Vases grecs antiques







Index A

Alabastre
Elle était destiné à la toilette ou aux rites. Il contenait des substances parfumées : huile et parfum. De petite taille, entre de 15 et 20 centimètres, il est muni d'une embouchure évasée à bord plat ou retourné et d'un goulot très étroit, permettant au liquide parfumé de couler goutte à goutte. Son usage était très répandu aux VIe et Ve siècles av. J.C.

notices


Amphore
Grand récipient à deux anses mesurant de 20 à 100 centimètres de hauteur. Il était destiné à contenir du vin, des olives, de l'huile ou des condiments (à l'époque romaine par exemple, le garum, sauce de poissons y était conservé). Les premiers spécimens décorés apparaissent en Grèce dès l'époque géométrique. Pendant les VIe et Ve siècles av. J.C., le modèle à grosse panse et à anses plates ou rondes, prédomine. Simultanément, à partir du VIe siècle av. J.C. s'impose un modèle à panse ovoïde et à décor en bande continue. Mais la forme du col, du bord de l'épaule et du pied évolue, de même que celle des anses, offrant aux céramistes d'autres possibilités créatives.
L'amphore panathenaïque est pansue et repose sur un pied étroit et court. Elle était remise, remplie d'huile, en récompense aux athlètes vainqueurs des jeux panathenaïques.

notices


Amphorisque
Elle a la forme d'une amphore miniature, elle mesure en moyenne une dizaine de centimètres de hauteur. Elle fait partie de la famille des récipients de toilette. Comme l'aryballe, elle était destinée à contenir des parfums et des onguents. Elle est munie d'une embouchure évasée et d'un goulot très étroit, permettant au liquide parfumé de couler goutte à goutte.

notices



Aryballe
Vase de petites dimensions, d'une dizaine de centimètres de hauteur, destiné à contenir des huiles parfumées. L'aryballe fait partie de la famille des récipients de toilette. Il est caractérisé par un corps large, un col étroit et parfois par une anse unique. Il jouissait d'une grande faveur auprès des athlètes grecs qui y conservaient les huiles dont ils s'enduisaient le corps pour les compétitions. Dès la fin du IXe siècle av. J.C., les potiers corinthiens en fabriquent en grande quantité pour l'exportation de ce liquide précieux.

notices



Askos
Vase à verser à fond plat mesurant de 8 à 20 centimètres de hauteur. Sa forme rappelle, généralement, celle d'une outre en peau. On en connaît plusieurs variantes : la plus courante a un corps gonflé, légèrement écrasé sur les côtés, et une embouchure décentrée, une autre à un corps annulaire sur lequel est implanté un col, parfois figuratif et souvent zoomorphe. Les céramistes grecs en produisent aux Ve et IVe siècles av. J.C. Plus tard, et avec quelques évolutions, l'askos sera fabriqué dans les ateliers italiotes.

notices