musée de la Chartreuse à Douai




Découvertes dues au récolement décennal
au musée de la Chartreuse




Projet d'une base de données des oeuvres disparues en Nord-Pas-de-Calais

Le nombre important d'oeuvres disparues pendant les guerres et susceptibles de réapparaître un jour sur le marché de l'art a débouché sur une réflexion globale menée au sein de l'association des conservateurs des musées du Nord-pas-de-Calais :
à savoir l'élaboration d'une documentation spécifique des collections des musées de la région, disparues pendant les guerres. Cette documentation devrait être en ligne sur notre base régionale Musenor, nous l'espérons, en 2018.

Le résultat de ce récolement des oeuvres «disparues» devra, bien entendu, être communiqué au public, pour au moins deux raisons :
- même disparue, mais bien documentée, une oeuvre est toujours un objet de recherche potentiel pour un chercheur.
- le musée est bien placé pour le savoir, les oeuvres disparues en cas de vol - même lorsqu'on les pense détruites - peuvent, en règle générale, finir par réapparaître...

Afin de mieux informer les marchands et les maisons de vente aux enchères de la provenance d'une oeuvre qui leur est proposée, il est nécessaire que le musée de Douai inscrive ses «disparus» sur les bases de données nationales (Joconde, Musenor, TREIMA) et internationales (Interpol, la question restant ouverte pour le Art Loss Register).

Cette information pourra, ainsi, servir à tout acquéreur potentiel, privé ou public, en lui évitant de tomber par la suite sous le coup d'une procédure pour vol et recel d'un objet appartenant aux collections publiques françaises, trésor national, inaliénable et imprescriptible.