Retour au sommaire du site

Oeuvres d'art  des Pyrénées-Orientales
Site expérimental réalisé à partir des œuvres d'art des communes de Marquixanes et de Mosset

Retour au sommaire régional

La structure du retable en bois

Eglises
Bible et Evangiles : du texte à l image
Cadre historique
Types d oeuvres
Introduction
Actualités et informations
Crédits et remerciements

L’art du retable naît quand la structure du retable prend la forme d’une véritable architecture, qui sépare et ordonne le contenu narratif par des colonnes et des entablements et le couronne de frontons.

 Le retable est constitué d’une addition des parties qui sont le fruit de spécialisations : la menuiserie (huche, encadrement), le décor architectural (remplage sculpté, profil des arcs, dais, baldaquin), les plates bandes ajourées, sculptées ou peintes, les sculptures : ronde bosse, panneaux en relief, les peintures, la polychromie et la prédelle peinte ou sculptée.

 La caractéristique fondamentale du retable est de présenter un ordre d’architecture comportant niveaux et travées en nombre impair, le plus souvent trois, dont les éléments constitutifs sont invariables : soubassement (prédelle, ou escabeau ou marche pied), corps central, attique et couronnement. Le corps central est composé d’un stylobate (base, colonnade et chapiteau) et d’un entablement (architrave ou linteau, frise et corniche). Au-dessus du dernier niveau prennent place les amortissements, bas reliefs, médaillons. Cet ordre enserre les éléments iconographiques ou narratifs du retable, sous des formes variées, niches à statues, panneaux peints ou sculptés. Sur les côtés, le retable s’orne d’ailerons, chutes de fleurs ou volutes.

Jusque dans les années 1650, le retable est le plus souvent garni de panneaux peints ensuite la formule peinte est remplacée par celle du bas relief, elle-même concurrencée par la formule de la ronde bosse des retables à statues qui rejette les bas reliefs aux seules prédelles. La structure architectonique suit aussi une évolution qui substitue la colonne salomonique aux autres types dans les années 1680, puis qui tord, distend ou interrompt les éléments dans une grammaire baroque, avant de revenir, au siècle dernier, à des formules plus claires et plus aérées.

Le retable du Rosaire
église paroissiale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie
Marquixanes

Le retable de saint Sébastien
église paroissiale Saint-Julien et Sainte-Basilisse
Mosset

Le retable de la Vierge
église paroissiale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie
Marquixanes

Le retable du maître-autel
église paroissiale Saint-Julien et Sainte-Basilisse
Mosset