Inventaire général

L'ARCHITECTURE RURALE DU TARN-ET-GARONNE
Aux confins du Quercy, du Rouergue et de la Gascogne


Présentation / Les coteaux / Les vallées / Les pays de pierre / Les puits / Les fournils / Les pigeoniers / / / / BIBLIOGRAPHIE

Les pigeonniers

Les paysages du Midi toulousain sont profondément marqués par les silhouettes des nombreuses tours isolées qui abritaient des pigeons. Le département du Tarn-et-Garonne n'échappe pas à cette règle. A l'origine, le droit de construire un pigeonnier aurait été très réglementé, mais il semble bien que, dès le XVIIIe siècle, nombre d'entre eux n'étaient déjà plus uniquement des biens nobles. Si l'élevage des pigeons offrait un réel intérêt pour leur chair comme pour l'engrais tiré de la colombine, la construction d'un pigeonnier présentait surtout l'avantage de conférer à la demeure un prestige indéniable, signe de la distinction sociale de son propriétaire.

Les pigeonniers logés dans des tours ont des plans de forme carrée rectangulaire ou polygonale. Ils possèdent un ou deux étages, sur un rez-de-chaussée parfois ouvert par des arcades ou des colonnes. Le rez-de-chaussée, lorsqu'il est fermé, sert de remise ou de grenier. Il est ouvert au sud ou à l'est par une porte, et peut-être éclairé par une ou deux fenêtres.

VAREN. Lieu-dit Belpech, XVIIIe siècle.

CAYLUS. Lieu-dit Monplaisir. XVIIIe-XIXe siècle.

LACAPELLE-LIVRON. Lieu-dit Laborie, 1810.

GARIES. Lieu-dit Le Bois Long. Pigeonnier, XIXe siècle.

Lorsqu'il possède une ouverture au second niveau, on y accède par une échelle ou, plus rarement, par un escalier extérieur parfois contenu dans une tourelle saillante.

VAREN. Lieu-dit Saint-Vincent.

Les pigeons logent au niveau le plus haut, dans des paniers en osier suspendus aux murs par des clous ; des trous de boulins formés de pots en terre cuite noyés dans la maçonnerie, sont exceptionnels.

PUYLAGARDE. Lugan.

A l'extérieur, des cordons moulurés, des corniches ou des rangées de carreaux en céramique protégeaient les pigeons des incursions des rongeurs.

Les pigeonniers dits en pied-de-mulet sont sans doute les plus répandus, excepté dans le causse.

VALENCE D'AGEN. Castels. Pigeonnier dit "en pied de mulet".

La pente de leurs toits en appentis forment un décrochement médian, où s'ouvrent les trous d'envol, généralement percés dans une planche. Le passage des pigeons s'effectue également par deux ou trois baies disposées dans les murs, ces ouvertures étant aussi munies de panneaux en bois perforés.

Les pigeonniers couverts de toits en pavillon offrent une silhouette plus élancée. Ils sont particulièrement fréquents dans les Pays des Serres, autour de Montaigu-de-Quercy ou de Bourg-de-Visa. Leurs toits, surmontés d'un lanternon plus ou moins pointu étaient toujours couverts de tuiles plates.

LAFRANCAISE. Lieu-dit le Saula, fin XVIIe ou début XVIIIe siècle.

CUMONT. Pigeonnier du château, XVIIIe siècle?

Les pigeons pénètrent par la caisse du lanternon et par une ou deux lucarnes disposées à l'est et au sud.

Selon leur forme, les toits se terminent par un ou plusieurs épis de faîtage au décor variable : simple ornement sphérique, en pierre ou en bois, ou couronnement en céramique vernissée beaucoup plus complexe et surmonté de pigeons.

SAINT-ARROUMEX. Lieu-dit Gayssanes, pigeonnier construit entre 1798 et 1802.

Plus rares, parce que plus anciens, sont les pigeonniers sur colonnes.

LABARTHE. Lieu-dit Petitore, XVIe siècle.

CAYLUS. Lieu-dit Racanières.

La pièce située à l'étage de plan carré, rectangulaire ou, plus exceptionnellement, polygonal, est en pan de bois hourdé de brique. Les colonnes en pierre, munies de chapiteaux en forme de champignons, la rendent inaccessible aux rongeurs.

A côté de ces formes traditionnelles, sur le causse, les pigeonniers prennent la forme d'une tourelle circulaire coiffée d'un toit conique couvert de lauzes.

SAINT-ANTONIN-NOBLE-VAL. Lieu-dit Tarau, 1797. Pigeonnier de plan circulaire couvert d'une coupole en tas-de-charge

PUYLAGARDE. Lieu-dit La Coste. Pigeonnier couvert d'une coupole en tas de charge à extrados en couverture du XVIIe siècle.

PUYLAGARDE. Lugan.

Ils comportent généralement trois niveaux. Le rez-de-chaussée sert de porcherie ou de lapinière ; un poulailler occupe le premier étage, accessible par un escalier extérieur. Seul le troisième niveau, couvert d'une coupole en tas de charge, est consacré aux pigeons. Ils y pénètrent par une petite baie ouverte à l'est ou au sud. Lorsqu'ils sont carrés, les pigeonniers présentent à peu près la même organisation, mais un grenier remplace parfois le poulailler au premier étage, notamment dans la commune de Varen.