logo  à la une



Nouveaux musées et versements 2015

Nouveaux musées 2015
Musées participant à nouveau
Musées aux versements réguliers

Nouveaux musées 2015


Alençon, musée des beaux-arts et de la dentelle



Projection locale du Muséum parisien et de l’idée de musée encyclopédique, les collections du musée d’Alençon regroupent des fonds de provenance variée accumulés au fil du temps : cabinet d’histoire naturelle créé en 1794 et acquisitions d’œuvres d’art par la ville d’Alençon dans les salons et auprès des artistes locaux donnent lieu à la création du musée en 1857.  A ce noyau historique viennent se greffer différentes collections qui renforcent cette diversité : archéologie, ethnologie océanienne et cambodgienne, dépôts d’Etat, sculpture, dessins et peintures, militaria, dentelle comme témoin de l‘industrie locale et collection d’art contemporain en pleine éclosion. 
Ne pouvant tout exposer, le musée devient Musée des Beaux-arts et de la Dentelle en 1981 : la présentation des collections s’est resserrée autour de ces deux thèmes ainsi que du fonds cambodgien.
Le versement de notices d’œuvres sur la base nationale Joconde nous permet de valoriser ces collections, notamment le patrimoine dentellier local au Point d’Alençon, de les communiquer à des fins de partage et d’études dans la perspective d’accès des collections à tous. Il s’agit enfin de faire connaître les collections au-delà des deux disciplines retenues pour l’identité du musée ou encore des seules œuvres exposées, dont le nombre est restreint en raison de leur fragilité.
Ce premier versement présente des notices issues des trois collections phares exposées au musée : dentelle, beaux-arts et ethnologie cambodgienne.
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée
 

Argenteuil, musée municipal



En 2004, la Ville d’Argenteuil reprend la gestion du musée, administré depuis 1931 par la Shaap, Société historique et archéologique d’Argenteuil et du Parisis. La collection est alors constituée d’un fonds provenant de la première bibliothèque communale d’une part et des recherches, dons et legs rassemblés par la Société historique d’autre part. En 2004, le musée est enrichi des objets du musée de la Résistance et de la Déportation, précieux témoignages de la Seconde Guerre mondiale. L’ensemble réunit une mémoire matérielle incomparable pour le territoire et ses habitants. Historiques et ethnographiques, les collections racontent, à travers l’archéologie, l’architecture, le maraîchage, l’industrie et les beaux-arts, l’évolution d’Argenteuil occupée dès le Néolithique et dont la transformation et les charmes ont attiré au 19e siècle les plus célèbres des impressionnistes.
Actuellement fermé au public, le musée a mené ces dix dernières années un chantier des collections de grande ampleur et la redéfinition de son projet scientifique et culturel. En attendant sa réouverture, cette mise en ligne renforce la valorisation et la diffusion de ses ressources et met en valeur le travail de mise en conservation, de documentation et de restauration des collections. Fleurons de la collection ou sélections parmi les arts graphiques représentant la ville, ce premier versement permet d’apprécier la diversité de ce musée d’art, d’histoire et de traditions locales.
Informations fournies par le musée (Anne Séjourné)



En savoir plus sur ce musée
 

Brunoy,
musée Robert Dubois-Corneau



Installé dans l'ancienne demeure de l'historien Robert Dubois-Corneau (1876-1951), le musée s'est constitué autour de la collection léguée par ce dernier en 1951 à la ville de Brunoy. Bourgeois érudit, Robert Dubois-Corneau a consacré toute sa vie à l'histoire de Brunoy et de la vallée de l'Yerres. Amateur passionné, il a accumulé des témoignages de toutes natures : gravures, dessins, peintures, sculptures, autographes, livres et objets d'arts.
Le musée présente essentiellement des collections relatives au 18e siècle et aux différents propriétaires du château de Brunoy : Jean Paris de Monmartel, Garde du trésor de Louis XV et parrain de Madame de Pompadour ; son fils, le fantasque Marquis de Brunoy ; puis le Comte de Provence, frère de Louis XVI.
Le musée offre également une salle consacrée aux arts du spectacle de la période 1750-1850, autour de la figure du tragédien Talma, initiateur d'importantes réformes dans le monde du théâtre sous la Révolution et l'Empire. Dès 1798, Talma choisit Brunoy comme lieu de villégiature.
De nombreux artistes ont également vécu ou séjourné dans la vallée de l'Yerres au 19e siècle, inspirés par les paysages observés sur les rives de l'Yerres ou en forêt de Sénart. Les peintures et dessins de Maurice Eliot, Numance Bouel, Amédée Varin... réalisés in situ témoignent de la ruralité du territoire à cette époque.
Le 20e siècle est abordé grâce aux œuvres de Maurice Prost (1894-1967), sculpteur animalier qui possédait une maison secondaire dotée d'un petit atelier à Brunoy.
Le parcours-découverte au sein des collections permanentes du musée vise à sensibiliser le public à la notion de villégiature, phénomène architectural et social, véritablement caractéristique de l'histoire de Brunoy et de la vallée de l'Yerres dès le XVIIIe siècle.
Avec la présentation sur la base Joconde de 22 œuvres, dans un premier temps, le musée Robert Dubois-Corneau souhaite faire connaître sa collection, constituée d’œuvres du 17e au 20e siècles, intéressantes dans tous les domaines des beaux-arts et de l’histoire locale.
Informations fournies par le musée (Sylviane Lagravère)



En savoir plus sur ce musée
 

Caudebec-en-Caux, MuséoSeine



Situé entre Rouen et le Havre, en bord de Seine, à Caudebec-en-Caux, MuséoSeine, musée de la Seine Normande, plonge le visiteur au coeur du fleuve. Ce musée de France est porté par la Communauté de communes Caux Vallée de Seine.
A travers une scénographie originale et interactive, ainsi qu’un nouveau projet scientifique et culturel, MuséoSeine conserve et valorise une mémoire collective liée au fleuve à travers l’histoire de ses hommes et de son paysage.
Son parcours insolite, en forme de méandre, aborde les thématiques identitaires : au fil de la visite, d’étonnants personnages témoignent de leur vie autour du fleuve, en s’arrêtant un instant sur des sites emblématiques du territoire. Des archives photographiques, des films d’époque, des animations et des ateliers pédagogiques ponctuent le parcours autour de thématiques phares telles que le mascaret, le pilotage ou encore les loisirs en Seine.
MuséoSeine réalise son premier export Joconde. Etant musée de France, il apparait important d’échanger et de faire connaitre la diversité de ses collections au public mais aussi aux professionnels des musées. En effet, une remarquable collection y est présentée : instruments de navigation, ex-voto, objets gallo-romains, ou encore de véritables bateaux de Seine sont suspendus afin que le visiteur puisse les découvrir sous tous leurs angles.
Informations fournies par le musée (Justine Heulard)



En savoir plus sur ce musée
 

Le Bourget, musée de l'Air et de l'Espace



L’idée de créer un musée consacré à la navigation aérienne a été développée en 1857 par l’aéronaute Jules-François Dupuis-Delcourt dans une brochure intitulée Considérations sur l’utilité de la fondation d’un musée aérostatique. Cette proposition n’a pas été suivie d’effets et, en 1918, la paternité du musée revient à l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Albert Caquot, alors chef de la Section technique de l’aéronautique. Lorsque la décision est prise de créer un conservatoire de l’aéronautique, une dizaine d’années se sont écoulées depuis l’exploit accompli par Henry Farman qui boucle le premier kilomètre en circuit fermé en janvier 1908 sous le contrôle de la commission de l’Aéro-Club de France, signant ainsi l’acte de naissance de l’aviation. Il s’agit là d’un cas exceptionnel où la constitution du patrimoine d’une activité humaine intervient peu de temps après la naissance de cette activité. Cela explique la richesse de la collection d’aéronefs anciens rassemblée au musée ainsi que le souci constant de prendre en compte les avancées technologiques. En 1938, Charles Dollfus, premier conservateur et directeur du musée de l’Air, écrivait : "C’est un organisme vivant qui, loin d’être confiné aux choses du passé, est tenu à jour pour les progrès de la technique, tout en conservant les plus précieux témoins de l’aéronautique".
Le musée de l’Air et de l’Espace a comme particularité d’être l’un des rares au monde ouvert aux aviations étrangères. Dès l’origine, ce caractère international allait de soi dans un pays où convergeaient, au début du XXe siècle, tous ceux qui, tels le Brésilien Santos-Dumont, les Américains Wilbur et Orville Wright, le Roumain Train Vuia, voulaient tenir un rôle dans cette aventure naissante.
Aujourd’hui, les quelques trente-mille numéros portés à l’inventaire des collections sont autant de témoignages sur la grande aventure que constitue la conquête de la troisième dimension. Les objets techniques et les maquettes permettent d’évaluer l’ampleur du chemin parcouru depuis les premiers projets de Léonard de Vinci jusqu’aux développements les plus récents des techniques aéronautiques et spatiales. Sont également conservés et présentés des œuvres d’art, des jouets, des gravures qui rendent compte du formidable impact de cette activité sur la société.
Informations fournies par le musée (Christian Tilatti)



