logo visites guidées - zooms


Chanson d'automne





notice



autres zooms
L'automne est sans doute la saison qui suscite les jugements les plus contrastés. Paul Verlaine (1844-1896) a donné de l'aspect parfois mélancolique de cette saison le plus célèbre exemple : « Les sanglots longs / Des violons / De l’automne / blessent mon coeur / d'une langueur monotone… ». La célébration du jour des morts contribue à donner à l'automne une atmosphère triste.

L'automne correspond à un phénomène astronomique : l'équinoxe. Au bord de la mer, l'équinoxe provoque de fortes marées, favorables à la pêche à pied. Ensuite vient la diminution des jours. Elle a des conséquences sur la végétation, qui connaît d'abord un regain de vigueur. Quand les peintres occidentaux inscrivent l'automne dans le cycle des quatre saisons, ils adoptent généralement l'image de fécondité liée aux vendanges et au culte de Bacchus. Outre le raisin, les différents fruits de cette saison (pommes, poires, prunes, coings, figues, châtaignes, noix et noisettes) apparaissent dans de nombreuses natures mortes, parfois avec du gibier. Les animaux sauvages nés au printemps sont en effet arrivés à maturité et la chasse de certaines espèces devient alors possible. Le vénéneux colchique s'épanouit dans les prés. Apollinaire (1880-1918) lui consacre un poème : « Le colchique couleur de cerne et de lilas / Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là / Violâtres comme leur cerne et comme cet automne… ». Le colchique n'est pas la seule fleur d'automne chère à l'art nouveau. Avec la mode du Japon, le chrysanthème devient également populaire dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle.

Théodore de Banville (1823-1891) a chanté la gloire colorée de l'automne : « Sois le bienvenu, rouge Automne, / Accours dans ton riche appareil, / Embrase le coteau vermeil / Que la vigne pare et festonne… ». La météorologie inconstante (brouillard, pluie, vent, premières gelées, voire neige en fin de saison) hâte la coloration puis la chute des feuilles. Chez Jean-Antoine Watteau, les frondaisons subtilement colorées contribuent à la mélancolie de plusieurs peintures, mais les tons chauds des feuillages inspirent à certains artistes des hymnes flamboyants.

par Laurent Manœuvre - octobre 2013


  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |