retour page précédente retour sommaire Représentation des peintures - Technique - p1 représentation des peintures - motifs décoratifs - p1 avance page suivante

représentation des peintures - Style - p1


Style


Figuration de l'espace


Le « Maître de Lusernetta », auteur des peintures d'Auron, emploie dans toutes les scènes narratives le procédé du fond-écran, formé d'un rectangle bleu ceinturé d'une large bande verte.

Dans sa forme primitive - superposition de trois bandes horizontales, ocre, verte et bleue - ce procédé spatial remonte à l'époque paléo-chrétienne et se maintient, à Rome, jusqu'en plein XIIIe siècle.

L'un de ses avatars, le fond-écran où le bleu s'inscrit comme une fenêtre dans le vert, fait florès en Italie du Nord durant toute la période médiévale;
au XVe siècle, il est adopté aussi bien par les peintres appartenant au courant du gothique international que par les générations postérieures.


L'emploi du trompe-l'oeil, pour exécuter la niche et l'étagère accompagnant la signature des deux peintres de la chapelle Saint-Sébastien, n'est pas isolé dans le milieu alpin.

Utilisé par Giacomo Jacquerio à la chapelle du château de Fénis en Val d'Aoste, avec le même motif de stylet, il sera repris par Jean Baleison en 1484 à la chapelle Saint-Sébastien à Celle-Macra en Piémont.

inscription - outils du peintre -


- Milieu et personnalités -
Courants et périphéries -