musée Alfred-Danicourt de Péronne




Le médaillier gaulois d'Alfred Danicourt




Statère de Vercingétorix

Dans une correspondance d'octobre 1879 qu'il adresse à son ami l'ancien sous-préfet de Péronne Georges Vallois, Alfred Danicourt revient sur la création de son médaillier et sur la carte gauloise pour laquelle il précise alors : " je viens d'acheter un Vercingétorix d'or qui me coûte le blanc des yeux ". Danicourt ne sait pas encore que par ce coûteux achat, il offrira a posteriori à la ville de Péronne l'un des joyaux des collections de son musée municipal.

Cette monnaie exceptionnelle et unique, est un statère de 7,44 g en or et 19 mm de diamètre, représentant sur l'avers un portrait masculin de profil regardant à gauche, et sur le revers un étalon courant à droite, encadré d'un croissant de lune et d'une amphore.

A ce jour aucune sculpture antique figurant le chef gaulois n'a été découverte, et les monnaies gauloises seraient donc les seules représentations que nous possédons de lui. Le conditionnel reste en effet de mise car rien ne prouve que le portrait des monnaies, imberbe et cheveux bouclés, parfois casqué, soit ressemblant.
Vers la fin du 2e siècle (120-100) av JC, certains peuples de la Gaule indépendante font évoluer ce monnayage. Ils abandonnent l'étalon-or (statère) d'inspiration grecque au profit de l'étalon-argent (denier) d'inspiration romaine. Ainsi, le nouveau denier gaulois créé vaut un demi-denier romain (quinaire).
Ce nouveau système monétaire gaulois s'établit dans tout le Midi ainsi que chez les peuples en contact avec la province romaine de Transalpine, tels les Aedui, Allobroges, Arverni, en particulier sur le grand axe du Rhône et de la Saône. Les échanges commerciaux sont ainsi grandement facilités entre monde celte et monde romain. La conquête, monétaire d'abord, a commencé.
Après la conquête militaire de la Gaule (2e moitié du 1er siècle av JC), la monnaie romaine s'impose lentement mais irrémédiablement, et supplante les monnaies gauloises. Sous l'Empire romain (1er siècle), la Gaule monétaire fonctionne majoritairement autour des aureus, deniers, quinaires, as et sesterces. Le sesterce, bien que popularisé par les albums d'Astérix le Gaulois, est donc bien une monnaie romaine, d'abord en argent puis en bronze et en laiton.

Aujourd'hui précieux outil pour l'étude des liens entre les différents peuples de la Gaule et le reste du monde antique, la monnaie fut donc d'abord support du commerce, offrande, trésor, objet de prestige, vecteur politique, ou nerf des révoltes.