musée des Arts décoratifs à Bourges




Jeux et jouets




Le jouet reflet de son époque

Les fabricants de jouets sont à l'affût des événements et des personnages qui marquent leur époque.
Ils s'en inspirent afin de renouveler leur gamme et de susciter l'intérêt de leur «clientèle».

Les personnalités à la mode

Le duo de clowns formé par Footit (Tudor Hall, dit George) (1864 -1921), clown anglais et Chocolat (Raphael Padilla, dit) (1868 - 1917) artiste d'origine cubaine, a connu une belle carrière en France.

Des artistes tels que Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) ou Pablo Picasso (1881-1973) les ont représentés.

A l'image des produits dérivés actuels, les industriels du jouet s'en sont également emparés. Le musée expose ainsi le jeu d'adresse "Footit et Chocolat ou les chapeaux cascadeurs", commercialisé vers 1903. Les chapeaux sont de petits cônes de papier que l'on doit lancer dans des cases à points.

De même, les lieux de spectacle peuvent entrer dans la salle de jeux grâce à une version miniaturisée. Ainsi, alors que le théâtre d'ombres remporte un grand succès à Paris avec des établissements tels que le «Théâtre de Séraphin» ouvert au Palais Royal en 1784 ou le cabaret montmartrois «Le Chat Noir» fondé en 1887 par Henri Rivière, l'éditeur Léon Saussine en propose une version enfantine avec "Le Petit Séraphin". Ce théâtre jouet que l'on peut dater de la fin du 19e siècle propose plusieurs décors issus des ateliers d'imageries P. Didion à Metz et Pellerin à Epinal.

Les jouets les plus anciens présentés à l'Hôtel Lallemant mettent en scène un personnage célèbre au 19e siècle, "Le Mayeux". Ce bossu, créé par le caricaturiste Chales-Joseph Traviès des Villers (1804 - 1859), représente la petite bourgeoisie. Il a connu une telle renommée que Balzac (1799-1850) le reprend dans deux articles parus dans «La caricature» en 1831.
Le Mayeux prend au musée la forme d'un cavalier et d'un fantassin. Le premier est un jouet à tirer : le personnage monte un cheval cabré, l'ensemble repose sur un plateau à roulettes. Le second porte un bonnet à poils et son paquetage sur le dos. Les deux sujets sont en composition peinte.

Evénements historiques

Plus près de nous, le jeu de massacre "KAMERAD !" est contemporain de la première guerre mondiale. Les soldats et le dirigeable allemands sur supports de bois peuvent basculer et apparaissent alors respectivement les mains en l'air et en flamme. L'image en arrière-plan montre également de manière crue un soldat français aux pantalons garance enfonçant sa baïonnette dans le ventre d'un ennemi.

La colonisation était un fait marquant au début du 20e siècle et les éditeurs de jouets ont donc repris ce thème. La firme « Les Jeux Réunis » édite ainsi un "loto", dont le couvercle porte une illustration mettant en scène une femme asiatique et deux hommes européens en uniforme autour d'un narguilé (le tabac n'est pas encore tabou !).