Gimel-les-Cascades
Châsse de saint Etienne

Vers 1170-1175.
H. 25 ; L.28,5 ; La. 11,3.
Eglise paroissiale Saint-Pardoux. Trésor.
Classée M.H. 25.06.1891.




dos pignon ange en médaillon

Pièce majeure et jalon historique marquant dans la production limousine médiévale, la châsse de Gimel est également célèbre par les récentes péripéties de son vol en 1991 et de sa réinstallation dans le nouveau trésor de l'église en 1994.
Elle appartient au prestigieux groupe des châsses à fond vermiculé et figures émaillées et est aujourd'hui reconnue comme la première châsse à décor hagiographique sur laquelle on voit apparaître des têtes en relief, marque spécifique de l'école limousine. Elle est aussi remarquable par la richesse exceptionnelle des émaux et leur parfait état de conservation.
A la face majeure, sur deux registres, se déroule le cycle narratif de la Passion de saint Etienne : la Prédication, l'arrestation (caisse) et la Lapidation (toit).
A la face mineure, sous un portique d'arcades symbolisant leur demeure céleste, quatre apôtres sont mis en correspondance avec trois anges à mi-corps dans les médaillons du toit. Sur l'un des pignons, un autre apôtre tient un phylactère et une croix ; à l'opposé, un ange aux ailes éployées garde la porte du reliquaire.
Vraisemblablement commandée par un chanoine de la puissante famille de Gimel qui s'illustra au chapitre cathédral de Limoges, cette châsse était déposée jusqu'au XVIIIe siècle dans la chapelle de Braguse, construite, selon la légende, à l'emplacement du premier oratoire élevé par saint Dumine, ermite local, en signe de dévotion au protomartyr Etienne.