logo strasbourg

                         musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg




Sculpture romane en Alsace



année de mise en ligne : 2009


Développé tardivement en Alsace, l'art roman s'y manifeste durant les deux derniers tiers du 12e siècle et se prolonge jusqu'en 1230 environ. Cette période coïncide avec l'avènement dans la région des seigneurs de Hohenstaufen, ducs de Souabe et d'Alsace, puis rois et empereurs du Saint Empire romain germanique. Ils font profiter ce territoire de leur puissance et d'une exceptionnelle ouverture sur le monde, fondent et dotent de nombreuses églises et abbayes, et construisent une multitude de châteaux. Les vestiges, nombreux, témoignent de la prospérité de la région entre 1150 et 1250. C'est aussi à cette époque que les grandes abbayes s'enrichissent et reconstruisent somptueusement leurs églises.

La sculpture n'apparaît que rarement sur les édifices du premier art roman, appelé sur le Rhin "art ottonien". Les huit colonnes provenant de l'ancienne église de Mutzig sont caractéristiques de cet art robuste, aux chapiteaux d'une grande simplicité et d'un type unique appelé "cube rhénan". Le 12e siècle voit l'épanouissement de la sculpture, qui ne peut être dissociée de l'architecture. Les portails des églises s'enrichissent et les chapiteaux se couvrent dès la fin du 11e siècle d'entrelacs, de rinceaux et d'animaux fabuleux comme en témoignent les chapiteaux de Blaesheim. Cette production abondante voit l'évolution du traitement en méplat, de faible relief, comme sur les tailloirs du cloître d'Eschau, jusqu'à la figure en ronde bosse, qui se déploie au transept sud de la cathédrale après 1210.

La section romane du musée réunit un ensemble de statuaires (reliefs, têtes, plaques), d'éléments d'architecture (chapiteaux, tailloirs, colonnes, etc.) et d'objets d'église (bénitiers, cuves baptismales, lavabo, sarcophages) des 11e et 12e siècles provenant de différentes églises alsaciennes, ainsi que des vestiges de l'architecture civile.
Ces objets ont été en grande partie recueillis par la Société pour la Conservation des Monuments historique d'Alsace entre 1855 et 1916, puis déposés au musée de l'Œuvre Notre-Dame.

L'étude de la sculpture romane du musée a été menée avec la collaboration de Suzanne Braun, docteur en histoire de l'art, dont la thèse a porté sur l'art roman en Alsace.

Cécile Dupeux, conservatrice au musée de l'Œuvre Notre-Dame à Strasbourg
Jeannette Ivain, service des musées de France