Les Métamorphoses d'Ovide





Livre 3
Récits du troisième livre : Cadmus. Actéon. Sémélé. Tirésias. Narcisse. Echo. Penthée. Acoetès.

Quatre récits ont inspiré les artistes.
- Actéon, métamorphosé en cerf par Diane (vers 138-252).
- Sémélé, aimée de Jupiter et mère de Bacchus, périt victime de son voeu imprudent (vers 253-315).
- Echo, éprise de Narcisse (vers 358-399).
- Narcisse, épris de sa propre image (vers 400-510).



Actéon
"Il était une vallée aux fourrés denses de pins et de cyprès aigus, nommée Gargaphié, consacrée à Diane, la chasseresse court vêtue ...
La désse des forêts, après les fatigues de la chasse, avait coutume d'y venir baigner d'eau limpide son corps virginal.

Actéon errant à pas incertains à travers la forêt inconnue, parvient à la partie sacrée ; c'est le destin qui le guidait ...
Diane : "Et maintenant, libre à toi d'aller raconter, si tu le peux, que tu m'as vue sans voile !"
Sans ajouter d'autres menaces, elle dote sa tête qu'elle vient d'arroser de la ramure d'un cerf promis à de longues années, étire son cou, effile en pointe le haut de ses oreilles, change ses mains en pieds, ses bras en longues jambes et revêt tout son corps d'un pelage tacheté ; par surcroît, elle le rend craintif. Le héros, fils d'Autonoé, s'enfuit, et tout en courant s'étonne de se sentir si rapide ...
Comme il hésite, ses chiens l'ont vu ... Cette meute, emportée par le désir de la proie, ... prend en chasse Actéon ...
Et ce fut seulement lorsqu'il perdit la vie par d'innombrables blessures que fut, dit-on, satisfaite la colère de Diane, la déesse au carquois."

notices





Sémélé
[Sémélé est aimé de Jupiter. Jalouse, Junon se rend à la demeure de Sémélé. transformée en sa nourrice et lui dit] :
"Il ne suffit pas pourtant, que ce soit Jupiter ; qu'il te donne un gage de son amour, si c'est vraiment lui, demande qu'environné de la même puissance et sous les mêmes traits qu'aux jours où il est accueilli par la noble Junon, il te prodigue ses étreintes, et qu'il commence par revêtir les marques de sa grandeur".

Sémélé demande une faveur à Jupiter, sans dire laquelle : "Choisis, lui dit le dieu, tu n'éprouveras aucun refus ...
"Tel, dit Sémélé, que tu t'offres aux étreintes de la fille de Saturne [Junon] quand vous unissent les liens de Vénus, tel viens te donner à moi."
Le corps d'une mortelle ne put supporter le tumulte céleste, et Sémélé périt dans les flammes, dons de son époux. L'enfant [Bacchus], à peine formé, est arraché du sein de sa mère et, tendre encore, - si ce prodige mérite créance, - cousu dans la cuisse de son père, où il achève le temps de la gestion maternelle. Encore au berceau, c'est sa tante Ino qui l'élève en grand secret ..."

notices





Echo
"Echo avait alors un corps et n'était pas une simple voix ; et pourtant, déjà bavarde, elle usait de sa bouche, tout de même qu'aujourd'hui, pour s'évertuer à répéter, d'une phrase, les derniers mots. Junon en était cause. Car, lorsqu'elle avait l'occasion sur surprendre les nymphes souvent couchées aux côtés de son Jupiter, dans la montagne, Echo retenait habilement la déesse par de longs discours, jusqu'à ce que les nymphes se fussent enfuies.
Quand la fille de Saturne s'en aperçut : "Avec cette langue, dit-elle, qui fut pour moi trompeuse, il ne te sera donné d'exercer qu'un faible pouvoir, et tu ne feras plus de la parole qu'un bref usage." Et elle met effectivement à exécution ses menaces. Echo ne peut, lorsqu'on a fini de parler, que redoubler les sons et répéter les paroles entendues.
Donc, lorsqu'elle vit Narcisse errant à l'aventure dans la campagne et se fut enflammée pour lui, elle suit ses traces à la dérobée ...
Par hasard, l'enfant, séparé de la troupe fidèle de ses compagnons, avait dit :
- "N'y a-t-il pas ici quelqu'un ?"
- "Si quelqu'un", avait répondu Echo ...
- "Viens ici, dit-il, réunissons-nous !"
A nul son la nymphe n'était pas prête à jamais répondre plus volontiers : "Unissons-nous !" lui renvoya Echo. Elle appuie en personne son invite, et, sortant de la forêt, elle s'avançait pour jeter ses bras autour de ce cou, objet de son désir. Narcisse fuit, et, tout en fuyant :"Bas les mains, pas d'étreinte ! Je mourrai, dit-il, avant que tu n'uses de moi à ton gré !" Echo ne répéta seulement que :" Use de moi à ton gré !"
Dédaignée, elle se cache dans les bois et voile de feuillages son visage couvert de honte, et depuis ce jour elle vit dans les antres solitaires ..."

    notices





Narcisse
"Ainsi Echo, ainsi d'autres nymphes, nées dans les ondes ou les montagnes, avaient été déçues par Narcisse, ainsi avant elles nombre de jeunes hommes. Alors, une des victimes de ses dédains, levant les mains au ciel, s'était écriée "Qu'il aime donc de même à son tour et de même ne puisse posséder l'objet de son amour !" La déesse de Rhamnonte exauça cette juste prière ...

Pendant qu'il boit, séduit par l'image de sa beauté qu'il aperçoit, il s'éprend d'un reflet sans consistance, il prend pour un corps ce qui n'est qu'une ombre. Il reste en extase devant lui-même, et, sans bouger, le visage fixe, absorbé dans ce spectacle, il semble une statue faite de marbre de Paros ...
- Tu n'es autre que moi-même, je l'ai compris ; je ne suis plus dupe de ma propre image. C'est pour moi que je brûle d'amour, et cette ardeur, je la provoque à la fois et la ressens ...
Et, quand Narcisse dit :"Adieu !"
- "Adieu !" dit aussi Echo.
Puis il posa sa tête fatiguée sur l'herbe verte, et la nuit ferma ces yeux emplis d'admiration pour la beauté de leur maître ...

Ses sœurs les Naïades firent retentir leurs pleurs et déposèrent sur la tombe de leur frère leurs cheveux coupés. Les Dryades le pleurèrent aussi. Le son de ces pleurs est redoublé par Echo. Et déjà elles préparaient le bûcher, les torches que l'on secoue, la civière ; mais le corps avait disparu. A sa place, elles trouvent une fleur jaune safran dont le cœur est entouré de feuilles blanches."

notices


Livre 4
Récits du quatrième livre : Les filles de Minyas. Pyrame et Thisbé. Vénus et Mars. Leucothoé. Clytié. Salmacie et Hermaphrodite. Athamas et Ino. Cadmus et Harmonia. Persée. Atlas. Andromède.

Quatre récits ont inspiré les artistes.
- Pyrame et Thisbé, l'amour impossible de Pyrame et Thisbé. (vers 55-166)
- Vénus et Mars, les amours de Vénus et de Mars (vers 167-189).
- Persée et Andromède, Persée délivre Andromède d'un monstre marin (vers 663-764).
- Persée et Méduse, Persée raconte comment il tua la Gorgone (vers 765-803).



Pyrame et Thisbé
"Pyrame et Thisbé, lui le plus beau des jeunes hommes, elle surpassant toutes les jeunes filles que vit naître l'Orient, habitaient des maisons contiguës ... Ils firent connaissance, et leur amour connut ses premiers progrès grâce à ce voisinage. Avec le temps, grandit leur amour. Les torches nuptiales les eussent légitimement unis, si leurs pères ne s'y étaient opposés.
... ils décident d'essayer, dans le silence de la nuit, de tromper leurs gardiens et de franchir les portes ; puis, une fois sortis de leur maison, de quitter l'abri même de la ville ...
De loin, aux rayons de la lune, la Babylonienne Thisbé a vue une lionne et court, toute tremblante, se réfugier dans l'obscurité d'une grotte. En fuyant, elle perdit son voile, tombé de ses épaules ...
[Pyrame] :"C'est moi, malheureuse, qui t'ai tuée, en te demandant de venir de nuit dans des lieux oł règne la peur, en n'arrivant pas ici avant toi. ... Et quand il eut couvert de larmes l'étoffe familière, quand il l'eut couverte de baisers :"Imprègne-toi aussi maintenant, dit-il, de notre sang !" Et, du fer qu'il portait à la ceinture, il se perça le flanc, puis, aussitôt, il le retira, mourant, de sa blessure oł le sang bouillonne. ...
"Et voilà que, mal remise de sa peur, mais craignant d'induire en erreur son amant, Thisbé revient ; des yeux et du coeur, elle cherche le jeune homme, brûlant de lui raconter à quels grands périls elle a échappé ...
Elle, lorsqu'elle eut reconnu son voile et vu le fourreau d'ivoire sans l'épée : "Ta propre main, dit-elle, et l'amour ont causé ta perte, malheureux. Mais j'ai une main, moi aussi, qui aura le courage d'en faire autant, et j'ai un amour qui me donnera la force de me porter ce coup."

notices





Mars et Vénus
"... nous raconterons les amours du Soleil. Le premier, croit-on, ce dieu vit l'adultère de Vénus et Mars. Ce dieu voit tout le premier. Il en fut indigné et dénonça au mari, fils de Junon, l'affront clandestin fait à sa couche et le lieu oł il se perpétrait. Vulcain en sentit lui échapper à la fois sa raison et l'objet que tenait sa main sur l'enclume. Sans tarder, à la lime, il façonne de minces chaînes de bronze, un filet, des lacets tels qu'ils fussent invisibles pour l'oeil ... il sait les rendre sensibles aux plus légers contacts, aux moindres mouvements, et les dispose habilement tout autour du lit. Lorsque se rencontrèrent sur la même couche l'épouse et le dieu adultère, grâce à l'art du mari et retenus par ces liens d'un dispositif tout nouveau, tous deux au milieu de leurs embrassements se trouvent immobilisés, prisonniers. L'habitant de Lemnos, aussitôt, ouvrit tout grands les battants d'ivoire et fit entrer les dieux. Les coupables restèrent couchés, piteusement attachés ensemble ... Les Olympiens se mirent à rire, et l'aventure fut longtemps la fable des habitants du ciel."

notices





Persée et Andromède
"... Persée se refusait aussi à croire fils de Jupiter, que Danaé avait conçu d'une pluie d'or.
... Persée reprend ses ailes, les attache de part et d'autre de chaque pied, se ceint de son glaive recourbé, et fend l'air fluide du mouvement de ses talonnières. Laissant tout autour et au-dessous de lui des nations innombrables, il aperçoit les peuples d'Ethiopie et les champs de Cépheus. Là, l'innocente Andromède expiait, sur l'ordre du cruel Ammon, les écarts de langage de sa mère. Aussitôt qu'il la vit, attachée par les bras à de durs rochers, ... s'enflamme d'un feu qu'il ignore et reste interdit. Transporté par la vue de cette rare, beauté, il en oublia presque de battre l'air de ses ailes. Dès qu'il se fut posé : "O, dit-il, toi qui es faite non pour de pareilles chaînes mais pour celles dont l'amour unit entre eux les amants, accède à ma requête et dis-moi quel est le nom de ce pays et le tien, pourquoi tu portes des liens ...
Il la pressait avec insistance ... Elle n'avait pas encore achevé son récit, quand sur l'onde, à grand fracas, arrive une bête monstrueuse qui dresse sa tête sur l'immensité des flots et étale son poitrail sur la vaste étendue de la mer. La jeune fille pousse des cris. Son père en deuil, sa mère à ses côtés, sont là, tous deux misérables ... Alors l'étranger parle en ces termes : "Vous pourrez à loisirs longuement pleurer votre fille. Pour lui porter secours il ne reste qu'un court instant ... Qu'elle soit à moi une fois sauvée par ma valeur, et je prends l'engagement de la faire." Les parents acceptent ses conditions ...

Persée, avec ses ailes agiles, échappe aux avides coups de dents ; ... il frappe à coups redoublés de son épée, recourbée comme une faux ... par trois et quatre fois il enfonça, redoublant ses coups, le fer dans les flancs du monstre ...
Tout à leur joie, Cassiopé et Cépheus, le père d'Andromède, accueillent Persée comme leur gendre et proclament que leur maison lui doit l'aide et le salut. Délivrée de ses chaînes s'avance la vierge, récompense et cause du périlleux exploit ..."

notices







Méduse
"Et maintenant, ô courageux héros, dis-nous, je t'en prie, Persée, par quel prodige de valeur et par quels moyens tu as pu t'emparer de cette tête à la chevelure de serpents."
... à l'abri d'un épais et solide rempart, un lieu à l'entrée duquel habitaient deux sœurs, les filles de Phorcys, qui se partageaient l'usage d'un oeil unique. A la dérobée, grâce à une ruse habile, au moment où l'une le transmettait à l'autre, substituant sa main à la main tendue, il s'en était emparé. Puis, par des sentiers cachés ..., il avait atteint la demeure des Gorgones ...
Lui-même, cependant, dans le miroir de bronze du bouclier qu'il portait à sa main gauche, il avait aperçu le hideux personnage de Méduse. Profitant d'un lourd sommeil qui s'était emparé d'elle et de ses serpents, il lui avait détaché la tête ; Pégase, à la course ailé, et son frère étaient nés du sang de cette mère ...

Prenant alors la parole, l'un des nobles lui demande pourquoi, seule parmi ses sœurs, Méduse portait des serpents emmêlés au milieu de ses cheveux. L'hôte répondit : "Le fait dont tu t'informes là mérite d'être rapporté." ... D'une éclatante beauté, Méduse avait fait naître les espoirs jaloux de nombreux prétendants, et, dans toute sa personne, il n'y avait rien qui attirât plus les regards que ses cheveux ... Le maître de la mer la viola, dit-on, dans le temple de Minerve. La fille de Jupiter détourna sa vue couvrit de son égide son chaste visage. Et, pour que cet attenta ne demeurât pas impuni, elle changea les cheveux de la Gorgone en hideux serpents.

notices