Paquebots







Glossaire

Armement : "Action d'équiper les navires et de les tenir prêts à prendre la mer, quelle que soit leur destination" (Dictionnaire de L'Académie française, 1832).

Cambusier : Celui qui, à bord d'un vaisseau, est chargé de la distribution régulière des vivres à tous les memebres de l'équipage. Il assure la gestion de la cambuse, magasin de vivres à bord d'un bateau.

Commandant : "Son rôle principal est d'être le chef de l'expédition, le responsable du point de vue de la sécurité. Il décide des routes à suivre : les routes en droiture à savoir prendre la route la plus directe, bien sûr en fonction de la météo. Il a aussi le rôle de représentant de l'armateur dans les ports étrangers. Il est aussi officier de l'Etat Civil, officier de police. Il a aussi un rôle commercial par rapport aux arrivées au port, dans les temps prévus parce que les équipes de manutention se commandent la veille. Il doit tout connaître sur la technique, s'il y a des problèmes d'où les rapports réguliers avec le chef mécanicien" (site French Lines).

Docker : "Mot emprunté de l'anglais. Ouvrier qui, dans un dock, travaille au chargement et au déchargement des navires" (Dictionnaire de L'Académie française, 1932). Dock : "Mot emprunté de l'anglais. Vaste bassin entouré de quais, dans lequel entrent les vaisseaux pour déposer leurs cargaisons ou opérer leur chargement. Il se dit aussi, par extension, des Magasins qui bordent le dock et qui servent d'entrepôts aux marchandises débarquées; et, par une extension nouvelle, des Entrepôts ordinaires sans bassin. Les docks de Marseille" (Dictionnaire de L'Académie française, 1932).

Emménagements : "en termes de Marine, de l'Action de distribuer l'espace d'un navire pour y installer les logements et tous les compartiments destinés au personnel et au matériel. Par extension, il se dit au pluriel de ces Logements, de ces compartiments" (Dictionnaire de L'Académie française, 1932).

Entrepont : Etage ou tout espace qui sépare deux ponts d'un navire.

Fret : "Prix du transport par bateau d'une cargaison d'un point à un autre. "Payer le fret". "Le capitaine a touché son fret". On dit de même "Payer le fret d'une marchandise", En payer le port. Il signifie, par extension, Louage d'un bâtiment, soit en totalité, soit en partie. "Prendre un navire à fret". "Charger à fret". "Le prix du fret". Il signifie encore Cargaison, chargement d'un navire de commerce. "Prendre du fret". "Débarquer son fret". "Fret de sortie". "Fret de retour" (Dictionnaire de L'Académie française, 1932). "Il semble que ce nom, comme aussi le verbe Freter, soient faits de ce vocable Latin, Fretum, qui signifie un estroict de mer, et le vaste de la mer mesmes" (Nicot, Thresor de la langue française, 1606).

Ruban bleu (en anglais Blue Riband) : Inspirée des compétitions équestres et créé par les compagnies de navigation transatlantiques en 1838, le "Ruban bleu" récompense la traversée la plus rapide entre l'Angleterre et l'Amérique du nord.

Roues : Les premiers navires à vapeur étaient dotés de roues latérales (similaires aux roues des moulins à eau), placées sous un tambour. L'efficacité de ces roues était importante, mais uniquement par temps calme. De plus, pour ce qui concerne les navires de guerre, les roues étaient facilement neutralisables par l'artillerie ennemie. Aussi, dès les années 1830, on cherche à leur substituer une hélice immergée. La transition se fait de manière progressive. La Compagnie générale transatlantique n'abandonnera définitivement la roue au profit de l'hélice qu'en 1867.

Saint-Simonien : Partisan des doctrines du philosophe réformateur Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825). Cette doctrine préconisait de transformer la société en adaptant l'Etat aux nécessités de l'industrie. "La production des choses utiles étant le seul but raisonnable et positif", la politique devait être la science de la production, le pouvoir temporel appartenant alors aux "industriels", le pouvoir spirituel aux savants, les emplois et les richesses étant distribués "à chacun selon ses capacités, à chaque capacité selon ses œuvres", devise chère aux frères Péreire. Emile Péreire écrira en 1831 : "Le nom de Saint-Simon retentira bientôt sur toute la surface de la terre". De nombreux plolytechniciens, parmi lesquels Auguste Comte, Prosper Enfantin (premier dirigeant de la Compagnie du chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée) ou Ferdinand de Lesseps, le créateur du canal de Suez, seront séduits par le saint-simonisme.

Steamer : Navire à vapeur. "Au lieu de ce mot il vaut mieux dire : un vapeur" (Litré, 1880). Le mot steamer est couramment employé dans la langue française jusqu'au début du XXe siècle, de même que "Railway" pour chemin de fer. Ceci atteste l'importance jouée par la Grande-Bretagne au cours du XIXe siècle pour le développement de ces moyens de communication.

Timonier : Celui qui gouverne le timon d'un vaisseau, d'une galère, sous les ordres du Pilote. Timon, en termes de Marine, signifie une longue pièce de bois attachée au gouvernail d'un navire, et qui sert à le mouvoir par la force du levier. C'est ce que les marins appellent plus ordinairement la barre du gouvernail. (Dictionnaire de L'Académie française, 1798). "C'est l'un des postes les plus symboliques de la navigation sur les cargos et les paquebots. Le timonier, chargé de la droite course du navire, cramponné à la barre, manœuvrant le gouvernail en pleine tempête. Sous l'autorité du Lieutenant de quart, le rôle du timonier ne s'arrête pas au suivi du cap. Il travaille aussi à l'établissement de ce cap en se penchant à la table à cartes et est aussi capable d'analyser les informations relatives à la météo. Son attention ne se relâche jamais et il est constamment à l'affût du moindre signe pouvant influer sur la bonne avance du navire. Si une erreur est assez facile à rattraper en pleine mer, la situation est tout autre lors de l'approche au port ou de la navigation en rivière ou le moindre écart est fatal et vous envoie "au sec"(site French Lines).

TSF : abbréviation de Télégraphie Sans Fil, procédés de télégraphie et de téléphonie basés sur l'utilisation des ondes hertziennes (ondes radioélectriques).