musée de la Vie Bourguignonne - Perrin de Puycousin




Bourgogne en coiffes



Histoire des coiffes bressanes


- Répartition géographique :

La coiffe bressane se porte dans le pays s'étirant de la Saône aux collines du Revermont et de la vallée de la Seille au rebord du plateau des Dombes. Mais il est difficile de repérer tous les types de coiffes portés dans cette région car les variantes qui ne résident parfois qu'à une manière de repasser un fond, sont légion et aujourd'hui, il est difficile d'attribuer telle ou telle coiffe à un territoire. Les variantes se déclinent à partir de trois éléments :
- un fond en étoffe légère plus ou moins décoré,
- une ruche plus ou moins dense,
- une mentonnière.

La coiffe kélire se porte généralement avec le brelot alors que la coiffe à bourrelet se porte en Bresse Louhannaise avec le chapeau à cocardiau.



- La broderie de la coiffe :

Comment la brodeuse se met-elle à l'ouvrage pour orner ces coiffes ?
Sur le tulle, tendu sur un papier ou un morceau de toile cirée, elle trace son dessin à l'aide d'un modèle.
Elle exécute sa broderie au plumetis qui donne du relief aux motifs (rembourrage à l'aide de points lancés recouvert de points en passé plat).

- Les principaux points :


Point de bourdon, de piqûre et de tige

Point de reprise, de chausson et le point lancé


- Le travail de la repasseuse :

Elle blanchit, empèse et repasse la coiffe.
M. Tortillet décrit ce travail : elle repasse "le fond légèrement amidonné et tuyaute les rangs de la ruche. La repasseuse commence à mettre à l'empois dans un mélange d'amidon cuit et d'amidon cru et d'un peu de borax (...). Les coiffes sont ensuite enroulées et séchées dans un linge de toile épais en attendant d'être repassées. L'empesage est fait dans la journée et le repassage se prolonge souvent fort tard dans la nuit, surtout le samedi soir pour que les coiffes soient prêtes le dimanche matin. La repasseuse se sert de fers à tuyauter (.) composés de deux tiges rondes, ou pointes, plus ou moins épaisses et s'articulant à la façon d'une paire de ciseaux. Elle a plusieurs fers de dimensions différentes. Les autres instruments sont des fers plats à repasser plus petits que ceux utilisés pour le repassage du linge et à bout pointu ; un fer à coque ou cocon, longuement emmanché qui sert surtout pour les coiffes de deuil et à réchaud à charbon de bois".

- Conservation de la coiffe :
D'après Marthe Cuzin, une femme possédait environ une douzaine de coiffes. Ce nombre paraît élevé mais il fallait assurer un roulement car les coiffes se salissaient rapidement, en particulier avec la proximité de la fumée de l'âtre.