1. Hauts-de-Seine, 
Meudon, rue 
des Capucins, villa 
André Bloc, 
« sculpture-habitacle », 
par lui-même, 1964. 




 2. Yvelines,
 Saint-Rémy-les-Chevreuse,
 80 avenue
 du Général-Leclerc,
 maison, par
 André Wogenscky,
 1952 : vues extérieure
 et intérieure.
3 & 4. Paris VIIe, 31 rue 
Saint-Guillaume, maison 
du docteur Dalsace, par 
Pierre Chareau, 
1928-1931: 
vues intérieure 
et extérieure. 


Les villas expriment plus facilement que les autres formes d'architecture, soumises aux règles d'urbanisme, les tendances novatrices. Elles se veulent le reflet d'un art d'habiter idéal, des choix esthétiques et fonctionnels du commanditaire, et sont parfois l'expression d'une relation privilégiée entre le client et son architecte. Ainsi, ces trois maisons d'André Wogenscky, d'André Bloc et de Pierre Chareau témoignent d'une grande liberté dans leur manière d'investir l'espace, de dessiner les proportions et de jouer avec les formes. Le caractère unique et la valeur artistique reconnue de ces villas et hôtels particuliers facilitent la protection de ces «architectures-objets d'art». Les jardins qui participent intimement à ces créations sont généralement pris en compte dans la démarche de protection.

Clichés Jean-Bernard Vialles (1-2) et Daniel Lebée, SDIG (3-4).