Peintures murales en Mayenne



Eglise priorale Saint-Martin (Laval). (39k)
Le département de la Mayenne peut s'enorgueillir de posséder un patrimoine pictural des plus remarquables. Il est d'ailleurs à noter que les premières manifestations de ce dernier, Saulges, remontent à près de 20.000 ans. Le répertoire mayennais offre une bonne vision d'ensemble de la peinture murale depuis le Moyen Age jusqu'à nos jours. 23 sites ont été sélectionnés non seulement en fonction de leur qualité ou de leur intérÍt historique, mais aussi en fonction de leur possibilité de visite. Plusieurs techniques de réalisation sont employées au cours de ce millénaire. Le silicate de potasse, (Saint-Martin-du-Limet), est typique du XIXe siècle. L'huile est principalement utilisée comme médium à partir du XVIIe siècle : Laval (XVIIe et XIXe siècles) ou Craon (XIXe siècle). Les autres peintures procèdent de techniques liées à la chaux, d'usage plus général dans le temps.

Fidèles devant la Vierge à l'Enfant. Saint-Denis-du-Maine (28k)
Le répertoire iconographique présenté dans cet itinéraire reste essentiellement religieux et offre plus qu'un simple regard sur un millénaire d'expression de la foi des hommes. Château-Gontier, Vaiges... témoignent d'un temps où la peinture murale se coulait dans l'architecture pour magnifier la maison de Dieu. Evron garde le souvenir d'une organisation spatiale de type ornemental. Par la suite, malgré des structures de type roman, comme à Neau, la vision microcosmique disparaît devant une foi nettement individualisée : à Saint-Denis-du-Maine, au XIVe siècle, une famille seigneuriale se fait représentée priant la Vierge.
L'église de Saint-Martin-de-Connée reÁoit de multiples images de saints protecteurs. Parfois, comme à Saint-Denis-d'Anjou, la peinture devient plus luxuriante, mais la ferveur y reste tout aussi individuelle.
Le XIXe siècle opère un retour aux sources médiévales de la peinture murale, qui devient alors l'expression même de l'art religieux. Le décor ornemental enchâsse le décor historié à Craon, tandis qu'à Saint-Martin-du-Limet, c'est l'équilibre roman qui est recherché.