Noms des Cédéroms destinés au plan de numérisation

Lorsque les images sont livrées sur Cédérom, celui-çi doit porter un label normalisé. le présent document explique le principe de détermination des noms de supports Cédérom.

Définition

On appelle organisme toute entité possédant des fonds iconographiques sur le patrimoine culturel, tels les musées, les centres d'archives départementales, les services régionaux de l'inventaire.

Principes de numérotation

Les noms des supports sont de la forme : FFFXX_NNNNNN_P_V

  • FFF est l'identifiant de l'organisme possesseur du ou des fonds d'images; cet identifiant est contrôlé par le ministère de la culture (direction de l'administration générale) ; sa taille est fixée par le service de tutelle (ex: 5 digits pour les Archives départementales)  ;

  • XX est un identifiant d'un fonds au sein de l'organisme lorsque celui-ci possède ou gère plusieurs fonds ; sa longueur est fixée à 2 caractères alphanumériques

  • NNNNNN est un identifiant unique pour chaque Cédérom d'un même fonds (longueur variable limitée à 6 caractères) ;

  • P indique le producteur du Cédérom : P = I (pour Interne) dans le cas de production par les services de l'organisme; P = E (pour Externe) lorsqu'il est produit par le recours à la sous-traitance ;

  • V est le numéro d'exemplaire du Cédérom ; 1 indique le premier Cédérom gravé portant ce numéro, 2 la première copie, etc.

Caractères autorisés

  • FFFF, XX, NNNNNN ne peuvent contenir que les lettres de A à N et de P à Z en majuscule non accentuées et les chiffres de 0 à 9, à l'exclusion de tout autre signe;

  • P ne peut prendre que les valeurs I ou E ;

  • V ne prend que des valeurs numériques de 1 à 9 ;

Vérifications effectuées par le programme de chargement

  • Vérification que le nom ne contient bien que les caractères autorisés pour chaque champ ;

  • Vérification de la présence du numéro de l'identifiant de l'organisme dans la table des organismes tenue par le Ministère ;

  • Vérification de la présence du code I ou E dans le champ P.

Exemple

Les noms de Cédérom auront donc des formes comme suit :

IVR8200_000010_E_1 pour le premier Cédérom réalisé par une société extérieures et pour l'organisme IVR82 qui ne possède qu'un seul fonds (00).

AD02702_000123_I_3 pour le troisième Cédérom réalisé en interne par l'organisme AD027 qui possède plusieurs fonds.

Remarques

Il est préférable de choisir l’identifiant NNNNNN purement numérique et croissant, complété par des zéros à gauche, c’est-à-dire de la forme 000012.

Lorsque plusieurs sociétés extérieures sont chargées de numériser un même fonds, il convient de leur réserver des tranches de numéros, par exemple de 000001 à 009999 pour la société A, de 010000 à 019999 pour la société B et ainsi de suite. Ce principe peut être aussi retenu dans le cas où il existe plusieurs stations de production de Cédérom dans un même service.

Il est possible d’associer une clé (type clé RIB pour les chèques) à ce nom pour réduire les risques d’erreurs de saisie.


Gravure des Cédéroms

Un peu d'histoire

Une norme internationale ISO-9660 a été établie pour permettre la lecture de Cédéroms sur des machines n'utilisant pas le même système d'exploitation (PC,MAC,UNIX). Cette norme dans sa version initiale (1986) ne traitait que les noms au format DOS 8.3 c'est-à-dire 8 caractères alphanumériques maximum pour le nom, et 3 caractères maximum pour l'extension. De plus, seuls les caractères en majuscules étaient autorisés. Un maximum de 8 niveaux de répertoires était accepté, les noms de répertoires ne devaient dépasser 8 caractères.

Cette norme a donné naissance à plusieurs extensions pour permettre l'utilisation de noms plus longs, La première s'appelle joliet. Cette extension developpée par Microsoft est adaptée au monde windows. L'autre extension baptisée Rock Ridge compatible avec le monde UNIX corresponds aux niveaux 2 et 3 de la norme ISO-9660.


Dans le cas de l'application image, il faut que les Cédéroms soient gravés au format ISO-9660 avec l'option "noms longs" (c.a.d niveau 2/3) pour que le juke-box de la SDSI, qui est connecté à une machine UNIX, puisse lire les fichiers comportant des noms longs (cas des fichiers images normalisés dès le départ).

Si vous utilisez Easy-cd comme logiciel de gravure, ce dernier est tout a fait capable de graver à la norme "officielle" iso9660 niveau 2, on peut alors créer des noms longs lisibles sous unix et sous windows (95/98/nt).


Mode d'emploi sous EasyCD

  • choisir iso9660 (et non joliet par défaut)
  • cliquer sur propriétés
  • sélectionner "noms de fichier longs (<= 30 caractères)".