En savoir plus sur ce musée
 

Meaux, musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux



En 2005, la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux fait l’acquisition de la collection de Jean-Pierre Verney. Depuis les années 1980, cette collection, qu’il avait patiemment rassemblée en y consacrant sa vie et ses moyens, était considérée comme la plus complète et cohérente collection privée sur la Grande Guerre.
Uniformes de soldats ou d’officiers représentatifs de toutes les armées belligérantes, armement individuel et pièces d’artillerie, objets du quotidien au front ou à l’arrière, artisanat populaire, arts graphiques, photographies, affiches et sculptures… Les collections se distinguent par leur exhaustivité aussi bien dans les typologies d’objets que dans les nationalités représentées.
L'originalité de la collection tient également à son approche singulière : loin d'être une simple accumulation de pièces rassemblées au fil des ans, les objets et les documents sont de véritables outils de compréhension de l'Histoire du monde et de la vie des hommes et des femmes contemporains de cette période tragique.
Le Musée de la Grande Guerre a ouvert ses portes le 11 novembre 2011. Musée d’histoire et de société, il rend compte à travers une scénographie interactive et innovante du basculement entre le 19e et le 20e siècle entre 1914 et 1918. La richesse et la diversité de ses collections permettent ainsi d’aborder tant les évolutions des moyens, des techniques et des stratégies militaires que les bouleversements des sociétés et des mentalités.
Avec cette première mise en ligne sur Joconde de notices d’objets et d’oeuvres, choisis parmi les plus emblématiques ou les plus représentatifs, le musée souhaite renforcer la valorisation et la diffusion de ses collections, en s’inscrivant notamment dans les années de commémoration du centenaire de ce conflit.
Informations fournies par le musée (Johanne Berlemont)



En savoir plus sur ce musée
 

Paris, musée de la chasse et de la nature



Créé par François et Jacqueline Sommer, le musée de la Chasse et de la Nature a été inauguré en 1967 au sein de l’hôtel de Guénégaud. Dans ce Monument historique du XVIIe siècle dû à François Mansart, les Sommer ont souhaité que soit recréée l’ambiance d’une maison d’amateur d’art dans laquelle le visiteur serait accueilli. Leur volonté a été respectée lorsqu’en 2007 le musée a été agrandi par l’acquisition de l’hôtel voisin, l’hôtel de Mongelas (18e siècle).
Art ancien, art moderne et art contemporain sont présentés au sein du parcours permanent. Riche aujourd’hui de plus de 4 000 œuvres, la collection comporte notamment des créations d’Antoine-Louis Barye, de Jan Brueghel de Velours, Jean Siméon Chardin, Lucas Cranach, André Derain, Alexandre-François Desportes, Mark Dion, Jan Fabre, Maïder Fortuné, Janine Janet, Jeff Koons, Jean-Michel Othoniel, Pierre Paul Rubens, Carle Vernet…
Si le musée de la Chasse et de la Nature ne fait pas l’apologie de la chasse, il la replace dans son contexte historique, artistique et culturel. A cette fin, le parcours muséographique présente l’évolution du rapport de l’homme à l’animal sauvage, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Chacune des salles, agencées à la manière de cabinets de curiosité, est organisée autour d’une figure animale. Aux œuvres d’art sont associés des animaux naturalisés et des éléments d’interprétation. Des meubles-cabinets permettent de replacer chaque animal dans son environnement naturel et son contexte historique.
En raison de sa thématique originale et de la qualité de ses collections, ce musée privé – il appartient à la Fondation François Sommer pour la chasse et la nature - bénéficie du label « musée de France » octroyé par le ministère de la Culture et de la Communication. A travers la diffusion de ses collections sur la base Joconde, le musée de la Chasse et de la Nature souhaite élargir l’accès du public à ses œuvres et contribuer aux progrès de la connaissance et de la recherche.
Informations fournies par le musée (Claude d'Anthenaise)



