Villa Bleue,
Barcelonnette, Alpes-de-Haute-Provence

La villa Bleue est située dans le quartIer Est des villas de Barcelonnette, le long de la plus belle avenue du secteur, dénommée Porfirio Diaz en 1907 du nom du président du Mexique. Elle est implantée dans un environnement de villas plus ancIennes se positionnant en alignement sur une vaste parcelle arborée d'environ 1 hectare. Elle se distingue de toutes les autres par sa toiture couverte en tuiles.

Elle est construite pour Camille Jean, un émigré originaire de Barcelonnette qui a réussi au Mexique. Il est le fondateur du grand magasin de nouveautés la "Francia Maritima" à Mexico. 

Elle correspond à la troisième et dernière vague de construction de villas à Barcelonnette, se situant après l'âge d'or, entre 1920 et 1930, dans un programme plus modeste. Elle fait exception dans cette reprise, car elle réunit une équipe brillante d'architectes et d'artisans décorateurs pour une réalisation ambitIeuse et remarquable.

Les auteurs sont Joseph Hiriart, Georges Tribout et Georges Beau, architectes actifs sur la côte basque et remarqués à Paris lors de l'exposition internationale des arts décoratifs et industriels de 1925. On leur doit la construction du pavillon de la maîtrise des GalerIes Lafayette.

La villa se caractérise par une silhouette cubique coiffée d'une toiture à quatre pentes marquées par de grands combles mansardés couverte de tuiles rouges.

Le rez-de-chaussée constitue la partIe la plus spectaculaire de l'intérIeur. Il est marqué par la transparence des espaces de réception et la mise en scène autour d'un vaste hall central montant sur deux niveaux. Il est éclairé par une verrière zénithale aux tons ocre et jaune et par un grand vitrail aux tons blanc et camaïeux bleus. Le sol en mosaïque du hall, représentant un soleil géant aux rayons sinueux évoquant des algues, reçoit la lumière jaune du haut mélangée à la lumière bleue du nord.

Réalisée dans le même esprit Art Déco que la villa Leïhorra à Ciboure dans les Pyrénées-Atlantiques, la décoration de la villa Bleue comporte des ferronnerIes de l'entreprise Schwartz, un vitrail du maître verrIer nancéien Jacques Gruber, d'après un carton exécuté par l'architecte, célébrant la réussite du commanditaire dans l'industrie textile et le négoce. Comme à Ciboure, le décor des salles de bains réalisé en petits pavés de pâte de verre bleue, ocre ou noire provient de la verrerie de Paul Daum (?) mis en place par le mosaïste Edouard Cazeau (?).

La villa Bleue par son organisation intérieure spectaculaire outrepasse le programme de la maison d'habitation moderne. Elle évoque l'espace des grands magasins et le programme des grands paquebots de luxe avec ses coursives et ses hublots. Elle représente un jalon dans le développement urbain de Barcelonnette et dans l'architecture de la villégiature française.

La villa Bleue qui était partIellement inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1987 est désormais protégée en totalité.