Site Rose-Valland
Musées Nationaux Récupération

 

Les MNR
ou les oeuvres issues de la spoliation artistique
confiées aux musées de France

Qu'est-ce qu'un MNR ?

A la fin de la dernière guerre, de nombreuses oeuvres récupérées en Allemagne ont été renvoyées en France parce que certains indices (archives, inscriptions, etc.) laissaient penser qu'elles en provenaient. La plupart d'entre elles ont été rapidement restituées à leurs propriétaires spoliés par les Nazis. D'autres furent vendues par les Domaines, tandis que d'autres étaient confiées à la garde des musées nationaux. Elles constituent ce qu'on appelle des MNR, « Musées Nationaux Récupération ».




Catalogue des MNR

Le sigle MNR désigne l'ensemble de ces oeuvres, environ 2000, mais constitue également le préfixe des numéros d'inventaire des seules peintures anciennes confiées au département des Peintures du Louvre (environ la moitié de l'ensemble des oeuvres). Chaque type de collection possède un préfixe spécifique ; il y en a une quinzaine en tout :

Sigle Musée responsable Type des collections
ER Louvre, département des Antiquités égyptiennes Antiquités égyptiennes
AGRR Louvre, département des Antiquités grecques et romaines Antiquités gréco-romaines
AOR Louvre, département des Antiquités orientales Antiquités orientales
REC Louvre, département des Arts graphiques Arts graphiques anciens
OAR Louvre, département des Objets d'art Objets d'art anciens
MNR Louvre, département des Peintures Peintures anciennes et XIXe siècle
RFR Louvre, département des Sculptures Sculptures anciennes
MM Musée du château de Malmaison Souvenirs napoléoniens
R x P* Musée national d'Art moderne Peintures modernes
R x OA* Musée national d'Art moderne Objets d'art modernes
R x D* Musée national d'Art moderne Dessins modernes
R x S* Musée national d'Art moderne Sculptures modernes
MCSR Sèvres, musée national de la Céramique Céramiques

NB : * la lettre « x » indique le numéro d'ordre dans cette série.

Leur historique permet de répartir schématiquement ces oeuvres en trois catégories, Toutefois, d'importantes incertitudes sur la provenance de nombreux objets rendent imprécises toute répartition claire entre les deux premières catégories :

  1. Oeuvres réellement spoliées à des particuliers.
  2. Oeuvres vendues avec l'apparence de la légalité.
  3. Oeuvres commandées par l'Occupant aux manufactures nationales.

Une situation juridique particulière
Sur le plan juridique, défini par le décret du 30 septembre 1949, ses oeuvres n'appartiennent pas à l'Etat qui n'en est que détenteur provisoire. Elles ne font donc pas partie des collections publiques des musées de France et ces oeuvres ne sont pas répertoriées dans la base Joconde des collections nationales. Elles sont inscrites sur des inventaires particuliers et attendent une restitution éventuelle, sans qu'une date de prescription ait été fixée pour en faire la demande. Elles sont placées sous l'autorité du ministère des Affaires Etrangères qui en a confié la gestion à la direction des Musées Nationaux, actuelle Direction Générale des Patrimoines, Service des musées de France, pour leur présentation au public et la diffusion des informations les concernant. Le décret stipule qu'elles soient mises en dépôt dans les musées nationaux ou dans les musées de régions.



Spécificités de la conservation de ces oeuvres
Le statut particulier de ces oeuvres s'exprime par certaines particularités les distinguant des collections publiques :
- Elles doivent être accessibles au public (ce qui exclut en principe toute mise en réserve prolongée) ;
- Le cartel, les catalogues, les guides ou tout autre support pédagogique les désignant doivent comporter :
1°) le numéro d'inventaire comportant le préfixe MNR, ou l'un de ceux énumérés ci-dessus.
2°) une mention spéciale indiquant leur provenance pour faciliter leur identification ; actuellement : « attribué par l'Office des Biens et Intérêts Privés » (cette mention d'ordre administratif fait référence à l'institution qui a géré ces biens après la guerre).
- Ces oeuvres ne doivent jamais sortir du territoire et donc ne jamais être prêtées à une exposition à l'étranger.

Que faire pour présenter une requête sur un MNR ?
Il suffit d'envoyer sa demande à l'adresse suivante :

Direction générale des Patrimoines
Service des musées de France
6 rue des Pyramides
F - 75001 Paris


Cette demande doit comporter des documents de 2 ordres :
1°) d'une part ceux établissant la propriété sur une oeuvre ; ils peuvent être de nature très différente (inventaire, police d'assurance, photographie ancienne d'un intérieur, publication ancienne.) ;
2°) d'autre part les documents établissant le lien généalogique entre le demandeur et la personne spoliée ou, d'une façon générale, tous documents établissant les droits du demandeur sur le patrimoine spolié revendiqué.

L'administration examinera le bien-fondé de la demande aussi rapidement que possible pour la suite à réserver à cette demande.

NB. Les requêtes concernant des biens spoliés qui ne sont pas des MNR (tous les types de biens mobiliers ou immobiliers susceptibles d'être possédés, y compris les oeuvres d'art distinctes des MNR) doivent être adressées à la Commission d'Indemnisation des Victimes de Spoliation (CIVS).


Ministère de la Culture et de la Communication - Logo du Moteur "Collections"
Rechercher des données à l'aide du moteur sémantique "Collections" développé par le Ministère de la Culture et de la Communication

                                         Afficher une aide