musée du Berry à Bourges




Collections ethnologiques et égyptiennes





Collections ethnologiques : cornemuse

La cornemuse est connue de l'Inde à la façade atlantique. En France, elle est jouée dans les milieux populaires à partir du Moyen Age. Puis, aux 17e et 18e siècles, elle est adoptée par l'élite sociale sous la forme de la musette. Cette version de l'instrument est très richement ornée et son sac est rempli grâce à un soufflet et non par un tuyau d'insufflation. Mais, durant cette période, elle est restée en usage dans les milieux populaires ; et des fabricants, dans les régions, continuent de faire évoluer sa morphologie.

La famille des cornemuses présente de nombreuses déclinaisons. Les instruments en usage dans le Centre de la France sont dits “ à trois voix ” car ils comprennent deux bourdons et un chalumeau (on parle dans cette aire de hautbois). Les deux premiers tuyaux réalisent des notes en continu, alors que le chalumeau, où se placent les doigts, joue la mélodie. Un dernier tuyau, le porte-vent ou bouffoir, permet de remplir la poche. Leurs plus anciens représentants conservés aujourd'hui comportent des motifs gravés rehaussés d'étain.

La cornemuse exposée au musée du Berry est un exemple de ce type de fabrication. Elle présente une souche, le boîtier, portant le chalumeau et le petit bourdon placés en parallèle. Le grand bourdon, porté sur l'épaule, est muni d'une anche simple. La poche, remplie à l'aide du bouffoir, est en peau de chèvre

Le décor d'étain, caractéristique de la seconde moitié du 18e siècle, est présent sur le boîtier, les bourdons et le bouffoir mais pas sur le chalumeau. En fait, celui-ci est sans doute postérieur car il présente une bague de corne, habituelle pour les cornemuses fabriquées au 19e siècle. Cet instrument est ainsi arrivé jusqu'à nous dans un état incomplet. En effet, outre cet ajout, on peut noter la disparition de la partie centrale du grand bourdon, celui-ci devant présenter trois parties. La souche du bouffoir n'est sans doute pas non plus d'origine.

Le musée du Berry conserve une autre cornemuse (numéro d'inventaire 1966.34.3) également à trois voix. Elle fait partie des cornemuses fabriquées au 19e siècle présentant une bague de corne sur le boîtier, ornée d'un décor gravée sur les bourdons, le chalumeau et le boîtier.
Elle est attribuée à Jean Sautivet (1796 - 1867) fabricant et joueur de cornemuse originaire de la région de Bourges.