En savoir plus sur ce musée
 

Pontoise, musée Tavet-Delacour



Le musée Tavet-Delacour est situé au cœur de Pontoise, dans un hôtel particulier du 15e siècle. Fondé en 1889 par Camille Tavet et son épouse, née Delacour, il est dès son origine dédié aux beaux-arts (dessins et peintures du 17e au 19e siècle). La grande variété des fonds à l’origine des collections reflète l’esprit universaliste des musées du 19e siècle.
En 1968, la Donation Otto Freundlich permet au musée d’acquérir une dimension internationale. Précurseur de l’art non figuratif, Freundlich (1878-1943) voit une partie de ses œuvres détruites par le régime nazi qui les considère comme « dégénérées ». Avec plus d’une centaine d’œuvres (dessins, peintures, sculptures, mosaïques, vitraux), le musée Tavet conserve l’ensemble le plus important au monde de cet artiste majeur.
Annexe du musée Tavet, le musée Camille Pissarro rend hommage au maître impressionniste qui séjourna à Pontoise entre 1872 et 1884. Inauguré en 1980, il contient plus d’une centaine d’eaux-fortes et de dessins de Camille Pissarro ainsi qu’une rare peinture de 1864, rescapée de la guerre de 1870. Il conserve également d’importants ensembles d’œuvres des enfants de Camille Pissarro.
Dans les salles du musée se trouvent exposées en permanence les peintures de Ludovic Piette, fidèle ami et soutien de Pissarro.
Les musées de Pontoise contribuent pour la première fois à la base Joconde qui apparaît comme un moyen privilégié de porter à la connaissance du plus grand nombre la diversité de nos collections. Il s’agit non seulement de présenter les incontournables mais aussi de donner accès à des œuvres peu exposées du fait de leur fragilité ou encore à des œuvres redécouvertes grâce au travail de récolement.
Informations fournies par le musée (Sophie Pirou)



En savoir plus sur ce musée
 

Toulouse, les Abattoirs



Inaugurés en 2000, à l’initiative de la Mairie de Toulouse, de la Région Midi-Pyrénées et du Ministère de la Culture, les Abattoirs – Frac Midi-Pyrénées ont pour site les anciens abattoirs de Toulouse, situés dans le quartier Saint-Cyprien. Labellisée « Musée de France », l’institution a pour missions la promotion, la diffusion et la patrimonialisation de l'art moderne et contemporain. Elle soutient également la création contemporaine. Ses missions s'exercent sur le site toulousain de 3000 m2, mais également sur l'ensemble de la région Midi-Pyrénées. La structure est en effet construite à partir de la fusion du Musée d'art moderne et contemporain de la ville et du Fonds régional d'art contemporain de la région. Les Abattoirs exercent donc deux missions complémentaires et développent deux collections (un total de près de 4000 œuvres).
Centré sur des artistes actifs dès les années 1950, le fonds moderne s’est trouvé considérablement enrichi par la donation d’un collectionneur, Anthony Denney, et par le dépôt effectué par le centre Georges Pompidou d’une partie de la donation du galeriste Daniel Cordier. Il est aussi représenté par l’exceptionnel rideau de scène de Picasso, La Dépouille du Minotaure en costume d’Arlequin (1936), crée par l’artiste avec la collaboration de Luis Fernández. Le fonds contemporain est constitué de plusieurs ensembles qui s’articulent autour d’axes thématiques propices à une compréhension mutuelle des enjeux esthétiques de la création contemporaine et à un usage intellectuel et actif de l'art au tournant des XX et XXIe siècles.
Depuis 2013, les Abattoirs développent une programmation pluridisciplinaire (concerts, performances, projections…) qui en font un lieu central de la culture vivante dans l'aire de la métropole de Toulouse.
Bénéficiant d'une médiathèque, d'un centre de documentation, d'un restaurant, d'une libraire et d'un auditorium, les Abattoirs sont un lieu culturel pleinement fédérateur.
Afin de valoriser leur rayonnement, les Abattoirs sont désormais présents dans la base Joconde.
Informations fournies par le musée (Jocelyne Paris)



