Francières-Hémévillers (Oise).
 
Warfusée-Abancourt nord
(Somme). Grande villa gallo-
romaine vue en infrarouge.
 
Maquette d'une grande
villa gallo-romaine caractéristique des
grosses exploitations
du Nord de la Gaule.
H. Bernard
(Musée d'Abbeville).
 
La villa gallo-romaine
d'Estrée-sur-Noye (Somme)
a servi de base à
l'élaboration de la maquette,
d'après les fouilles effectuées
par R. Agache.
L'habitat gallo-romain : Le système de mise en valeur des terres
Déclinaisons du plan type
A B C D E F G H
page 1page 2page 3page 4page 5
Francières-Hémévillers (Oise).

Warfusée-Abancourt nord (Somme). Grande villa gallo-romaine vue en infrarouge.

Maquette d'une grande villa gallo-romaine caractéristique dont le plan est stéréotypé pour les grosses exploitations des riches terres en blé du Nord de la Gaule. 
Maquette d'Honoré Bernard d'après les recherches de R. Agache (Musée d'Abbeville).

La villa gallo-romaine d'Estrée-sur-Noye (Somme) a servie de base à l'élaboration de la maquette, d'après les fouilles effectuées par R. Agache.
Dans les plaines fertiles de l'Artois ou de l'Oise,
on retrouve des établissements conçus
exactement comme celui d'Estrées-sur-Noye et
parfois nettement plus vastes. C'est le cas de
Francières-Hémévillers (Oise) où la pars urbana
s'étoffe de constructions latérales importantes.
La villa d'Athies (Somme) est plus étendue encore
mais, pour l'instant, seule l'habitation principale a été fouillée.

Parmi les grandes villas dont l'habitation principale est imposante, certaines ont,
comme à Warfusée-Abancourt nord (Somme), une pars agraria moins longue, mais plus large et de plan très élaboré. De plus, quelques constructions désordonnées sont établies nettement à l'extérieur comme le recommandaient les agronomes latins pour les ateliers nauséabonds ou dangereux.

A : Première cour (pars urbana).
B : Habitation principale.
C : Deuxième cour (pars rustica).
D : Mur de clôture.
E : Petit édifice carré : portail de
     communication entre les deux cours.
F : Seconde habitation (probablement
     la demeure du régisseur).
G : Nombreuses dépendances s'ordonnant de part
     et d'autre de la cour.
X : Quelques constructions désordonnées
     repoussées à l'extérieur, probablement pour les
     ateliers nauséabonds et dangereux.


Il existe aussi de grandes villas très allongées, parfaitement rectilignes, mais dont la résidence principale paraît plus modeste, comme à Cappy, à Warfusée-Abancourt, etc.
La similitude des plans de ces villas a permis l'élaboration d'une maquette qui est une tentative de reconstitution type de ces grandes exploitations rurales du début du IIIe siècle, compte tenu des fouilles faites à Estrées-sur-Noye (Somme). La présence des murs de clôture et d'enclos rectilignes accolés est parfois visible sur les clichés.


Haut de page
page 1page 2page 3page 4page 5