logo  à la une

Nouveaux musées 2012


Auxonne,
musée Bonaparte


Sur le blog de Joconde, Martine Speranza, responsable du musée, revient pour nous en détails sur les tenants et aboutissants de cette publication. Lire l'article.



En savoir plus sur ce musée

Blois
musée du château



"Les collections du musée du château de Blois se répartissent entre les appartements royaux de l'aile François Ier, où l'accent est mis sur l'art de la Renaissance d'une part et son revival au XIXe siècle d'autre part, et le musée des Beaux-Arts de l'aile Louis XII, qui présente près de trois cents œuvres, peintures, sculptures et objets d’art retraçant l’histoire des arts européens du 16e au 19e siècles. Parmi les chefs-d’œuvre exposés, il faut distinguer les tableaux de Marco d'Oggiono, Lavinia Fontana, Jean Cousin le Fils, Jacques Stella, Sébastien Bourdon, François Boucher, Rosa Bonheur ou Jean-Auguste-Dominique Ingres ou bien encore les sculptures de François Lemoyne, David d’Angers et Auguste Préault. Un accent particulier est mis sur le genre du portrait au 17e siècle ou bien encore sur l’art troubadour qui, au début du 19e siècle, s’attache à raconter de manière sentimentale et théâtrale l’histoire des grands héros nationaux du Moyen-âge et de la Renaissance comme Jeanne d’Arc ou François Ier."
Informations fournies par le musée (Hélène Lebédel)



En savoir plus sur ce musée
 

Cherbourg-Octeville
musée Thomas-Henry



"Le musée d’art Thomas Henry de Cherbourg-Octeville est né en 1835 d’une seule libéralité : le don de Thomas Henry (1766-1836), marchand d’art, commissaire expert des Musées Royaux, à sa ville natale de Cherbourg de 167 tableaux et sculptures. Souhaitant « « mettre des modèles de peintures sous les yeux des gens qui auront du goût pour cet art », Thomas Henry a sélectionné dans sa collection des œuvres représentatives des principales écoles de peinture, du Quattrocento au néoclassicisme : Renaissance italienne et flamande, baroque italien, classicisme à la française, Siècle d’or espagnol, scènes de genre flamandes et hollandaises, paysages, école davidienne... le panorama se veut pédagogique et complet, en privilégiant les grands maîtres (Fra Angelico, Filippino Lippi, Poussin, Vouet, Chardin ou David). Autre acquisition d’importance, le legs Ono, en 1915 : une trentaine de peintures de jeunesse de Jean-François Millet, natif du Cotentin. Ce fonds, enrichi par de nombreuses acquisitions au cours du XXe siècle, fait du musée la troisième collection publique française d’œuvres de Jean-François Millet. Le musée conserve également une collection d’environ 800 dessins, cartes et estampes, principalement du XIXe siècle, axée sur l’iconographie du Cotentin et l’œuvre d’artistes natifs de la région (Jean-François Millet, Félix Buhot). C’est une partie de cette collection qui est actuellement visible sur la base Joconde, en attendant la mise en ligne des peintures. Implanté depuis 1983 dans un centre culturel, le musée a fermé ses portes en 2012 pour une importante campagne de rénovation. Sa réouverture est prévue en 2015. "
Informations fournies par le musée (Louise Le Gall)



En savoir plus sur ce musée
 
 

Cosne-Cours-sur-Loire
musée de la Loire


"Situé dans l’ancien couvent des Augustins de la ville de Cosne-Cours-sur-Loire, inscrit aux monuments historiques, le musée de la Loire présente deux collections riches et variées. Les premières salles sont dédiées à la Loire sous son aspect ethnographique et présentent de nombreux métiers de Loire aujourd’hui disparus (mariniers, lavandières, haleurs, tireurs de sable, etc.), mais aussi des maquettes évoquant la navigation fluviale et un ensemble d’objets lié à la pêche professionnelle. Les salles suivantes présentent un prestigieux ensemble de peintures modernes, légué par le collectionneur émile Loiseau, dans les années 1970. Dufy, Vlaminck, Utrillo et Chagall se côtoient ainsi avec bien d’autres artistes, pour une soixantaine d’œuvres de grande qualité. Créé en 1900 par des érudits locaux, le musée a enrichi ses collections au fil des années grâce à des dons et des acquisitions et conserve aujourd‘hui une très grande variété d’objets dans ses réserves, des faïences aux médailles, en passant par des sculptures et des objets d’arts décoratifs. Depuis 2012, le musée réalise un chantier des collections ; les 2500 pièces conservées sont récolées une à une et peu à peu mises en ligne sur la base de données Joconde. Ce vaste projet répond ainsi aux missions fondamentales d’un musée de France : améliorer la connaissance des collections et assurer leur diffusion auprès du public le plus large."
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée
 
 

La Châtre,
musée George Sand
et de la Vallée Noire




Le musée George Sand et de la Vallée Noire de La Châtre, est le premier musée de l'Indre à reverser une partie de ses collections sur la base nationale Joconde.
Situé en plein coeur de la Vallée Noire chère à George Sand, le musée est installé dans l'ancien donjon des Chauvigny bâti au 15e siècle, transformé par la suite en prison pendant deux siècles, avant de devenir musée privé en 1876. Il a ouvert au public, sous sa forme actuelle, en 1967.
Trois thématiques majeures dominent au musée :
- George Sand : en complément de la maison de Nohant, la salle qui lui est consacrée présente dessins, oeuvres littéraires ou épistolaires de George Sand ainsi que des portraits et souvenirs des amis, artistes ou politiques qu'elle a côtoyés,
- les peintures de La Vallée Noire et de la Vallée de la Creuse,
- la collection ornithologique : rassemblée par les Baillon, correspondants du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris (avec près de trois mille oiseaux naturalisés).
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée
 
 

Le Mée-sur-Seine,
musée Henri Chapu




Le musée rassemble les œuvres que le sculpteur donne à son village natal. La plus grande partie des collections se compose de plâtres originaux. Mais elles s’ouvrent également sur des œuvres de jeunesse auxquelles succèdent les sculptures funéraires et décoratives, personnalisées par des statues presque exclusivement féminines où l’allégorie l’emporte sur le réalisme et se terminent par les œuvres monumentales.
Comme bien d’autres artistes, Chapu participa à la décoration de constructions ou monuments publics et privés au cours du Second Empire et de la IIIe République tels la façade principale des magasins du Printemps, le Théâtre de l’Opéra ou les jardins du château de Chantilly.
Informations fournies par le musée (Dominique Ghesquière)



En savoir plus sur ce musée
 
 
Louveciennes,
musée-promenade


"Situé à Louveciennes, le Musée-Promenade fêtera ses 30 ans à la fin de l’année 2012. Il occupe un bâtiment moderne situé dans le parc de Marly, ancien domaine royal.
Ouvert en 1982, il hérite des collections du Vieux Marly, association qui, depuis 1930, œuvre à la protection du patrimoine de Marly. Tableaux, estampes, dessins et maquettes présentent l’aménagement des jardins et l’architecture originale du domaine qu’affectionnait Louis XIV. L’intérieur du pavillon royal est évoqué par des peintures, décoratives ou historiques, et du mobilier. Les objets issus des fouilles archéologiques du parc contribuent à décrire le cadre de vie prestigieux qu’était Marly.
Dans les jardins, les nombreuses fontaines, jets, nappes, et cascades, avaient été créés grâce à l’abondance de l’eau fournie par la Machine de Marly (une section du musée est consacrée à ce système hydraulique qui a suscité l’admiration de l’Europe..)
Des personnalités louveciennoises sont aussi évoquées dans le parcours, notamment la comtesse Du Barry et le peintre Elisabeth Vigée-Lebrun.
Dans l’attente de les accueillir au Musée-Promenade, les internautes de Joconde peuvent désormais découvrir un premier ensemble d’œuvres mises en ligne."
Informations fournies par le musée (Géraldine Chopin)



En savoir plus sur ce musée
 

Lyon
musée des Tissus



"Le musée des Tissus et le musée des Arts décoratifs, fondés par la Chambre de Commerce de Lyon au siècle dernier, sont issus de la volonté de resserrer les liens étroits existant entre l'art et l'industrie afin d'encourager à la fois le rayonnement du patrimoine et le renouvellement de la création contemporaine. Installé dans l'hôtel de Villeroy, le musée des tissus offre la plus prestigieuse collection de tissus au monde dans un parcours exceptionnel couvrant quelque 4500 ans d'histoire universelle du textile et des civilisations, de l'Orient à l'Occident, mettant en avant l'excellence de la production textile lyonnaise."
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée     Lire l'article du musée des tissus sur le blog Joconde.
 
 

Melun
musée municipal



"Musée pluridisciplinaire, installé aujourd’hui dans un ancien hôtel particulier, inscrit aux monuments historiques, le musée de Melun présente des collections d’histoire et d’archéologie. Un des premiers musées fondés en Seine-et-Marne, en 1853, le musée reste pourtant méconnu dans son ensemble. L’enrichissement des collections a reposé jusqu’en 1933 sur le dépôt par l’Etat de peintures et d'objets d’art du musée du Louvre. Jean-Baptiste Mauzaisse, Pierre-Narcisse Guérin, Claude Gautherot, Eugène Delacroix, Jules Lefebvre, Charles Rémond se côtoient ainsi avec bien d’autres artistes. Un accent particulier est mis sur le genre de la nature morte au 17ème siècle autour de l’acquisition de deux Van Hulsdonck réalisée en 1993. Comme le musée Henri Chapu (fonds principal de modèles plâtres), le musée conserve aujourd’hui les modèles du sculpteur mais également plus de 800 dessins et 900 lettres de correspondance dans ses réserves. Le versement récent sur la base Joconde va permettre d’assurer leur diffusion auprès d’un public plus large et doit servir au futur projet de valorisation des collections (redéploiement des collections sur un nouveau site, expositions, publications, médiations)."
Informations fournies par le musée (Dominique Ghesquière)



En savoir plus sur ce musée
 
 

Montbard
musée Buffon



"Le musée Buffon de Montbard a lancé en 2012 un vaste chantier des collections : récolement, informatisation des collections et réaménagement des réserves.
Ce premier export sur la base nationale Joconde représente une étape importante d’ouverture vers le grand public et les professionnels des musées pour faire connaître nos fonds.
La première sélection s’est naturellement portée sur l’une des plus belles collections de notre institution : 1008 estampes réalisées par François-Nicolas Martinet (1731-1790 ) pour l’édition de l’Histoire Naturelle de Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, tirée à 600 exemplaires dans le dernier quart du 18e siècle.
L'ensemble de ces gravures sur cuivre rehaussées d'aquarelle devrait être totalement mis en ligne sur Joconde à la fin 2013 "
Informations fournies par le musée (Lionel Markus)



En savoir plus sur ce musée
 
 
Notre-Dame-de-Bliquetuit,
écomusée de la Basse-Seine


L’Ecomusée de la Basse Seine souhaitait mettre en ligne sur la base Joconde les objets les plus emblématiques de ses collections ethnographiques et a choisi, dans ce but, plus de 300 objets pour un premier versement.
Constituées de plus de 11.000 objets, les collections abordent différentes thématiques, essentiellement régionales, recouvrant des champs tels que l’agriculture, l’artisanat, la vie quotidienne, le textile, la Seine…. Une part importante des collections est également constituée de témoignages oraux collectés sur l’ensemble du territoire.
Cette diffusion via le site du Ministère de la Culture est l’occasion pour l’Ecomusée de la Basse Seine d’acquérir enfin une visibilité nationale et de montrer la vitalité de ses acquisitions depuis son ouverture au public en 1983.
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée
 
 

Péronne
Historial de la Grande Guerre



Retrouvez la présentation de cette mise en ligne par Marie-Pascale Prévost-Bault, conservateur en chef de l'Historial de la Grande Guerre, sur le blog de Joconde.



En savoir plus sur ce musée
 
 

Poligny
musée municipal



"C’est le 7 août 1860 que l’arrêté de création du musée de Poligny est pris par le conseil municipal. Au fil des ans, les collections du musée vont s’enrichir rapidement par des dons, des achats, des échanges et des dépôts de l’Etat. Leur richesse et leur diversité couvrent des domaines aussi variés que l’ethnologie, l’archéologie ou les beaux-arts. Mais ce sont les objets d’ethnologie qui nous font le plus voyager, en allant de la Kabylie aux Iles Fidji…
Fermé depuis la seconde guerre mondiale, le musée de Poligny renaît en présentant sur Joconde une première campagne de numérisation, qui rend accessible à tous une centaine d’objets issus des principales collections du musée."
Informations fournies par le musée (Aude Leroy)



En savoir plus sur ce musée
 
 

Quinson,
musée de Préhistoire
des Gorges du Verdon


"Le musée possède des collections archéologiques issues des fouilles des années 60 dans les Gorges du Verdon avant la construction des barrages par EDF. Plusieurs grottes sont des sites archéologiques de référence du Sud-Est de la France pour les périodes du Paléolithique, Néolithique et Age du Bronze.
Afin de favoriser l'accès aux collections archéologiques d'un site majeur ayant une occupation humaine de plus de 400 000 ans : la grotte de la Baume Bonne (Quinson, 04), l'équipe du musée a décidé de numériser et mettre en ligne la collection Bottet provenant de ce site. Cette collection est issue des premières fouilles de la Baume Bonne réalisées dans les années 1946-1957 ; elle possède des pièces lithiques remarquables attribuées en majorité au Paléolithique moyen. Collection peu étudiée car ces fouilles anciennes ne permettent pas une localisation fiable dans la stratigraphie, sa numérisation et mise en ligne permettront au public, ainsi qu'aux étudiants et chercheurs, d'y accéder facilement. D'autres notices suivront pour présenter l'ensemble des collections issues de cette grotte."
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée
 
 

Rodez,
musée Denys-Puech


Le musée Denys-Puech est le premier musée de l'Aveyron à reverser une partie de ses collections sur la base nationale Joconde. Situé en plein centre-ville de Rodez, le musée est un écrin architectural conçu au début du 20e siècle pour présenter des oeuvres données par l'artiste sculpteur Denys Puech à la ville.
Autour des oeuvres de Denys Puech, le fonds du musée comprend une intéressante série d'oeuvres de deux artistes aveyronnais amis de Denys Puech - Maurice Bompard et Eugène Viala - ainsi que quelques toiles de peintres locaux contemporains parmi lesquels Eugène Loup et Tristan Richard.
Depuis 1987, la collection explore également divers courants de la création contemporaine des trente dernières années du 20e siècle (Bernard Pagès, Carmen Perrin, François Bouillon, Jean-Claude Loubières) et les oeuvres de jeunes sculpteurs et plasticiens (Aurèle, Francis Mascles, Nicolas Sanhes...) la complètent.
Musée des beaux arts tourné vers le 19e siècle et musée d'art contemporain ouvert sur la création, le musée Denys-Puech affirme ainsi sa double identité.
Depuis 2006, l’équipe du musée Denys-Puech mène le récolement, l’inventaire et la numérisation des collections du musée. Ce travail de fonds, long, minutieux et méconnu arrive à son terme : la base de données ainsi constituée permet déjà de mieux connaître et de mieux gérer les collections. Le musée est actuellement dans une phase de versement progressive de ses collections sur la base Joconde afin de diffuser ses connaissances auprès de tous les internautes. D’ici la fin de l’année 2012, l’ensemble de la collection du musée Denys-Puech devrait être reversé.
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée
 
 
Saint-Dizier,
musée municipal


"Fondé à la fin du 19e siècle, le musée fait actuellement peau neuve : il rouvrira ses portes fin 2012 et présentera alors une sélection de ses plus belles œuvres. Dans un cadre moderne et attrayant, il offrira au visiteur un parcours autour de trois axes : archéologie, ornithologie et fonte d’art. Il sera enrichi des dernières acquisitions et des œuvres restaurées. L’exceptionnelle reconstitution grandeur nature des trois tombes de chefs Francs trouvera sa place définitivement au musée. Ainsi, chacun pourra déambuler et admirer aussi bien de magnifiques verreries gallo-romaines, une outarde (grand oiseau aujourd’hui disparu), que la délicate statue de fonte Néréïde, récemment acquise".
Informations fournies par le musée
La participation du musée à Joconde permet de découvrir ses collections en avant-première.



En savoir plus sur ce musée
 
 

Sainte-Ménehould,
musée d'art et d'histoire


"Le musée d’art et d’histoire de Sainte-Ménehould est installé dans l’ancien hôtel de la subdélégation de Champagne construit en 1726. L’édifice est un témoignage de l’architecture du XVIIIe siècle.
L’établissement a réouvert en octobre 2011, proposant au public une scénographie totalement nouvelle. Il y est présenté, dans un intérieur bourgeois du XVIIIe siècle cinq thèmes, l’histoire de la ville, les arts sacrés, l’architecture, les arts mobiliers et le cabinet de curiosité, qui sont traités à l’aune de la ville. Le bâtiment lui-même participe de la visite et de cette explication, étant le premier édifice du projet urbain, et le principal témoin de cette vie passée retranscrite dans les œuvres exposées.
A la suite de la rénovation du lieu, une campagne de restauration, d’acquisition et de redécouverte des œuvres a été mise en place. Il se fait en parallèle un long travail de récolement et de réaménagement des collections en réserves. Ce travail, encore en cours, aboutit aujourd’hui aux premiers versements sur la base Joconde. Par ce biais, nous offrons un accès privilégié de nos collections à tous les internautes."
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée
 
 

Salles-la-Source
musée des arts et métiers traditionnels


"La collection des Musées départementaux du Conseil général de l’Aveyron, riche de près de 30.000 pièces (ethnologie, arts sacrés, science, patrimoine technique, beaux-arts) et de deux lieux d’exposition permanents que sont le musée des Arts-et-Métiers traditionnels (Salles-la-Source) et le musée des Mœurs et Coutumes (Espalion) reste pourtant méconnue dans son ensemble. Un important travail d’identification, de reconditionnement, de chantier des collections, dans le cadre d’un transfert des réserves d’un ancien dépôt vers un pôle de conservation, est en cours. Le versement récent sur la base de données nationale des musées de France, Joconde, va permettre de valoriser plus largement ces collections, de compléter un important travail de conservation et d’en justifier la nécessité ; il devrait servir de pilier à de futurs projets de valorisation (expositions temporaires, publications, médiations…)."
Informations fournies par le musée (Aline Pelletier)



En savoir plus sur ce musée
 
 
Suresnes,
musée d'Histoire urbaine
et sociale


La mise en ligne sur Joconde permet de découvrir une partie des collections du musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes, en attendant son ouverture en janvier 2013 : des postes radios et téléviseurs de la marque Philips, l’un des fleurons de l’industrie suresnoise, des cartes postales anciennes et des objets ethnographiques, témoins de l’activité de blanchisserie et viticole suresnoise.
Héritier des collections de plusieurs érudits locaux, le musée conserve depuis 1926 le patrimoine local historique et ethnographique de la ville de Suresnes (estampes, dessins, photographies, manuscrits, outils de vignerons et d'agriculteurs, objets…) témoignant ainsi de son évolution urbaine. Ce noyau est enrichi par une politique d'acquisitions qui cherche à développer une spécificité sur l'urbanisme social de l'Entre Deux Guerres. Il conserve ainsi une importante documentation iconographique sur les principales réalisations architecturales de cette époque : Cité-Jardins, école de plein air, lycée Paul Langevin, crèche Darracq… à laquelle viennent s'ajouter des témoignages oraux, des maquettes et des objets liés à la vie quotidienne au sein de ces équipements. Des éléments du patrimoine industriel figurent aussi dans les collections, flacons de parfum, cosmétiques de la société Coty, éléments de l'activité blanchisserie, évocation du passé aéronautique, automobile et radiotechnique de la ville.
Informations fournies par le musée



En savoir plus sur ce musée      Lire l'article du musée de Suresnes sur le blog Joconde.
 
 

Tulle
musée du Cloître
André Mazeyrie



"Situé au cœur de la cité médiévale, le musée est installé dans le cloître de l’ancien monastère bénédictin Saint-Martin de Tulle du 13e siècle. Il abrite des collections variées d’art et d’ethnohistoire, miroir de la vie et de l’histoire du Bas-Limousin. Depuis 2010, la Ville de Tulle a inscrit le musée du Cloître dans l’aventure d’un chantier des collections : inventaire, récolement, restaurations d’œuvres, aménagement de nouvelles réserves extérieures. Parallèlement, l’Etat, propriétaire du bâtiment, a amorcé en 2010-2011, une rénovation profonde du cloître qui a porté en première étape sur la galerie est. Ce contexte général de travaux, à la fois sur le bâtiment et sur les collections, amène le musée à revoir sa présentation permanente. Après la réouverture en août 2011 du rez-de-chaussée du musée, c’est aujourd’hui la salle du premier étage qui a été repensée pour présenter les collections, par roulement et par fonds ou par grandes thématiques, sous forme d’expositions temporaires.
Premier ensemble acheté par la ville en 1900, la collection de l’artiste Gaston Vuillier, 1845-1915, inaugure la première d'entre elles. Constituée à l'origine de 36 dessins, elle s'est enrichie, par la suite, de 3 peintures, 2 dessins, 4 estampes, et d'un livre avec une plaque de reliure en ivoire peint.
Le musée tenait à ce que cet ensemble soit également diffusé, en parallèle, sur la base nationale Joconde... Voilà qui est chose faite, avec un premier lot de 21 notices illustrées.
Le second et dernier lot de 25 oeuvres devrait les rejoindre sous peu."
Informations fournies par le musée (Karine Viatgé)



En savoir plus sur ce musée










  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |