Celui qui a fait ces annales a passé plus de trois ans à ramasser ce qu'il a pu apprendre de la bouche de sauvages qui ont bâty les premières cabanes à la Prairie, ce qu'il a trouvé imprimé dans sa dernière relation de 1670-1671 et dans la manuscrite depuis 1671 jusques à 1679. Il a entendu dire ces choses de la bouche des François qui sont à la Prairie habitans, lesquels luy disoint les choses de très grande édifictation de quelques sauvages et sauvagesses décédés très chrestiennement. L'écrivain s'est appuyé sur tous ces tesmoignages jusques à l'année 1677, mais depuis ce temps-là il a eu luy-mesme en personne la connoissance et l'expérience des merveilles que Dieu a opérées en divers temps dans cette mission du Sault ; une des plus grandes raisons qui l'ont poussé à écrire est la conduitte que Dieu a tenu depuis l'établissement de la mission, laquelle a crû comme la palme sous le poids des persécutions. S'il y a plusieurs choses oubliées qui méritent cepandant d'estre écriptes, s'il y a des contretemps ou quelque chose de brouillé, enfin s'il a fait trop attendre...(1), c'est la faute de ceux qu'il vouloit laisser passer devant ceux qui, sçachant mieux les choses que luy, devoient donner un peu au public la consolation qu'ils avoient reçeu de Dieu. Mais enfin me lassant d'attendre, après avoir fait le récit de la vie de la Bonne Catherine Tegakouita, par le propre mouvement de cette bonne fille, je me suis attaché a faire le récit des actions des hommes illustres que Dieu nous a enlevé et dont il a bien voulu peupler le ciel ; l'écrivain en a connu quatre, dignes enfans, comme leur prédécesseurs, des Pères qui leur ont donné la foy, arrousant leur mission de leur sueur et de leur sang. Le dernier ouvrage est celuy-cy où il marque année par année tout ce qui s'est passé de remarquable dans cette mission avec un receuil particulier des combats et des victoires que les sauvages ont donné contre l'ivrognerie. Les estempes qui sont marquées là sont pour faire connoistre aux sauvages la suitte de leur histoire et les grâces qu'ils ont receu de Dieu depuis qu'ils sont chrestiens.