logo catalogue - zooms


De dos...





notice



autres zooms
Les conventions de l'art occidental favorisent le plus souvent une représentation humaine frontale, perçue comme celle qui interpelle le mieux le spectateur et qui autorise le plus large répertoire expressif. La représentation de profil, elle, à l'exemple des camées et des médailles, donne à voir le modèle sous un jour altier et distancié.
Mais alors que recherche l'artiste quand il portraiture sa figure de dos, dissimulant de fait sa face ou son profil perdu à celui qui le représente comme à ceux qui le regardent ? Le spectateur n'est plus pris à témoin de la même manière ; son regard sur la scène est forcément autre, contemplant la figure à son insu.
Semblant n'y être pour personne, le modèle gagne paradoxalement en présence, particulièrement lorsque sujet unique du tableau, il prend une stature à la monumentalité saisissante qui emplit le cadre.
L'artiste prend alors plaisir à "camper" son modèle grâce aux morceaux de bravoure d'imposants drapés ou de robes spectaculaires.
La représentation de dos se révèle d'ailleurs un complément de point de vue indispensable à l'étude du costume traditionnel, militaire ou à la gravure de mode. Vue de dos, la parure capillaire devient le point de mire de la figuration.
Bien souvent, cet angle de vue capte l'intimité de la femme à sa toilette, la révèle nue, assise, allongée ou debout épiée par le spectateur à son insu ou non.
Le jeu des points de vue est exacerbé par la présence d'un miroir ou d'une nappe d'eau comme chez Henner.
Paradoxale en sculpture, dont le propre est bien que l'on tourne autour, la représentation de dos peut être totalement délibérée.
Image d'un Orient alangui, l'Odalisque, dans le sillage d'Ingres qui lui ajouta quelques vertèbres, connut une certaine fortune.
La juxtaposition enlacée des trois Grâces de profil, de face et de dos, composition inlassablement reprise depuis la période hellénistique, exalte la plénitude de la vie en rendant indissociables Allégresse, Abondance et Splendeur.
Au delà de l'exaltation d'une femme idéalisée, la figure de dos permet d'évoquer l'intimité domestique dans laquelle s'immice le spectateur, le recueillement ou l'imploration.
Le spectateur est parfois invité à partager le point de vue extérieur ouvert par la figure. Il peut aussi l'accompagner dans sa promenade au jardin, la suivre dans le paysage qui la laisse solitaire ou tendue vers l'espoir.

par Carine Prunet - Décembre 2012


  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |