logo visites guidées - zooms


Pontoise, vu par les artistes





notice



autres zooms
Aux 16e et 17e siècles, Pontoise est d’abord une ville royale dont le « portrait » par les artistes doit mettre en scène les attributs liés à ses fonctions administratives et religieuses. Ce sont les éléments architecturaux du pouvoir qui dominent son paysage. Les ouvrages défensifs, remparts et château, s’entourent d’une couronne de clochers, ceux des églises et des monastères. Ses fonctions économiques et stratégiques se confondent dans le pont fortifié. Ses plus célèbres représentations lui sont offertes par Israël Silvestre et Claude Chastillon.
Dans la seconde moitié du 18e siècle et au début du 19e siècle, les peintres, sans remettre en cause le point de vue classique qui montre la silhouette du Mont-Bélien surplombant l’Oise, s’attachent à ses aspects pittoresques. Désormais, c’est le pont couvert de moulins qui retient toute leur attention.
Puis, avec le Second Empire et les Impressionnistes, le paysage s’humanise. L’homme dans ses activités quotidiennes devient une source d’inspiration. Les marchés, les foires, les fêtes, les usines, les berges de l’Oise et leurs animations, retiennent l’attention des peintres, comme Clovis Cousin, Adolphe d'Hastrel, Ludovic d'Hastrel, F Mary, Alphonse Charles Masson.
Ludovic Piette, venant séjourner chez son ami Camille Pissarro à partir de 1874, s’intéresse aux marchés dans lesquels il décrypte les règles d’une vie sociale. Edouard Béliard, s’installant trois années à Saint-Ouen-l’Aumône entre 1872 et 1875 pour travailler avec Pissarro, privilégie les berges de l’Oise. Pissarro, quant à lui, préfère le plus souvent se fondre dans la foule des petits maraichers qui animent les places ou s’engager dans les sentes à flanc de coteau qui lui ouvrent des perspectives inattendues. Durant une vingtaine d’années, il explorera la ville sans épuiser son motif.
Les Pontoisiens Louis Hayet, Gustave Loiseau, William Thornley, Luis Jimenez resteront fidèles à la ville et, au début du 20e siècle, Octave Linet, Frédéric Cordey, plus brièvement Maurice de Vlaminck et Maurice Utrillo, complèteront le riche répertoire d'œuvres laissé par Pissarro, Gauguin et Cézanne, donnant à Pontoise une notoriété internationale.

Christophe Duvivier
(directeur des musées de Pontoise)
mise en ligne par Jeannette Ivain
novembre 2015
  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |