logo  à la une


Nouveaux musées

Lagny-sur-Marne
musée Gatien-Bonnet



Le musée municipal Gatien-Bonnet de la ville de Lagny-sur-Marne est situé à environ trente kilomètres à l’est de Paris à la frontière du pays briard. Il fut fondé par le docteur Gatien Bonnet en 1868 et inauguré dans les bâtiments de l'hôtel de ville. En 1961, les collections furent transférées à leur emplacement actuel, une maison bourgeoise construite vers 1840 en bord de Marne. Consacré à l’histoire de Lagny et de sa région, de la préhistoire au début du XXe siècle, le musée présente notamment de l’outillage néolithique, de la céramique médiévale, de l’art religieux et de manière privilégiée les peintures néo-impressionnistes de Léo Gausson (1860-1944) et Cavallo-Péduzzi (1851-1917), artistes contemporains de Georges Seurat.
Parallèlement sont exposées régulièrement les photographies de Louis Adolphe Humbert de Molard (1800-1874), artiste, inventeur et fondateur 1854 de la Société française de photographie qui explorera les multiples procédés photographiques de son époque ; collection de daguerréotypes, calotypes et plaques de verre.
La collection comprend également les œuvres et manuscrits de l’écrivain Léon Bloy (1846-1917) et une importante collection de gravures sur bois de Paul-Emile Colin (1867-1949).
Dans la dynamique liée à l’important travail d’inventaire et d’informatisation des collections, le Musée Gatien-Bonnet a jugé important de rendre visible et accessible la somme d’informations liée au fonds du musée. Les premiers versements effectués par le musée sur le portail Joconde visent à la diffusion des collections relatives au mouvement néo-impressionniste et à l’œuvre photographique de Louis Adolphe Humbert de Molard. Destinée au plus grand nombre, par le fait de circuler sur internet, cette valorisation tend à une plus ample connaissance des œuvres et au rapprochement dynamique des compétences pouvant déboucher sur des rencontres, des confrontations, des collaborations.
Informations fournies par le musée (Jean-Paul Matifat)

Peintures              
Photographies     

En savoir plus sur ce musée
 

Paray-le-Monial
musée du Hiéron



Le nom atypique du musée interpelle le visiteur... "HIERON", vient de la racine grecque "HIEROS" qui signifie sacré. Il fut fondé au 19 siècle par le jésuite Victor Drevon (1820-1880) et le diplomate russo-espagnol Alexis de Sarachaga (1840-1918), qui décida de consacrer toute sa fortune à cet établissement en rassemblant une collection d’œuvres d’art internationales.
Le musée du Hiéron cache derrière une façade monumentale d'aspect classique,une étonnante architecture métallique influencée par Gustave Eiffel. Conçu par l’architecte parisien Noël Bion, il fut construit de 1890 à 1893. Depuis sa rénovation par les architectes Catherine Frenak et Béatrice Jullien (2005), ce monument construit spécifiquement pour être un musée, est l’un des plus anciens musées d’art sacré en France. Labellisé Musée de France, il présente sur 700 m² un parcours culturel retraçant deux millénaires d'histoire du christianisme à travers une collection unique de peintures, sculptures, estampes, tissus et objets d’art.
Parmi les œuvres se distinguent le portail roman d’Anzy-le-Duc (12e siècle) classé Monument Historique, l’extraordinaire Trésor National la Via Vitae (1894-1904) de l’orfèvre-joaillier Joseph Chaumet qui retrace la vie du Christ, et Le Signe de Thomas Gleb, créé en 1979 pour la chapelle du Carmel de Niort, sauvé et reposé au musée en 2012. Cette dernière œuvre illustre parfaitement la riche politique d’expositions et d’acquisitions menée par le musée auprès d’artistes contemporains, afin de garantir son rôle de conservation et de mémoire pour les générations futures et de poser un regard neuf sur les collections du musée.
L'intégration du musée dans la base Joconde permet alors aux utilisateurs de se familiariser avec ce lieu unique de dialogue entre art sacré ancien et collection contemporaine.
Informations fournies par le musée (Jessica Ferreira)

Objets phare     

En savoir plus sur ce musée
 
Nouvelle collection

Grasse
bibliothèque municipale



Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Grasse, ville prospère par le développement de la parfumerie, devient un des sites attractifs de la "French Riviera". Dotée d'équipements hôteliers, elle reçoit de nombreux écrivains, artistes et hôtes de marque. C'est dans ce contexte que la baronne Alice de Rothschild y séjourne la première fois en 1887. Séduite par les charmes de l'arrière pays, elle acquiert un domaine et fait construire une grande villa à Grasse pour venir y passer les hivers.
Alice de Rothschild a une âme de collectionneuse : dès 1889, elle commence à acquérir pipes et boîtes d'allumettes venues de toute l'Europe et datant du XVIIe au XXe siècle. Cette quête se poursuivra jusqu'à sa mort en 1922. Présents de visiteurs qui fréquentent sa demeure, gages d'amitiés ou exemplaires acquis, ce sont plus de 400 pièces dont son cousin héritier le baron Edmond de Rothschild fera donation à la Ville de Grasse en 1927.
Homogène de par sa qualité, cet ensemble couvre de manière assez exhaustive les différents matériaux, techniques, styles et thèmes de décoration.
Le catalogue de 1898, établi par la baronne elle-même, fournit de précieuses informations sur les pièces collectées. Il comporte l'inventaire de 233 pipes classifiées par leurs origines  : anglaises (23), allemandes (141), autrichiennes (40), françaises (15), italiennes (19), et les « autres » (5).
Selon les experts, cette collection est considérée comme une des plus belles du monde.
L'intérêt porté à cette collection par les amateurs du monde entier, les projets en cours de valorisation à l'échelle internationale, nous ont convaincu d'un nécessaire signalement de l'ensemble des pièces. La participation à la base Joconde comme outil de visibilité et de valorisation se présente comme une formidable opportunité dont la bibliothèque municipale de Grasse est très fière.
Informations fournies par la bibliothèque (Yves Cruchet)

Sélection de la collection de pipes de la baronne Alice de Rothschild     








  • plan du site | 
  • crédits |
  •  mentions légales |