A - B - C - D - E - F - G - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


R - S - T - V - X - Z

- R -

Raku : céramique à pâte chamottée, cuite à basse température (750 à 950), émaillée ou non . Née au Japon au cours du seizième siècle, cette technique ne concernait à l'origine que les bols destinés à la cérémonie du thé. Le terme raku désigne à la fois l'objet et sa technique de fabrication.

Réduction (textile) : nombre de fils de chaîne ou/et de trame contenus dans un centimètre. Réduction (céramique) : voir Cuisson en réduction. Pour la trame, elle s'indique en nombre de fils par centimètre, pour la chaîne en nombre de coups par centimètre

Rehaut (céramique, peinture) : Touche, hachure claire destinée à accuser les lumières.

Relais : interruption de la trame entre deux fils chaîne sur la hauteur d'au moins trois duites (duite = aller ou retour du fil de trame à travers la chaîne) qui font retour en sens opposé. Les relais peuvent être cousus ou conservés à des fins décoratives.

Repoussé (céramique) : technique de décor en creux ou en relief consistant à déformer localement, de l'extérieur ou de l'intérieur, la paroi d'argile plastique dans toute son épaisseur.

Réseau droschel : réseau typique de la dentelle aux fuseaux type Bruxelles, constitué de mailles à quatre fils tressés quatre fois sur les deux côtés parallèles à la lisière.

Reticella : procédé consistant à tirer la plupart de fils d'une toile, généralement de lin, de manière à ne laisser qu'un réseau clairsemé de fils horizontaux et verticaux, ensuite recouverts au point de surjet ou de boutonnière. Des fils sont alors lancés d'un bout à l'autre des vides, puis consolidés de la même manière, de manière à former des motifs géométriques. Des restes de toiles sont décelables sous les points de consolidation aux extrémités supérieure et inférieure de la pièce. Technique très appréciée au cours du seizième siècle, elle disparaît vers 1620, avant de connaître une véritable résurrection, notamment dans les campagnes italiennes, dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle.

Retors : fil obtenu en assemblant par une torsion généralement inverse des fils préalablement tordus.

Rouge de cuivre (céramique) : couleur obtenue par ajoût d'oxyde de cuivre à une couverte de haute température cuite en réduction (voir Cuisson en réduction). Cette couleur peut prendre de nombreuses tonalités : sang-de-boeuf, peau-de-pêche, haricot-rouge, foie-de-mulet, etc. Les exemples de rouge de cuivre sont nombreux dans la Chine des époques Ming et Qing.

- S -

Samit : terme médiéval dérivé du latin examitum, samitum ou du grec hexamitos (6 fils), et désignant un tissu, uni ou façonné, dont le rapport d'armure se compose de 6 fils et dont les faces d'endroit et d'envers sont constitués par des flottés de trame (enjambement d'un fil de trame au dessus ou au dessous de plusieurs fils de chaîne contigus) liés en sergé de 2 lie 1 (voir Sergé) par une chaîne de liage (chaîne auxiliaire utilisée pour relier les trames les unes aux autres, les fixer au dessus d'une croisure (entrelacement des fils) de fond ou les armurer), avec une proportion de 1 fil pièce pour 1 fil de liage. En règle générale, les fils pièce sont complètement dissimulés entre les trames. Le terme s'emploie de manière plus étendue pour des tissus où la proportion des chaînes est différente et où le liage s'effectue avec d'autres armures sergées (exceptionnellement en satin).

Samit façonné : Samit (voir ce terme) dont les diverses trames alternent pour constituer à l'endroit aussi bien le fond que les effets de décor.

Satin : armure dont les liages sont répartis de manière à se dissimuler parmi les flottés (enjambement d'un fil de chaîne au dessus ou au dessous de plusieurs coups de trame contigus, ou d'une trame au dessus ou au dessous de plusieurs fils de chaîne contigües) adjacents afin de constituer une surface unie et plane ne laissant apparaître que des flottés. Les satins se définissent par le nombre de fils de chaîne constituant le rapport d'armure et par le décochement, lequel indique le nombre de fils dont chaque liage se déplace d'un coup sur l'autre.

Sanguine : dessin, sa couleur peut varier du brun au rouge en passant par l'orangé.

Sergé : armure caractérisée par des côtes obliques obtenues en déplaçant d'un seul fil, vers la droite ou vers la gauche, tous les points de liage à chaque passage de la trame. Les sergés se définissent par une suite de nombre dont la somme détermine le rapport d'armure et qui indiquent la longueur respective des flottés et des liages ainsi que leur répartition dans le rapport. Ces nombres peuvent s'inscrire en les séparant par le mot " lie " et des virgules (3 lie 1, 1 lie 1) ou par des points (3.1.1.1.). La direction des côtes peut s'indiquer par les lettres S ou Z (voir Torsion).

Sérigraphie : estampe, à partir du 19ème, mais surtout du 20ème siècle. Aspect glacé, pâteux, régulier et plat. Dérivé du pochoir japonais. Technique également utilisée pour le décor des céramiques

Sgraffite ou Sgraffiti : procédé de décoration par grattage de l'engobe. Premier procédé : la terre claire est recouverte d'une couche d'engobe rouge dans laquelle des motifs sont gravés, au peigne ou à la pointe, de manière à faire réapparaître la couleur du tesson (le corps de la poterie). Deuxième procédé : la terre est recouverte de deux couches d'engobe, l'une foncée (rouge), la seconde claire (blanche). Des motifs sont gravés au peigne ou à la pointe dans la couche claire de manière à laisser réapparaître le fond foncé. A sgraffiato : ce procédé de décoration sur des céramiques italiennes du XVe siècle, puis dans toute l'Europe au XVIe siècle, et qui disparaît au dix-septième siècle.

Sigillée : céramique gauloise façonnée par moulage, portant un décor en relief et recouverte d'un engobe riche en fer de couleur rouge.

Sprang ou Meshwork : chaîne fixée à ses deux extrémités et dont on entrecoise les fils. Entrecroisement, entrelacement et tressage peuvent être mêlés sur une même pièce. Chaque croisure (entrelacement des fils) exécutée dans le haut de la pièce est reproduite sysmétriquement dans le bas selon une torsion inverse. Les dernières croisures, au centre de l'ouvrage, sont fixées les plus souvent par des noeuds ou par des cordelettes d'arrêt. Technique connue au Danemark dès l'âge du bronze, avant l'ère chrétienne dans les pays nordiques et au Pérou, puis dans la région des lacs suisses et en Egypte.

Superposition (céramique) : technique d'émaillage constitué de plusieurs glaçures posées les unes sur les autres, en recouvrement total ou partiel, afin que, à haute température, les couleurs s'interpénètrent et se modifient entre elles.

Support : matériaux recevant les pigments, les médiums ou les impressions et éléments d'impression.

- T -

Taffetas : terme équvalent pour la soie de celui de Toile (voir ce terme). armure dont le rapport se limite à deux fils et deux coups et dans laquelle le fils pairs et impairs alternent, à chaque coup, au dessus et au dessous de la trame.

Taille d'épargne : gravure. Pas de grain. Egalité dans la "couleur" de l'encre. Pas de modulation (un noir est le même partout). Permet de grands aplats, réguliers de teinte. Sans traces de travail de l'outil.

Taille douce : gravure. Présence d'une cuvette (cuvette : différence de niveau dans le papier occasionnée par le passage sous la presse, mais souvent non visible sur les gravures anciennes, aux marges découpées).

Technique : pigments, médiums, procédés de gravures, et leurs diverses utilisations.

Teint en buff : procédé de décor de la vannerie consistant à faire bouillir l'osier avec sa peau, de manière à ce que le tanin contenu dans l'écorce colore le rameau. Une fois écorcé, celui-ci a alors une teinte cuivrée.

Tenmoku : déformation japonaise de Tianmu, nom d'une montagne de Chine où les moines venaient acheter des bols pour la cérémonie du thé. Glaçure noire riche en oxyde de fer, obtenue à haute température lors d'une Cuisson en réduction (voir ce terme). Apparue en Chine dès l'époque des Six dynasties, cette techniue connut son apogée à l'époque des Song.

Terre chamotée : pâte crue additionnée d'argile ou de pâte cuite et broyée à des degrés de finesse variable (chamotte) afin de diminuer le retrait et de faciliter le séchage sans déformation.

Terre de Lorraine : mélange d'argiles blanches, tentant d'imiter la faïence fine, mis au point à Lunéville en 1748.

Tirage à la gomme bichromatée (vers 1900-1930) : tirage très stable à base de gomme arabique et de couleurs pour aquarelle, mais monochrome. Exploité par photographes pictorialistes.

Tirage au charbon : tirage monochrome inaltérable (aucun affaiblissemnt ou jaunissement). Plus de 30 coloris dans les années 1860. Papiers au charbon généralement de teinte "rouge chocolat". Structure à deux couches (support papier/albumine ou gélatine). Léger relief parfois difficile à distinguer. Proche de la photoglyptie.

Tissé sur champs : procédé de vannerie dans lequel l'éclisse est placée sur son arête au lieu de reposer à plat sur le montant.

Tissu façonné : tissu décoré de dessins plus ou moins complexes obtenus par croisement des fils de chaïne et de fils de trame, dont l'exécution nécessite l'emploi de procédés spéciaux de fabrication.

Toile : armure dont le rapport se limite à deux fils et deux coups et dans laquelle les fils impairs et pairs alternent à chaque coup au dessus ou au dessous de la trame et, par extension le tissu exécuté d'après cette armure. Le terme toile est réservé aux fibres discontinues : lin, laine, coton. Pour la soie, voir Taffetas. Pour le cas particulier de la peinture, on utilisera le terme toile en tant que matériau de support si l'on ignore la nature réelle du matériau (chanvre, jute, coton, etc.).

Tondu : troisième étape de l'apprêt du drap après tissage. Le tissu foulé et lainé est rasé avec de grandes forces de tondeurs.

Torsion : action de tordre un fil ou un groupe de fil pour en accroître la solidité. Le sens de la torsion est indiqué par les lettres S (sens inverse des aiguilles d'une montre) et Z (sens des aiguilles d'une montre), la barre médiane de la lettre étant parallèle au spires du fil.

Tournassé : finition et reprise après tournage des détails de la forme de la pièce à l'aide tournasin (ou tournazin), outil composé d'une lame percée en son milieu et fixée à un manche par une tige métallique, droite ou recourbée.

Trame : ensemble de fils disposés transversalement aux fils de chaîne dans un tissu. L'un des composant d'un coup de trame est appelé bout.

Travail en feuille : "Mince plaque d'une matière quelconque. Une feuille de bois, de métal, de carton. L'ardoise, le mica se délitent ou sont détachés par feuilles. Une feuille de schiste. Une feuille de tôle, de zinc, de cuivre. Le travail des métaux en feuille. (Acad.fr)

Tressaillage : craquelure de la couverte utilisée dans un but décoratif, obtenue par une différence de dilatation entre la glaçure et le tesson. La taille du réseau varie en fonction de la composition ou du broyage de la glaçure.

Trois crayons : dessin, 18ème siècle (Rubens dès le 17ème). Pierre noire, sanguine, craie blanche.

- V -

Vernis mou : gravure. Pour graver en manière de crayon. Importé d'Angleterre à la fin du 18ème (Gainsborough, Decamps, Rops).

Vernissé (aussi appelé glaçure plombifère et, jusqu'au dix-neuvième siècle : plommure) : glaçure vitrifiable et translucide à base d'oxyde de plomb. Le biscuit, tendre et poreux, éventuellement orné d'un décor en relief ou en creux, est humecté, puis saupoudré de plomb broyé et tamisé, avant d'être passé au four. Le vernis change de couleur et d'aspect selon son degré de cuisson : entre 760 et 790, il devient orangé, granuleux et fissuré, entre 910 et 940 il devient rouge, brillant et uni, entre 990 et 1020 il devient rouge sombre et il présente des différences d'épaisseur, au delà, il noircit et la pièce subit un grésage. Apparaït dès le neuvième siècle dans le Beauvaisis. La grande quantité de plomb nécessaire à cette fabrication et la consommation croissante de plomb par les armées va entraîner la raréfaction de cette céramique à la fin du dix-neuvième siècle.

- X -

Xylographie : désigne les gravures sur bois antérieures au 16ème, et des 19ème et 20ème siècles.

- Z -

Zincographie : estampe, procédé lithographique sur zinc.


R - S - T - V - X - Z

A - B - C - D - E - F - G - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z