musée national des arts asiatiques - Guimet à Paris




Peintures et sculptures chinoises




Chronologie

Selon la tradition chinoise, les techniques et les institutions furent inventées par des souverains mythiques. Vers le 6e siècle avant notre ère, des écoles philosophiques apparaissent et forment la pensée chinoise avec le confucianisme, le taoïsme. Le bouddhisme apparaît en Chine dès le 2e-3e siècle de notre ère.
Le rôle de l'Empereur est fondamental dans la préservation de l'équilibre du pays, avec l'implantation d'une administration impériale importante. La stabilité politique et la vie artistique sont associées car les peintres professionnels dépendent de l'empereur.
Malgré la succession de grandes dynasties chinoises, mongols (avec les Yuan) ou mandchoue (avec les Qing), l'art chinois reste fidèle aux traditions. La datation des œuvres est souvent en rapport avec les dynasties car les artistes ne sont pas forcément connus.



notices

Dynastie Tang (618 - 906)

C'est une période de réunification de l'Empire, et de nouvelles impulsions dans le domaine de l'art.
Le bouddhisme détermine l'iconographie religieuse, en particulier la sculpture.
La peinture de paysage prend une dimension intellectuelle et l'utilisation de la couleur se développe. Le style "bleu et vert" apparaît.
De grands artistes ont marqué l'art chinois : Yan Lipen (600 - 673), Li Sixun (651 - 716), Wu Daozi (689 - 758).
Au 8e siècle, les styles se diversifient. Le poète Wang Wei (699 - 759) crée un nouveau style de paysage utilisant le lavis d'encre.
Les œuvres ont disparu et sont connues par des copies.




notices

Cinq dynasties (906 - 960)

D'un point de vue politique, des chefs militaires prennent successivement le pouvoir, ce qui provoque un état d'anarchie.
En peinture, c'est l'âge d'or du paysage. Jing Hao (vers 870-940), dans son Essai sur l'utilisation du pinceau, conseille au peintre de "rechercher la vérité absolue" et "d'être en liaison directe avec les principes de la nature". L'artiste, à partir de l'observation de la nature, crée une atmosphère irréelle, une visualisation de l'univers. Le paysage prend un sens symbolique : l'insignifiance de l'homme face à l'immensité de la nature.
Les œuvres ont disparu et sont connues par des copies.




notices

Dynastie Song (960 - 1279)

Cette dynastie se divise en deux périodes : dynastie Song du Nord (960 - 1126), dynastie Song du Sud (1127 - 1279). La dynastie Song du Nord restaure l'autorité sur la Chine historique. C'est une période favorable aux innovations techniques. Les empereurs cultivés s'entourent d'intellectuels. Les lettrés deviennent une élite privilégiée.
Une peinture réaliste se propage. L'esprit libre des peintures se fige dans une peinture de cour officiel et impersonnel avec la création d'une académie par l'empereur Huizong, lui-même peintre et calligraphe.
Avec la dynastie Song du Sud, la peinture devient l'art des lettrés et des moines Chan (Zen). Elle se libère des contraintes de la peinture officielle et s'exprime par le trait, proche de la calligraphie.




notices

Dynastie Yuan (1279 - 1368)

Les Mongols de Gengis Khan renversent la dynastie Song et donnent naissance à la dynastie Yuan.
L'artiste prône un retour à l'antique, comme une volonté d'opposition au pouvoir mongol. Zhao Mengfu (1254 - 1322), qui accepte un rôle à la cour, privilégie les paysages et les peintures de chevaux. Son style simple s'oppose aux peintres académiques.
Le paysage atteint son apogé avec les quatre grands maîtres : Huang Gongwang (1269 - 1354) , Ni Zan (1301 - 1374), Wu Zhen (1280 - 1354) et Wang Meng (1308 - 1385). Leurs œuvres resteront une référence constante.




notices

Dynastie Ming (1368 - 1644)

Restauration de l'unité politique et morale. En 1420, construction de la Cité interdite à Pékin.
Les peintres ne sont plus en opposition avec le pouvoir, ils s'investissent dans de nouvelles formes de création, tout en restant tourné vers le passé.
Tandis que la peinture de cour se fige en un académisme, la peinture des lettrés reste indépendante et critique.
Cette période connaît aussi une importante résurgence de la peinture bouddhique.






notices

Dynastie Qing (1644 - 1911)

La peinture se tourne vers le passé en particulier vers les maîtres Yuan. Les lettrés suivent plusieurs tendances : le style traditionnel avec les quatre Wang : Wang Shimin (1592 - 1680), Wang Jian (1598 - 1677), Wang Hui (1632 - 1720), Wang Yuanqi (1642 - 1715), et le style individualiste avec des artistes comme : Zhuda (1626 - 1705), Shitao (1642 - 1707), Hua Yan (1683 - 1756).
A la cour, les missionnaires jésuites sont proches de l'empereur Qianlong, en particulier Giuseppe Castiglione. Ils font connaître les techniques de la peinture européenne : la perspective, le traitement des volumes.