musée d'archéologie nationale




Objets mérovingiens




Techniques de création


Techniques du fer

Damassage et damasquinure, deux techniques savantes héritées de l'artisanat romain connaissent un développement nouveau à l'époque mérovingienne.

Pour fabriquer une épée damassée (Mareil-sur-Mauldre, Yvelines objet n 51739), le forgeron soude des couches alternées de fer doux souple et de fer dur carburé. Les barres ainsi obtenues sont torsadées, meulées et parfois fendues au ciseau pour l'obtention de dessins symétriques avant d'être assemblées pour former la lame. Les tranchants en fer dur sont ensuite rapportés. La lame est la plupart du temps constituée sur ses deux faces de deux damas à motifs différents formés chacun de deux, trois ou quatre barres. Ces damas sont souvent séparés par une couche de fer non damassé. L'épée damassée allie excellente qualité et bel aspect.

La damasquinure est une technique de décor par incrustation de fils métalliques. Les parures (plaques de ceinture surtout) sont ornées de fils d'argent et de laiton (exceptionnellement d'or) martelés dans des sillons préalablement creusés sur l'objet de fer. Les décors cachés par l'oxydation (Vouciennes, Marne objet n 77411) sont révélés par la radiographie, les objets doivent ensuite être restaurés en laboratoire.
Aux Ve/VIe siècles sont surtout pratiquées les damasquinures en ocelles, quadrillages et filets parallèles : Charnay-lès-Chalon, Saône-et-Loire, objet n 34959-2, Aisne, objet n 37153.
Vers 600, la mode est au décor " cloisonné étroit " : Caranda, Aisne objet n 36781.
Dans la première moitié du VIIe siècle, les décors sont géométriques " monochromes ", à base de motifs de tresse ou de vannerie faits de fils d'argent : (objet n 68181-1 et Oyes, Marne, objet n 68181-4. Fibule en fer damasquiné d'argent (modèle rhénan), Saint-Jean-les-Buzy, Meuse objet n 82810.
A partir du milieu du VIIe siècle, les motifs animaliers se multiplient et les décors deviennent " bichromes " (fils d'argent et de laiton, placages d'argent) : Oyes, Marne objet n 68191-4, objet n 68182-2 et objet n 68190.

Techniques de l'orfèvrerie et du bronze

Aux Ve/VIe siècles, les orfèvres produisent des bijoux cloisonnés. Sur une platine métallique est fixé à l'aide d'un ciment un réseau de cloisons d'or, d'argent ou de bronze dans lesquelles sont insérés des grenats (pierres rouges) parfois alliés à des verroteries. De minces feuilles d'or ou d'argent estampées d'un quadrillage sont placées sous les grenats pour réfléchir la lumière : Fibule, grenats et paillon d'argent, 1e moitié du VIe siècle, Aisne, objet n 36209-5, Bague, vers 500, Chelles, Oise, objet n 14159, Fibule, 2e quart du VIe siècle, Charnay-lès-Chalon, Saône-et-Loire, objet n 34718, Fibule, 1e moitié du VIe siècle, Provenance inconnue objet n 70334.

Qu'ils soient en bronze ou en métal précieux, la plupart des objets ont été coulés dans des moules de terre-cuite comme ceux trouvés à Huy, Belgique.
L'usage de modèles de bois ou de plomb permettait la fabrication de moules en série (objets présentant de légères variantes) : Fibule, bronze, verre bleu, VIe siècle, objet n 26076, Fibule, argent doré niellé, grenats, VIe siècle, Aisne, objet n 36200, Plaque de ceinture, 2e moitié du VIe siècle, Armentières, Aisne, objet n 37684, Plaque de ceinture, 2e moitié du VIe siècle, Arcy-Sainte-Restitue, Aisne, objet n 37683, Plaque de ceinture, 2e moitié du VIe siècle, Environs d'Amiens, Somme objet n 29610.

L'argent est souvent doré et niellé (incrusté de sulfure d'argent d'un aspect analogue à un émail noir), le bronze peut être étamé : Plaque-boucle de chaussure ?, argent niellé, 2e moitié du VIe siècle, Templeux, Somme ? objet n 84955, Plaque de courroie d'épée, argent niellé, 2e moitié du VIe siècle, Aisne, objet n 36189, Plaque-boucle et plaque dorsale de ceinture, bronze étamé, vers 600, Saint-Jean-les-Buzy, Meuse objet n 83471.

Les bijoux peuvent être recouverts d'une feuille de métal précieux parfois ornée de filigranes (fils torsadés soudés) et de pierres ou de verroteries montées dans des bâtes (montures les sertissant).
De nombreux décors sont obtenus par estampage (impression d'une feuille de métal sur les reliefs d'une matrice) : Fibule, platine de bronze, tôle d'or filigranée et verroteries, VIIe siècle, Provenance inconnue objet n 82824, Fibule, platine de bronze, tôle d'or décorée de fils perlés, Avioth, Meuse, objet n 35444, et Tôles de bronze estampées, vestiges de fibules circulaires, VIIe siècle, Lizy, Aisne, objets n 2467 et 2466-1, Fibule, bronze et ciment ayant conservé l'empreinte d'une tôle estampée, VIIe siècle, Gueprey, Orne, objet n 8842-1, Fibules de bronze estampées sur une même matrice, VIIe siècle, Oyes objet n 68277 et Vouciennes, Marne objet n 77415 E.

Tissage

Les objets métalliques conservent souvent des vestiges de tissus (laine, lin, chanvre, ortie...) objet n 15510. Les privilégiés portent de luxueux costumes parfois brodés de fils d'or objet n 14164.


notices