Base de données Archim - Archives nationales - France

< Archives nationales - Page d'accueil

Photographies relatives aux camps français d'internement pendant la Seconde Guerre mondiale : 1939-1944

> >CONSULTER LA BASE DE DONNÉES

Les camps d'internement sont apparus dès 1939 afin de regrouper, notamment, les réfugiés étrangers allemands ou de la guerre civile espagnole. Entre 1940 et 1944, les camps se multiplièrent sur l'ensemble du territoire. Y étaient internés les victimes des législations antisémites et de manière générale de persécutions raciales, ainsi que les opposants au régime de Vichy, comme par exemple les résistants ou les communistes. Certains de ces camps furent le point de départ vers les camps d'extermination. Initialement, l'administration des camps d'internement français fut confiée au ministère de la Guerre avant d'être rattachée, en novembre 1940, au secrétariat général à la police du ministère de l'Intérieur.

L'inspection générale des camps fut créée en septembre 1941. Chargée du contrôle des camps, elle dressait un rapport à la suite des inspections qu'elle y effectuait. Les inspecteurs réalisaient, au cours de ces inspections, des clichés qui venaient à l'appui de ces rapports. Les photographies présentées dans ce dossier sont une sélection de ces clichés. Au nombre de 67, elles portent sur 9 camps différents : Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence), Les Milles (Bouches-du-Rhône), Récébédou (Haute-Garonne), Pithiviers (Loiret), Gurs (Pyrénées-Atlantiques), Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), Brens (Tarn), Saint-Sulpice-La-Pointe (Tarn), Saint-Paul-d'Ejeaux (Haute-Vienne). Le fonds de l'Inspection générale des camps dont proviennent ces rapports et clichés, est conservé aux Archives nationales dans la sous-série F/7 sous les cotes F/7/15086 à F/7/15111.
Ces dossiers sont librement communicables au CARAN.
Ces photographies constituent une source iconographique unique de par le nombre de camps concernés.

Elles représentent aussi bien les internés dans leur vie quotidienne que les installations, baraques, barbelés et miradors. C'est néanmoins une vision officielle qui nous est offerte, gommant ainsi les aspects les plus tragiques de l'histoire des camps d'internement en France.