musée de la Chartreuse à Douai




Découvertes dues au récolement décennal
au musée de la Chartreuse

 


Oeuvre restituée : Statuette en bronze, Antinoüs ou l'Orateur

Cette statuette en bronze, datée des 1er ou 2e siècle, appartint à l'abbé Augustin Carlier, vicaire puis curé de Bavay de 1775 à son décès avant d'intégrer les collections du musée de Douai en 1833.

Elle en disparaît dans des circonstances cocasses : le 3 juillet 1901, profitant apparemment de l'absence du surveillant de la salle d'archéologie, parti dîner, un personnage s'empare de la statuette, ainsi que d'un ensemble de 17 autres objets.

Le voleur, un certain Monsieur Richard, sera arrêté en flagrant délit de vol au musée de Compiègne deux semaines plus tard, en possession de la liste des objets volés à Douai (!) ; les enquêteurs font aussitôt le rapprochement mais échouent à retrouver ces derniers. Le temps - et les guerres - passent et cette histoire est complètement oubliée à Douai, où l'oeuvre est mentionnée dans les ouvrages spécialisés comme détruites en 1944.

Le 19 janvier 1904, le musée des beaux-arts de Boston l'a pourtant achetée en toute bonne foi à Edward Perry Warren (1860-1928), collectionneur et esthète, pour un montant de 74.100 $. Bien entendu, le musée américain ignore tout de la provenance de l'oeuvre.
C'est à l'occasion de l'exposition actuellement organisée par le Forum antique de Bavay, qui demande la pièce en prêt à Boston en 2012, que ces deux institutions s'aperçoivent qu'il y a un problème : la statuette bostonienne ressemble trait pour trait à celle qui a été photographiée à Douai par Augustin Boutique à la fin du 19ème siècle.

Dès lors, Boston et Bavay alertent le musée de la Chartreuse, qui entreprend des recherches et découvre dans les archives les traces du vol commis en 1901. L'appartenance de l'ouvre aux collections publiques françaises étant ainsi démontrée, le musée de Boston, informé, entreprend aussitôt de demander un « deacessionning » et décide de restituer gracieusement la statuette.