musée Alfred-Danicourt de Péronne




Camées et intailles : Antiquité précieuse




Technique

A part quelques mentions disséminées dans les oeuvres de Pline l'Ancien ou quelques gravures sur des stèles funéraires d'artisans, on ne trouve pas dans les écrits antiques de détails sur les techniques de glyptique.

L'outillage ne pouvait être que très limité, constitué d'archets ou drilles entraînant des broches métalliques dont la rotation étaient conjuguées à l'emploi de poudres abrasives afin d'user et entamer la pierre. Si cette dernière ne se brisait pas pendant la taille et la gravure, elle était ensuite polie pour souligner les contours, les creux et les reliefs.

Souvent bombées pour jouer sur leur transparence, les intailles en pâtes de verre étaient quant à elles obtenues à partir de verre pilé auquel on ajoutait un fondant et des oxydes métalliques pour la couleur. Cuites dans des moules à empreintes, elles étaient ensuite découpées en fonction de la forme choisie, voire même retouchées au burin pour les plus belles.