logo  à la une

Nouveaux musées

Grasse,
musée d'art et d'histoire
de Provence





Installé dans l’hôtel Clapier-Cabris, datant du 18e siècle, le musée d’art et d’histoire de Provence (MAHP) évoque la vie quotidienne et artistique de la Provence orientale depuis la préhistoire jusqu’au 20e siècle. Inauguré en 1921, ce musée est l’œuvre de François Carnot (1872-1960), fils de Sadi Carnot, ancien président de la République (1887 – 1894) et marié à Valentine Chiris, fille de l’industriel en parfumerie grassois.
Cet hôtel particulier, divisé en trois niveaux, est ouvert sur un jardin qui accueille de nombreuses manifestations culturelles. Le musée conserve et présente de nombreux objets issus de l’archéologie régionale et des arts et traditions populaires. Il laisse également place à une importante collection beaux-arts, mobilier, céramique, verreries, textiles, bijoux et armes. L’étude de ces collections est rendue possible grâce au fonds d’imprimés dont dispose le centre de documentation.
Depuis 2015, le musée s’est engagé dans une dynamique de modernisation. Le premier étage a entièrement été repensé autour des œuvres du peintre grassois Charles Nègre et de François Marius Granet, aux côtés desquelles se trouve un ensemble de tableaux figurant des paysages provençaux. Parallèlement, le MAHP mène une importante campagne de numérisation de ses collections. C’est dans le cadre de cette nouvelle impulsion que le musée souhaite diffuser ses collections sur la base Joconde.

Informations fournies par le musée (Emmanuelle Fournier)

Aperçu des collections   ">

En savoir plus sur ce musée
 

Grasse,
musée international
de la parfumerie



Inauguré en 1989, rénové et agrandi en 2008, le musée International de la parfumerie abrite une collection de plus de 50.000 objets (dont 2.900 environ sont exposés) répartis sur 3.500 m2. Installé à Grasse, berceau de la parfumerie française, il s’articule autour du rempart de la ville médiévale (14e siècle), de l’ancienne parfumerie Hugues-Aîné et de l’hôtel particulier Pontevès, classé Monument Historique (18e siècle).
A travers un parcours olfactif, sensoriel et ludique, le visiteur est invité à découvrir l’histoire de la parfumerie sous différents aspects : utilisation des matières premières, fabrication, industrie, innovation, design, négoce, etc. Les témoignages de cette activité ont été relayés sous différentes formes : arts décoratifs, archives, textile, savoir-faire, patrimoine industriel. La visite s’effectue suivant une approche chronologique de l’histoire de l’industrie du parfum, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, sur les cinq continents, suivant trois axes majeurs : communiquer, soigner, séduire. En complément du parcours historique, des œuvres d’art contemporain ont été mises en place tout au long du cheminement, en reprenant les thématiques liées à l’univers de la parfumerie.
Pour répondre à une démarche devenue désormais incontournable, le musée a souhaité verser une partie de son fonds numérisé et inventorié, sur la base Joconde, lui permettant, ainsi, de valoriser ses collections, faciliter les recherches et de bénéficier d’un rayonnement national.

Informations fournies par le musée (Christelle Aulagnier)

Aperçu des collections    

En savoir plus sur ce musée
 

Lezoux,
musée départemental
de la céramique



Ouvert depuis 2007, le musée départemental de la céramique à Lezoux, installé dans une ancienne fabrique de poteries réhabilitée, prend la suite de l’ancien musée municipal qui avait été créé dans les années soixante. Dans le bâtiment abritant les deux fours monumentaux - qui servaient à cuire, dans les années 1880-1947, terre vernissée, grès et faïence - se déroule l’exposition permanente, sur environ 1.300 m2. Elle présente les collections issues du site archéologique de Lezoux qui fut l’un des plus grands centres de production de céramiques de l’Empire romain. Parmi les nombreuses productions, la plus importante - et la plus étudiée par les archéologues - est la « sigillée », vaisselle de table, de couleur orangée ou rouge, décorée de motifs en reliefs et, la plupart du temps, signée par le potier. Cette céramique a été fabriquée à Lezoux durant les cinq premiers siècles de notre ère ; commercialisée en masse et à grande échelle au 2e siècle, elle a permis de véhiculer une certaine image de la romanité à travers les territoires du monde romain occidental. Le parcours permanent, tout en respectant la chronologie dans les présentations d’objets, est conçu de façon thématique (panorama des productions céramiques de Lezoux, quotidien des potiers, « portraits » de quelques potiers décorateurs…) et expose un pourcentage significatif des collections, même si le musée en conserve un grand nombre dans ses réserves (la quasi-totalité des objets trouvés en fouille à Lezoux de la fin des années cinquante à 1999). Ce premier versement est l’occasion d’une première diffusion numérique, dans une optique de transmission et de partage des connaissances.

