musée des beaux-arts de Dijon




2000 ans d'art du verre dans les collections




Antiquité et Orient

Antiquité
Le Proche-Orient est le berceau de l'industrie du verre et ces régions de la Méditerranée connaîtront tout au long de l'Antiquité romaine des ateliers réputés.
Apparu dès le IIIe millénaire, le verre ne fut tout d'abord utilisé que pour la fabrication de perles. Les premiers récipients réalisés dans cette matière se rencontrent à partir du IIe millénaire en Mésopotamie, puis en Egypte. La production d'un verre opaque et coloré apparaît au Moyen Empire à la XIIe dynastie (vers 2060 - 1785 av JC).
Cette pâte de verre colorée est décorée d'incrustations polychromes, on l'enrichit d'applications de filets de verre de couleur.
L'objet le plus ancien de la collection est la petite amphore ("amphoriskos"), comparable aux exemplaires phéniciens des VIe et Ve siècles av. J.C.
A l'origine le verre est moulé. Le soufflage du verre constitue un progrès capital qui transforme radicalement l'histoire du verre, dans la 1ère moitié du Ier siècle av. J.C. (Phénicie). Ce changement de technique permet la grande diffusion des objets, grâce à la rapidité d'exécution et à la possibilité de créer une grande variété de formes.
Le verre soufflé n'apparaît en Egypte que vers le IIe siècle ap. J.C., à l'époque grecque et romaine (30 av. J.C. - 395 ap. J.C.).
On trouve des ustensiles pour la vaisselle (verres, assiettes, plats...), la toilette (balsamaires, aryballes contenant des onguents, des huiles et du parfum) et la parure (bracelets, boucles d'oreilles, perles). Le musée conserve deux objets utilisant cette technique, une coupe et un fragment de pyxide.

Orient
Après la période copte (395 - 641), l'Egypte est conquise par les Arabes en 639. Ils y introduisent leur langue, leur civilisation et leur art. Les traditions verrières se poursuivent sous la domination musulmane en Syrie et en Egypte, de mÍme qu'en Irak et en Iran, avec l'avènement de la dynastie des Mameluks (1250 - 1450) et spécialement au Caire, grande capitale du nouvel empire. La verrerie islamique connaît son apogée artistique avec des pièces au riche décor émaillé et doré (bouteilles, coupes, lampes de mosquée). Le décor joue sur un répertoire géométrique (entrelacs, médaillons), floral (palmettes, fleurs) ou animal. Le musée conserve un objet provenant d'Egypte, une bouteille datée de la période Mamelouk de 1390 à 1517.