logo visites guidées - zooms


Le trésor de Chenôves,
musée des Ursulines à Mâcon





notice



autres zooms
Au cours de l'hiver 1933-1934, Eugène Guillard, abbé de Chaudenay, effectue des fouilles dans la grotte du Creux Beurnichot, sur la commune de Chenôves, située en Saône-et-Loire. Dans des niveaux d'occupation d'époque gauloise, les restes osseux d'une dizaine d'individus (1 ou 2 familles ?), pour la plupart des enfants, ont été dégagés. D'autres objets ont été découverts dans l'unité stratigraphique : des tessons de pots, écuelles et autres récipients datés de la fin du second Age du Fer, durant la Tène III (période gauloise pré-romaine, fin 2e siècle-début 1er siècle av JC), et quelques petits objets : anneaux métalliques, fibule en fer, perles. Un pillage avait manifestement eu lieu au cours de l'occupation. Les corps ont été laissés sur place sans avoir été inhumés, ce qui laisse à penser à une mort violente.
Dans un couloir qui a échappé au pillage, un trésor de quarante à cinquante monnaies gauloises a été mis au jour. Le musée de Mâcon conserve 42 monnaies issues de ce trésor : 39 provenant de l'abbé Guillard en 1965 et 3 issues du propriétaire du terrain en 1990. D'après la datation des monnaies et des poteries, le trésor a été enterré au 1er siècle av JC.
Les monnaies qui le composent sont des statères en or de bas titre ou en électrum datés aussi de la Tène III, émis par les Eduens, important peuple Celte installé au centre-est de la Gaule (Allier, Côte d'Or, Nièvre et Saône-et-Loire), dont les capitales furent Bibracte puis Autun - Augustodunum.
Les images figurées sur les pièces sont des réinterprétations des statères de Philippe II de Macédoine, monnaies avec lesquelles certains mercenaires celtes étaient payés durant de grands conflits antiques. Mais l'imagerie des statères de Philippe II a été récupérée et réadaptée aux critères culturels des Celtes.
Les droits de toutes ces monnaies figurent une effigie de profil très simplifiée, avec un fleuron devant la bouche et une coiffure aux mèches en forme de S.
Les revers ont pour base la représentation systématique d'un cheval stylisé avec des variantes : conducteur à forme humaine ou d'oiseau, présence d'un char ou non, et divers symboles de l'art celte, souvent entre les jambes du cheval : une roue, un triskèle, ou une lyre.
La découverte de ce site a révélé un drame chez les Eduens, ainsi qu'un trésor qui a permis de définir un nouveau type iconographique de numismatique : le type de Chenôves.

Héloïse Schomas - Musées de Mâcon
et Jeannette Ivain - novembre 2016


  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |