musée des Arts décoratifs à Bourges




Jeux et jouets






Le jouet dans le développement de l'enfant

Le jouet joue un rôle essentiel dans l'éveil de l'enfant. Il est un outil de développement sensoriel et de socialisation.

Jeux d'adresse

Le jeu "Les Bouteilles : jeu d'adresse japonais" offre la possibilité, à partir d'un lanceur, d'envoyer des projectiles oblongs dans des réceptacles. Ce jeu, commercialisé vers 1914, mêle plusieurs influences. En effet, le panneau vertical est orné de la figure d'un clown, tandis que le support horizontal est décoré d'une scène orientale. A partir du même mécanisme et de la même disposition de panneaux, ce jeu semble avoir connu d'autres variantes notamment sous le titre "Bataclan".



Autre jeu de lancer, les quilles existent sous de nombreuses variantes et ne sont d'ailleurs pas seulement destinées aux enfants. Vers 1903, on trouve dans les catalogues des grands magasins des quilles en composition peinte (mélange à base de pâte de bois ou de papier) sur support de bois représentant des gendarmes, musiciens, clowns... Le musée en présente une série de neuf, en forme de "clowns" aux habits colorés, collerettes autour du cou et petits chapeaux.
La "toupie" a elle aussi connu de nombreuses variantes. Nous la trouvons ici sous la forme d'une poupée en biscuit habillée d'une robe bleue et montée sur un pivot métallique.

Jeux intellectuels

Des jeux semblent surtout reposer sur un plaisir intellectuel : jeu de langage, dessin, observation. Ils peuvent se prêter à une pratique solitaire ou en groupe.

A classer dans les jeux de langage, le coffret "Calembourgs" renferme des cartes illustrées de personnages, d'objets ou d'animaux. En associant ces signifiants, on crée un nouveau signifié. Par exemple "cor" et "billard" forment le mot "corbillard".

Le "Jeu des mimes ou arabesques mouvants" repose sur le sens de l'observation. A partir de cartes représentant des scènes : "Les danseurs chinois", "Les Bocceurs" [sic], "Les conscrits", il faut reconstituer ces personnages à l'aide de silhouettes prédécoupées.

La vue est également mise à l'épreuve avec ce "Jeu d'Ovide ou de métamorphoses", primé au concours Lépine en 1923. Il repose sur un système complexe de manettes qui permet de faire défiler différentes morphologies des parties du visage et ainsi de créer de multiples profils. Le but de ce jeu a donc un rapport très éloigné, en dépit de son titre, avec le poème épique et mythologique d'Ovide.

Jeux de simulacre

Le jeu d'imitation joue bien sûr un rôle important chez l'enfant. Il peut s'appuyer sur le détournement d'un objet : bâton de bois en guise d'épée, mais les fabricants de jouets ont bien sûr proposé des jouets plus élaborés.

Ainsi la firme Nicolas & Keller propose vers 1910 la "Boîte du facteur". Cette firme est installée rue Atlas à Paris et ses produits portent donc souvent la marque "NK Atlas". La mallette à porter au cou contient la parfaite panoplie du préposé : formulaires postaux, billets de banque, télégramme, tampon encreur… Plus émouvant, un petit récit écrit d'une main enfantine a été retrouvé dans le coffret, trace de l'usage de ce jeu, évoquant une offensive militaire entre Soissons et Reims.

La petite fille peut, quant à elle, exercer ses talents de ménagère avec une "machine à coudre" en modèle réduit. Celle-ci, que l'on peut dater de 1906 environ, est en métal peint orné de motifs floraux. Son mécanisme reprend le principe d'une véritable machine et peut donc tout à fait effectuer quelques points de couture. Ce jeu illustre la capacité des manufactures de jouets à intégrer les dernières avancées techniques.