musée Alfred-Danicourt de Péronne




Le médaillier gaulois d'Alfred Danicourt




Alfred Danicourt

"Je donne et lègue à la ville de Péronne toutes mes collections d'antiquités, de monnaies anciennes, de pierres gravées, d'histoire naturelle et de curiosités, [...] d'objets d'arts, [...] les livres garnissant mes bibliothèques [...]. Mon désir est d'assurer ainsi la conservation des collections et objets curieux que mon père et moi avons réunis, et d'en orner le Musée de Péronne. [...] (Testament d'Alfred Danicourt, 5 août 1887)

Alfred Danicourt, ancien maire de Péronne, fait partie de ces philanthropes du 19e siècle qui consacrent leur fortune à l'achat d'objets archéologiques qu'ils offrent ensuite au regard de leurs contemporains.
Sous l'inspiration du sous-préfet de Péronne Georges Vallois (à qui la Somme et le Cher doivent plusieurs publications érudites) Danicourt fera même plus, en lançant alors qu'il est maire l'idée de créer le premier musée de Péronne en 1874, en finançant son installation dans la moitié de la mairie en 1877, puis en léguant toutes ses collections à la ville par testament en 1887 (une partie se trouve alors dans l'appartement parisien du collectionneur péronnais, Place Vendôme).

Dans une communication de 1879 à la Société des Antiquaires de Picardie, Alfred Danicourt décrit à ses collègues le médaillier qu'il a créé pour la valorisation et la classification de sa collection. Sur un canevas d'un mètre carré représentant la Gaule, le collectionneur a disposé plusieurs centaines de cases qui accueillent les monnaies classées sur la carte selon la provenance qui leur est attribuée. Le tout est placé dans une vitrine plate qui restera dans l'appartement parisien de Danicourt, plus précisément dans sa chambre à coucher, jusqu'à son décès.
Alfred Danicourt présentera lui-même à ses contemporains une vingtaine de pièces de sa collection à travers un article de la "Revue Archéologique" en 1886.
C'est surtout par les publications de Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu, puis grâce à l'ouvrage de référence de Simone Scheers en 1977, "Les monnaies gauloises de la collection A. Danicourt à Péronne" (Cercle d'Etudes Numismatiques de Bruxelles) dont l'actuel classement de la collection est inspiré, que la collection est valorisée. Les récents travaux de Louis Pol Delestrée et Marcel Tache, avec le "Nouvel atlas des monnaies gauloises" (en 3 tomes), Editions COMMIOS, Saint-Germain-en-Laye, 2002-2007, complètent la connaissance de cet ensemble unique."