logo chantilly

         musée Condé, Chantilly




La collection d’antiques du duc d’Aumale



année de mise en ligne : 2005



Si les riches collections de peintures, de manuscrits précieux et d'objets d'art du musée Condé sont bien connues, la remise en valeur du cabinet d'antiques permet de faire découvrir au public les collections archéologiques du duc d'Aumale.

Pourquoi ce goût pour l'archéologie ? Rappelons que le prince a épousé en 1845 une cousine napolitaine, Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, princesse de Salerne, et que dès 1844 il se rendait régulièrement à Naples - d'où de fréquentes excursions à Pompéi et Herculanum. Avec tous les égards dus à son rang, on lui présente les fouilles et on lui offre parfois des pièces - majeures ! De là, une collection très impressionnante de bronzes et de verreries pompéiennes.
En 1854, il rachète la collection de tableaux et d'antiques de son beau-père, le prince de Salerne, après le décès de ce dernier, et acquiert ainsi plusieurs marbres décoratifs et de belles mosaïques romaines.

De plus, chaque été, le collectionneur se rend en Sicile, où la famille d'Orléans possède le Palais-Royal de Palerme et se passionne pour l'archéologie, et parcourt avec ses frères les sites de la Grande Grèce.

Le duc d'Aumale, comme tous les grands collectionneurs de son temps, va aussi acquérir en vente publique des pièces prestigieuses ; c'est le cas du vase de Nola (vase grec à figures rouges), ou d'une série de terres cuites grecques dites de Tanagra. Parmi ces pièces, certaines se révéleront fausses mais n'en témoignent pas moins du goût d'un prince collectionneur de la fin du 19e siècle : l'honnête homme se devait de posséder, outre des tableaux, des dessins, et une bonne bibliothèque, des témoins de l'Antiquité.
Quelques pièces égyptiennes (oushebtis, etc.) entreront ainsi à Chantilly. L'archéologie nationale ne sera pas non plus laissée de côté.

Cet ensemble d'environ 150 pièces est typique des grandes collections d'antiques de la fin du 19e siècle : on y trouve Rome et Pompéi, Athènes et la Grèce, l'Egypte aussi, et sa diversité est remarquable. Toutes les techniques sont représentées : bronzes, verres, marbres, mosaïques, terres cuites, etc.

Texte de Carine Prunet, service des musées de France
validé par Nicole Garnier, conservateur en chef du musée Condé


Découvrez les notices de la collection :

Préhistoire et protohistoire :

notices


Antiquités égyptiennes :

notices


Antiquités grecques :

notices


Antiquités étrusques et italiques :

notices


Antiquités romaines et gallo-romaines :

notices


Objets douteux ou faux :

notices


Ensemble des collections antiques :

notices



Bibliographie :

• Ludovic LAUGIER. "De l'Egypte à Pompéi : le cabinet d'antiques du duc d'Aumale" Catalogue de l'exposition organisée au musée Condé, Chantilly, du 5 juin au 9 septembre 2002. Ed. Somogy - musée Condé, 2002.