musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg




Sculpture romane en Alsace





Strasbourg

La cathédrale romane
Vers 1015, l'évêque de Strasbourg Wernher posa les fondations d'une basilique semblable à celles de Rhénanie. Terminée après 1050, elle fut agrandie à la fin du 11e siècle. Le chœur avec abside unique surmontait une crypte, tandis qu'à l'ouest s'élevait un massif monumental. De nombreux incendies entraînèrent la reconstruction complète de l'édifice en 1190. De la période romane subsistent les fondations (dégagées lors de fouilles entreprises entre 1907 et 1911), des parties du chœur et de la crypte.
Les vestiges romans de la cathédrale de Strasbourg conservés au Musée de l'Œuvre Notre-Dame proviennent soit du chœur, soit de la tour de croisée, soit des parties orientales, soit du cimetière et quelques autres emplacements.
Ils ont été excavés ou déposés lors de campagnes de restauration (notamment dans les années 1840).




notices

Vestiges civils et religieux
Les travaux d'urbanisme à Strasbourg ont permis de mettre au jour des vestiges de l'architecture romane, sauvegardés pour la plupart par la Société pour la Conservation des Monuments historiques d'Alsace puis mis en dépôt au musée. Des fragments, tel celui d'un chancel, avaient servi de remploi et ont été retrouvés encastrés dans les murs de certains édifices.
Certains vestiges proviennent d'anciennes églises disparues comme l'église Saint-Martin, l'abbatiale Saint-Etienne, l'église rouge de Schiltigheim ou encore les parties romanes de l'église Saint-Pierre-le-Vieux. Un tailloir isolé provient du cloître roman de l'église Saint-Pierre-le-Jeune.
D'autres fragments témoignent de l'architecture civile comme la chapelle de la rue de l'Ail, la maison canoniale "Au Romain " et des encadrements de fenêtre.




notices