L'Hotel Kinsky

L'Hôtel Kinsky, qui abrite aujourd'hui une des directions du Ministère de la Culture et de la Communication - la direction de la Musique, de la Danse, du Théâtre et des Spectacles a été construit sous sa forme primitive en 1770 sur les plans de Claude Nicolas Ledoux à l'initiative d'Elisabeth de Lamoignon, épouse séparée d'Armand de Gourgues, Président du Parlement.
Jusqu'au décès de sa première propriétaire en 1773, l'Hôtel Kinsky s'appela donc "Hôtel de Gourges".
Le 7 août 1773, l'Hôtel accueille Marie Léopoldine Palffy, comtesse et petite-fille d'un palatin de Hongrie, veuve depuis plusieurs années du prince Kinsky.

Elle a alors 44 ans et arrive de Prague et de la Cour de Vienne où elle s'était liée avec le duc de Choiseul, alors ambassadeur de France. Personnage quelque peu secret et mal connu, la Princesse Kinsky va profondément marquer de son empreinte la demeure qui porte son nom. Elle y fera réaliser pendant 20 ans, sous l'autorité de trois architectes successifs, Houlié, Cauvet et Bénard, de remarquables travaux d'aménagement et de décoration qui révèlent autant la recherche d'un idéal de beautéet d'harmonie qu'un attachement passionné pour le lieu. Cultivée, amie des arts et des artistes, la princesse ne limita pas toutefois son intérêt à des préoccupations d'aménagements intérieurs.

La lecture mais aussi la musique occupaient une part prépondérante de sa vie.
Dans le salon de musique ou dans le salon de compagnie, autour de trois clavecins richement décorés, on donnait régulièrement des concerts dirigés par Léontzi Honauer.
Ce musicien, que la princesse garda plus de 15 ans à son service, logeait dans la partie nord du bâtiment donnant sur la rue Saint-Dominique.

La princesse Kinsky mourut en 1794, paisiblement chez elle, en pleine période révolutionnaire, sans avoir beaucoup modifié sa façon de vivre.
Après cette époque dorée, le bâtiment vécut de nombreuses années d'instabilité tant en ce qui concerne ses propriétaires successifs que les aménagements plus ou moins heureux qui lui furent apportés.

C'est d'abord le richissime collectionneur britannique William Beckford qui acquiert le bâtiment en 1801.
L'Hôtel tel est ensuite notamment la propriété du maréchal Lannes (1804), du général Walther (1807) et du duc de Gramont (1822).
En 1862, il appartient au baron Seillière qui fait réaliser des transformations importantes, essentiellement la surélévation du bâtiment donnant sur le parc. Racheté par un riche industriel, Alfred Cibiel, la propriété est ensuite mise à disposition de Charles de Pomairols, poète, romancier et critique. Louis Louis-Dreyfus, banquier et député de la Lozère l'acquiert en 1919 et réalise des travaux dans la partie donnant sur la rue Saint-Dominique.
Réquisitionné sous l'occupation, l'Hôtel Kinsky devient finalement propriété de l'administration en 1945.

 

les colonnes près du grand escalier les lis des Bourbons grand escalier

L'Hôtel Kinsky devient, entre 1881 et 1890, l'ambassade d'Espagne, ce qui explique la présence des lis des Bourbons sur la rampe du grand escalier de pierre.
retoursuite