logo visites guidées - zooms


Louis Nicolas Lemasle





notice



autres zooms
Parisien d’origine normande, le peintre Louis Nicolas Lemasle (1788-1876) est un élève, pour ainsi dire inconnu, de Jacques Louis David. Son séjour à Rome de 1812 à 1814, sa participation à la décoration du palais impérial de Monte Cavallo, sur le Mont Quirinal, et sa rencontre de nombreux artistes (Ingres dessina son portrait) marquèrent le début d’un surprenant itinéraire.
Au cours de dix ans à Naples, d’abord au service des Murat, puis des Bourbons des Deux-Siciles, en tant que peintre de la chambre de Léopold, prince de Salerne, fils du roi Ferdinand Ier, et conservateur de sa galerie, il fut l’un des familiers des princesses royales, futures duchesse de Berry et reine Marie-Amélie, qu’il allait retrouver en France et sous la protection desquelles il se plaça.
Professeur de l’école de dessin de Saint-Quentin (Aisne), de 1830 à 1862, Lemasle tint une place importante dans le paysage culturel de la ville et du département. Fort de son expérience en Italie, de sa découverte de l’archéologie à Pompéi, Herculanum ou Paestum et de son goût pour les églises du Moyen Age, il créa, en 1833, le premier musée de Saint-Quentin, dont il fut le conservateur, et fut nommé, en 1835, au poste nouvellement créé d'inspecteur des Monuments historiques de l'Aisne.
Tout en menant une carrière d’enseignant et en contribuant à la prise de conscience de ce que nous dénommons aujourd’hui « le patrimoine », l’artiste resta fidèle à David mais s’efforça toujours de s’adapter à l’évolution du goût. Ses œuvres de style troubadour portent l’empreinte de sa passion pour l’architecture. Portraitiste et peintre de cérémonies officielles, ses dessins témoignent de son intérêt pour le quotidien du peuple. Quelques musées en France conservent des œuvres de Louis Nicolas Lemasle : le musée du Louvre, le musée Condé à Chantilly, le palais de Compiègne, le musée Magnin à Dijon, le musée des beau-arts de Nantes, et le musée Antoine Lécuyer à Saint-Quentin.
En 2013, le musée Antoine Lécuyer a publié la première monographie consacrée à l’artiste suivie du catalogue raisonné de son œuvre. Peintures, dessins, estampes et fonds d’archives largement inédits révèlent une personnalité du monde artistique du XIXe siècle.

par Hervé Cabezas, (musée Antoine Lécuyer) et Jeannette Ivain
novembre 2014


  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |