Paquebots







Quelques paquebots de la Compagnie des messageries maritimes

Aramis : dernier de trois grands paquebots (Félix Roussel et Georges Phippar) d'un programme de construction d'après guerre pour la ligne d'Extrême Orient, mis en service en 1932. Yvonne Jean-Haffen a reçu la commande du décor de la piscine, inspiré par la Crète antique. Pendant la guerre, Aramis est transformé en croiseur auxiliaire sous le nom de X1. En 1942, il est réquisitionné par les japonais à Saïgon et renommé Teia Maru. Il effectue un voyage à l'occasion d'un échange de diplomates entre le Japon et les Etats Unis, avant de servir de transport de troupes. Il est torpillé et coulé en 1944 par le sous marin américain Rasher aux Philippines.
Aramis : l'un des "Trois mousquetaires" du roman d'Alexandre Dumas.

Athos II : construit aux Chantiers A.G. Weser au titre des réparations de guerre, il est pris en charge en 1927 par les Services Contractuels des Messageries Maritimes et affecté à la ligne d'Extrême Orient jusqu'en juin 1940. En 1926, Yvonne Jean-Haffen avait exécuté six bois gravés pour le décor de ce paquebot. Il s'agissait de sa première commande pour les Messageries maritimes. En 1929, Athos II sert de cadre au roman "Partir", de Roland Dorgelès. Athos II sera utilisé comme transport de troupes pendant la guerre. Redélivré au gouvernement français en 1946, il transporte les équipages français aux Etats-Unis pour prendre en charge les liberty-ships remis à la France. Il est reconditionné à Marseille et remis en service en 1950 pour le transport de troupes sur l'Indochine, la Corée, l'Afrique du Nord, et de pélerins de Casablanca sur Djeddah. A son dernier retour à Marseille, il reçoit les honneurs militaires. Retiré du service en 1958, il est rendu à la marine marchande et démoli en 1959.
Athos : l'un des "Trois mousquetaires" du roman d'Alexandre Dumas.

Chantilly : utilisé sur la ligne d'Extrême Orient à partir de 1923. De 1932 à 1940, il alterne avec la ligne de l'Océan Indien. Réquisitionné en 1939, il est utilisé pour le transport de troupes. Au cours de la seconde guerre mondiale, Henry de Monfreid est arrêté en Ethiopie par l'armée britannique et déporté au Kenya, en compagnie de nombreux italiens : "Le vapeur est en face de nous à un demi mille, tout habillé de gris ; mais en dépit de ce camouflage il me semble reconnaître la silhouette d'un paquebot des MM [...] Quel enfer allons-nous trouver dans les profondeurs de ce navire de fer chauffé depuis le matin par le soleil tropical [...] le chaland s'est approché et quand il passe à l'arrière du navire, je distingue sous la peinture grise quelques lettres autrefois dorées : "Chantilly" [...] c'est le "Chantilly" qui m'a amené à Djibouti quand le "Petit Parisien" m'envoya en mission de reportage en Ethiopie menacée déjà par l'expansion coloniale italienne...". Chantilly est ensuite utilisé comme navire hôpital, également pendant les conflits de Madagascar et d'Indochine. Il sera démoli en 1951.

Congo : dernier d'une série de quatre paquebots destinés à la ligne d'Amérique du Sud, il effectue son premier départ de Bordeaux pour La Plata en 1878. En 1888, il appareille de Bordeaux avec à son bord l'empereur du Brésil Dom Pedro et sa famille, pour lesquels des aménagements spéciaux ont été réalisés. En 1889, il est affecté à la ligne d'Extrême Orient. En 1891, il revient sur la ligne d'Amérique du Sud. En 1896, il est affecté aux lignes du Levant. Il est vendu en janvier 1913 pour la démolition à Gênes.
Congo : la pénétration française dans ce pays avait débuté vers 1875 avec Savorgnan de Brazza. En 1885, le Congo devient l'un des quatre états de l'Afrique équatoriale française (AEF), avec Brazzaville pour capitale.

Eridan : premier navire à cheminées carrées (nommé nautonaphte à la demande du président Georges Philippar) construit par la Société Provençale de Constructions Navales à La Ciotat pour les Services Contractuels des Messageries Maritimes. En 1927, Yvonne Jean-Haffen se voit confier un décor d'animaux exotiques. Eridan est mis en service en 1929 à destination d'Alexandrie et de Beyrouth, puis affecté à la ligne d'Australie au départ de Dunkerque. Après la suppression de cette ligne, en 1935, il est affecté à la ligne Marseille - Nouvelle-Calédonie via Panama. En 1940, il assure la liaison Marseille - Madagascar - Indochine. Utilisé comme transport de troupes pendant la guerre, il est rendu aux services contractuels des Messageries maritimes en 1946 et affecté à la ligne de l'Océan Indien jusqu'en 1954, où il passe sur la ligne du Pacifique. Retiré du service le 14 mars 1956.
Eridan : fleuve de la mythologie grecque et constellation de l'hémisphère austral.

Guienne : conçus par l'ingénieur Victor Delacour et construits à la Ciotat à partir de 1860, Guienne, Navarre, Estremadure et Béarn assureront jusqu'en 1870 la liaison avec Rio de Janeiro. Le peintre Faxon a représenté le départ de Bordeaux de l'un de ces quatre paquebots. Longs de plus de cent mètres, propulsés par un moteur de cinq cents chevaux, ces navires en fer et à roues, gréés en brick goélette, pouvaient transporter, à une vitesse de 10 nœuds, 83 passagers en première classe, 60 en deuxième et 31 en troisième.
En 1871 Guienne quitte Marseille pour un voyage vers Aden, les Seychelles, la Réunion, Maurice, Pondichéry, Madras, Calcutta, Singapour, Batavia, Saigon, Hong Kong, Shangaï, Yokohama. Il sera refondu à son retour, en 1872, à La Ciotat, et remis en service la même année, sous le nom de Gambie, sur la ligne Bordeaux - Amérique du Sud. Il s'échoue lors de son troisième voyage, en 1873, près de Bahia. Il est alors déclaré "perte totale".
Guienne, ou Guyenne : ancienne province française, confondue avec l'Aquitaine, et qui avait Bordeaux pour capitale.

Jean Laborde : paquebot de type nautonaphte, similaire à Maréchal Joffre et à Président Doumer, mis en service en 1931 sur la ligne de l'Océan Indien, qu'il alterne à partir de 1933 avec celle de Saïgon - Haïphong. En 1930, Yvonne Jean-Haffen avait reçu la commande d'un décor (salamandres dans une forêt tropicale), pour ce paquebot.
Jean Laborde est incendié en 1944 par les allemands. Les dommages s'avèrent trop importants pour pouvoir être réparés. Il est vendu en 1948 pour la démolition.
Jean Laborde (1805-1878) : industriel et consul de France à Madagascar, il avait été le créateur de la Compagnie française de Madagascar.

Maréchal Joffre : paquebot de type nautonaphte similaire à Jean Laborde et à Président Doumer, mis en service en 1933 sur la ligne de l'Océan Indien, qu'il alterne avec celle d'Indochine. Il est utilisé comme transport de troupes par l'US Navy pendant la guerre. Il repasse sous pavillon français en 1945. Il effectue alors des voyages New York - Southampton - Le Havre - Anvers. A partir de 1946, il assure le rapatriement de populations françaises d'Indochine et de Shangaï. En 1950, Yvonne Jean-Haffen réalise un décor sur le thème du cirque pour la salle de jeux de ce paquebot. En 1951, Maréchal Joffre est affecté à la ligne de l'Océan Indien, puis d'Extrême Orient. En 1953, il assure la ligne Egypte - Liban - Syrie, avant d'être de nouveau affecté à la ligne d'Extrême Orient. Après la mise en service des nouveaux paquebots sur ces lignes, il est utilisé sur l'Afrique du Nord. Retiré du service en 1960, il est vendu à Osaka pour démolition.
Joseph Joffre (1852-1931) : officier français qui s'illustre d'abord au Tonkin, au Soudan et à Madagascar. Lors de la première guerre mondiale, il sera considéré comme le "vainqueur de la Marne".

Portugal : premier paquebot construit en acier (deux cheminées, trois mâts), destiné à la ligne d'Amérique du Sud. Lancé à La Ciotat en 1886, il assure la traversée Bordeaux - La Plata. En 1896, il effectue une croisière exceptionnelle pour transporter 200 touristes se rendant aux Premiers Jeux Olympiques, à Athènes. En 1900, il est mis en service sur la ligne Egypte - Syrie. Il assure ensuite le service sur la ligne de la Mer Noire. En septembre 1914, après l'entrée en guerre de la Turquie et la fermeture des Dardanelles, il est retenu en Mer Noire et incendié à Odessa en 1914. Réquisitionné par le gouvernement français, il est mis à disposition du gouvernement russe qui le transforme en navire hôpital. Au mouillage à Batoum, en 1916, il est torpillé par un sous-marin allemand. Coupé en deux, il coule en deux minutes.

Président Doumer : paquebot de type nautonaphte similaire à Jean Laborde et à Maréchal Joffre, il est mis en service en 1933 sur la ligne d'Extrême Orient. En 1934 Yvonne Jean-Haffen réaliser le décor de la salle de jeux d'enfants sur le thème du Roman de Renart pour ce paquebot. En 1940, le commandant de Président Doumer, le second et le chef mécanicien décident de rejoindre les Forces Navales Françaises Libres. Président Doumer est alors utilisé comme transport de troupes. Torpillé entre les Canaries et Madère par un sous-marin allemand en 1940, il coule, emportant 260 personnes, dont le commandant, le second et le chef mécanicien. A la suite de cette disparition, Président Doumer recevra une citation à l'ordre de l'Armée de Mer et une citation à l'Ordre du corps d'armée. Le nom de son commandant, Mantelet, sera donné à un cargo de type Empire, francisé après la guerre, et pris en gérance par la Société nationale d'affrètements.
Paul Doumer (1857-1932) : gouverneur général de l'Indochine de 1897 à 1902, élu président de la république en 1931 et assassiné l'année suivante.

Sénégal : construit en 1870 à la Ciotat sur le prototype de La Gironde, il est affecté à la ligne Bordeaux - La Plata jusqu'en 1887. En 1888, il passe quelques mois sur la ligne Egypte - Syrie avant d'inaugurer la nouvelle ligne de la côte orientale d'Afrique, par Suez, desservant Obock, Zanzibar, Mayotte, Majunga, Nossi Be, Diego Suarez, Sainte-Marie, Tamatave, La Réunion. En 1896, il embarque 200 touristes à destination de la Grèce pour assister aux premiers Jeux Olympiques. Le 21 mai 1913, entrant dans le port de Smyrne, il heurte une mine datant de la guerre italo turque et s'échoue. Remorqué, il sera vendu à la démolition à son retour en France.
Sénégal : la France possédait des comptoirs dans ce pays depuis le XVIIe siècle. Entre 1854 et 1865, Faidherbe, gouverneur du Sénégal, assoit les bases de la future Afrique occidentale française (AOF) dont Saint-Louis, puis Dakar (1902) deviendront les capitales.