Sommaire du Ministère de la CultureSommaire des expositions virtuellesLa carte de Itinéraires

 


[Châteaux]

[Fermes]

[Moulins]

[Eglises]

[Peintures murales]

[Retables]

Le canton de
SABLE-SUR-SARTHE


Le canton de Sablé-sur-Sarthe (32.000 hectares) regroupe quatorze communes.

Situé dans la partie sud-ouest
de la Sarthe, il est au contact des départements du Maine-et-Loire et de la Mayenne. La rivière de la Sarthe, qui le traverse d'est en ouest, est un facteur d'unité, car elle constitue un trait d'union entre une partie nord vallonnée, sillonnée de nombreux cours d'eau, et un sud moins contrasté.


Pour nombreux qu'ils soient, les sites archéologiques ne témoignent plus qu'imparfaitement de la vitalité des époques les plus reculées.
Mentionné dès le Xe siècle, le château-fort de Sablé joue un rôle important dans la défense frontalière du comté du Maine. A cette époque, les constructions d'églises et de prieurés se multiplient. Le paysage architectural, lentement élaboré, est appelé à laisser une trace durable dans le canton. Après la guerre de Cent ans, la paix retrouvée est le point de départ díun vaste mouvement de reconstruction dont les témoins se retrouvent aujourd'hui dans les nombreux manoirs, les plus anciennes maisons des villages et les premières fermes et moulins, construits en dur. Jean-Baptiste Colbert de Torcy entreprend la reconstruction du château de Sablé en 1711. Cette demeure - avec le nouvel hôpital et le prieuré de Solesmes - sert de modèle tout au long du XVIIIe siècle qui voit ainsi un profond remodelage du bâti.

Image 1,
Marbre
Ce mouvement accompagne un renouveau économique, annonciateur des transformations du siècle suivant. La production de marbre (image 1), entamée depuis le XVIe siècle, est florissante. Ce matériau est surtout employé pour les cheminées et le mobilier des églises. De nombreux moulins à grain, à tan, à papier fonctionnent sur les rivières. Les voies de communication sont améliorées. De nouvelles routes, le plus souvent rectilignes, relient Sablé à Laval, à La Flêche, à Brûlon, tandis que la liaison avec Le Mans est entamée.

Image 2,
Four à chaux
L'essor économique se prolonge au cours du XIXe siècle. La pratique du chaulage des terres s'intensifie, provoquant une remarquable expansion des fours à chaux (image 2). Cette industrie chaufournière profite de la découverte d'anthracite en 1809, rapidement exploité de manière intense.
L'enrichissement des campagnes contribue au renouvellement spectaculaire du bâti rural. La production marbrière connaît une accélération analogue et se fait désormais dans de véritable usines employant jusqu'à 600 ouvriers.

Image 3,
Le centre de Sablé (41k)
La ville de Sablé remodèle alors entièrement son image urbaine.
Le centre de la ville est bouleversé selon un projet d'urbanisme des années 1830 (image 3). Son extension se poursuit et s'amplifie autour de la gare de chemin de fer à partir des années 1860. Ce mouvement distingue définitivement Sablé des autres bourgs du canton (Parcé, Précigné) qui pouvaient se targuer jusque-là d'une certaine importance. Les modifications du XIXe siècle restent peu importantes dans les autres villages. En revanche, des Èdifices majeurs sont alors construits telles les abbayes bénédictines de Solesmes. Le XIXe siècle voit également fleurir un peu partout l'architecture néo-gothique, le plus souvent, de la reconstruction d'églises paroissiales, de châteaux ou de manoirs.


Ministère de la culture, page d'accueil L'Inventaire général, page d'accueil
Remerciements et crédits

© Inventaire général - ADAGP.
Toute reproduction est soumise à l'autorisation préalable
de l'Inventaire général, auteur des textes et des illustrations.
Pour envoyer vos remarques