Informations fournies par le musée (Fabienne Gateau)

Aperçu des collections    

En savoir plus sur ce musée
 

Strasbourg,
musée archéologique



Le musée archéologique de Strasbourg est issu d’une importante collection d'antiquités régionales réunie par une société savante fondée en 1855, la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, toujours en activité aujourd’hui. Depuis le milieu du 19e siècle, cette société a collecté, grâce à ses membres correspondants, à des achats judicieux et au soutien constant des autorités (successivement françaises et allemandes), un vaste ensemble de collections s’échelonnant de la préhistoire à l’époque médiévale. Ces collections ont été données à la Ville de Strasbourg en 1946 ; cette donation constitue l’acte de naissance de l’actuel musée archéologique qui a pris rang à cette date parmi les trente "musées" classés » de France.
La section gallo-romaine y occupe une place privilégiée et les collections lapidaires mises au jour à Strasbourg et sa région ainsi que dans une large partie du département du Bas-Rhin sont particulièrement riches en sculptures et monuments votifs ou funéraires. Elles constituent aujourd’hui un des points forts du musée archéologique de Strasbourg. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ces ensembles ont continué à s’enrichir grâce aux fouilles archéologiques réalisées à Strasbourg et dans toute la région sous l’égide de la Direction des Antiquités historiques, puis du Service régional de l’Archéologie.
Ce premier verseement est l'occasion de découvrir ou de redécouvrir cette collection importante.

Informations fournies par le musée

Aperçu des collections    

En savoir plus sur ce musée
 

Wissembourg,
musée Westercamp



Le musée Westercamp de Wissembourg, inauguré officiellement en 1913, a été créé sous l’impulsion d’une société savante locale appelée "Altertumsverein". L’acquisition des bâtiments qui abritent le musée a été financée par un enfant du pays, le mécène Paul Westercamp (1839-1920). Installé dans une magnifique maison vigneronne, le musée Westercamp se définit comme un musée urbain à dominante historique, tenant compte de la situation frontalière de la ville.
Les collections très diverses sont représentatives de l’histoire, du patrimoine et de la société de Wissembourg et de son arrondissement. Elles se rapportent principalement aux thématiques suivantes : la guerre franco-allemande de 1870-71, l’archéologie, l’histoire locale, les arts et traditions populaires et la vie quotidienne, le mobilier bourgeois (17e au 19e siècle), la production lithographique des imagiers locaux Jean Frédéric Wentzel & successeurs (1840-1930).
En 1994, le musée de Wissembourg a intégré le réseau de la Conservation des musées du Parc Naturel régional des Vosges du Nord pour répondre au besoin de professionnalisation des musées. Une campagne d’inventaire des collections et des actions de conservation préventive et curative ont été progressivement mises en place.
Le musée Westercamp est actuellement fermé pour des raisons de sécurité mais ses collections restent visibles lors d’expositions temporaires organisées régulièrement hors les murs. Ce versement sur la base Joconde permet de présenter et de valoriser la collection du musée Westercamp ; celle-ci est ainsi portée à la connaissance du public de façon numérique, une autre manière de la diffuser pendant la fermeture du musée. Ce versement est aussi un aboutissement du travail d’inventaire mené dans l’ombre depuis de nombreuses années.

Informations fournies par la Conservation des musées du Parc naturel régional des Vosges du Nord

Aperçu des collections    

En savoir plus sur ce musée
  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |