deux ans par la CRMH avec le concours de divers partenaires extérieurs.