En savoir plus sur ce musée
 

Varzy, musée Auguste Grasset



C’est en 1862 qu’Auguste Grasset (1799-1879) s’installe à Varzy et annexe le petit musée fondé quelques années plus tôt. À bien des égards, Grasset est l’héritier des collectionneurs du XVIIe siècle : curieux de tout, acceptant tout, sa manie de l’objet ne connaît pas de limites. Son incroyable héritage est aujourd’hui présenté dans un bâtiment rénové, autour du hall contemporain où le Saint Hubert équestre, chef d’œuvre de la faïence nivernaise, accueille le visiteur.
Dans les caves, des sarcophages égyptiens voisinent avec un ensemble d'armes et de parures du Pacifique-Sud.
Plus loin, un Salon de Musique propose un parcours sonore dévoilant une trentaine d’instruments étonnants, tels que l’ophicléide, la serinette, ou le tympanon.
À l'étage, le parcours chronologique mêle objets d'art, sculptures et peintures, du Moyen-âge aux pré-impressionnistes. Enfin, le deuxième niveau présente la belle collection de faïences de Nevers et de Varzy.
Depuis sa réouverture en 1993, et pour le grand plaisir d’un public toujours plus nombreux, le musée Grasset, labellisé musée de France, vit au rythme des conférences, des animations scolaires, des expositions temporaires, des concerts.
Un cabinet de curiosités à découvrir d’urgence - sur place - ou par le biais de la base Joconde. Mettre les collections en ligne sur le catalogue de musées de France, c’est permettre à tous, professionnels et particuliers, de découvrir l’incroyable variété des œuvres et objets conservés, petit à petit, au gré des versements. C’est permettre l’échange, l’augmentation des connaissances, sur les 2.500 œuvres qui composent la collection.
Informations fournies par le musée (Stéphanie Rabussier-Ringeval)



En savoir plus sur ce musée
 


Musées participant à nouveau

Le tableau ci-dessous mentionne les musées qui ont poursuivi les versements réguliers de notices, ou la complétude d’images.
Il est possible de ne visualiser que les notices versées en 2015 en cliquant sur le bouton "notices" ci-dessous, puis "Affiner la recherche" et enfin saisir "2015+" dans le champ Date Mistral

Région Ville musée
Bourgogne Chalon-sur-Saône Musée Vivant-Denon    
Lorraine Epinal Musée de l'image    
Nord-Pas-de-Calais Douai Musée de la Chartreuse    
Picardie Beauvais Musée départemental de l'Oise    


Musées aux versements réguliers

Le tableau ci-dessous mentionne les musées qui ont poursuivi les versements réguliers de notices, ou la complétude d’images.
Il est possible de ne visualiser que les notices versées en 2015 en cliquant sur le bouton "notices" ci-dessous, puis "Affiner la recherche" et enfin saisir "2015+" dans le champ Date Mistral

Région Ville musée
Aquitaine Bordeaux Musée d'Aquitaine    
Pau Musée national du château    
Bourgogne Autun Musée Rolin    
Cosne-sur-Loire Musée de la Loire    
Dijon Musée archéologique    
Musée de la vie Bourguignonne et d'art sacré   
Mâcon Musée des Ursulines    
Nevers Musée de la faïence    
Nuits-Saint-Georges Musée municipal    
Sens Musée municipal    
Centre Tours Musée des beaux-arts    
Champagne-Ardennes Reims Musée des beaux-arts    
Franche-Comté Besançon Musée des beaux-arts    
Dole Musée des beaux-arts    
Ile-de-France Lagny-sur-Marne Musée Gatien-Bonnet    
Le Bourget Musée de l'Air et de l'Espace    
L'Isle-Adam Musée Louis-Senlecq    
Melun Musée municipal    
Saint-Quentin-en-Yvelines Musée de la ville    
Saint-Cyr-sur-Morin Musée des Pays de Seine-et-Marne    
Sèvres Cité de la céramique   
Languedoc-Roussillon Lattes Musée Site archéologique Lattara musée Henri-Prades    
Narbonne Musée d'art et d'histoire    
Perpignan Musée Hyacinthe Rigaud    
Limousin Tulle Musée du cloître André Mazeyrie    
Lorraine Sarreguemines Musée de la faïence    
Midi-Pyrénées Castres Musée Goya    
Rodez Musée Denys-Puech    
Toulouse Musée des Augustins    
Musée Paul Dupuy    
Basse-Normandie Cherbourg-Octeville Musée Thomas Henry    
Haute-Normandie Bernay Musée municipal    
Elbeuf-sur-Seine Musée d'Elbeuf   
Rouen Musée des beaux-arts    
Pays de Loire Angers Musée des beaux arts    
Nantes Musée Dobrée    
Picardie Chantilly Musée Condé    
Creil Musée Galle-Juillet    
Saint-Quentin Musée Antoine Lécuyer    
Provence-Alpes-Côte-d'Azur Grasse Bibliothèque municipale    
Mane Musée de Salagon    
Nice Muséum d'histoire naturelle    
Quinson Musée de préhistoire des Gorges du Verdon    
Rhône-Alpes Lyon Musée des hospices civils   
Villefranche-sur-Saône Musée Paul Dini    










  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |