logo visites guidées - zooms


Théophile Schuler (1821-1878)






notice



autres zooms
Théophile Schuler est un graveur, un illustrateur et un peintre romantique qui puise son inspiration dans l'histoire, les coutumes, les habitants et les paysages de son Alsace natale.
Schuler est né à Strasbourg en 1821. Il suit une tradition familiale et s'oriente vers la gravure. En 1837, il part étudier à Karlsruhe, puis, de 1838 à 1843, il poursuit son apprentissage à Paris dans l'atelier de Michel Martin Drolling, peintre d'histoire. Schuler retrouve alors des "compatriotes" qu'il représente dans le Punch d'étudiants. Il expose au Salon de 1845 La construction de la cathédrale de Strasbourg. Dès ses œuvres de jeunesse, Schuler montre son goût pour la création narrative.
Suite aux événements de 1848, il revient à Strasbourg où il fonde une école de dessin. Dès 1850, Théophile Schuler va être connu pour ses peintures romantiques, tel Le Char de la mort, conservé à Colmar, musée Unterlinden (esquisse). Ses sources d'inspiration sont littéraires (Esmeralda en prison), et historiques, en particulier sur l'histoire de l'Alsace : La Construction de la cathédrale de Strasbourg, Erwin de Steinbach, Le Gage touché, Le Carrosse du Prince Max, et autres tableaux.
Entre 1849 et 1851, Schuler illustre Der Pfingstmontag, première pièce de théâtre en alsacien de Johann Georg Daniel Arnold. En 1855, il reçoit la visite de Delacroix, de passage à Strasbourg (dessins de la cathédrale). A partir de 1859, il collabore aux magazines français : Le Magasin pittoresque, ainsi qu'à L'Illustration. En 1865, il travaille pour les éditions Hetzel dont il illustre de nombreux romans, comme L'ami Fritz, Histoire d'un paysan d'Erckmann-Chatrian . Ses dessins et ses gravures relèvent du naturalisme, notamment dans ses portraits, ainsi que d'un réalisme folklorique perceptible dans ses illustrations de roman ou de presse.
La guerre de 1870 oblige Schuler à quitter Strasbourg. Il s'installe à Neuchâtel où il épouse Rose Bachelin, elle-même artiste-peintre. En 1872, naît sa fille unique Rose-Alsa Schuler. De 1873 à 1876, Schuler fait de nombreux séjours en Alsace. En 1877, il revient s'installer, avec sa famille, à Strasbourg où il décède l'année suivante.
En 1938, sa fille légue les œuvres et documents de son père à la Société des Amis des Arts de Strasbourg. Ce fonds est aujourd'hui conservé au musée des beaux-arts, au musée historique, ainsi qu'au cabinet des estampes et des dessins.

Source : catalogue d'exposition Un romantique alsacien. Théophile Schuler, 1821-1878, Strasbourg, Château des Rohan, avril-juin 1979, Strasbourg, 1979

Musées de Strasbourg
et Jeannette Ivain - mai 2017


  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |