Les restaurations modernes


Pignon droit avec la porte d'accès aux reliques ouvertes. La sole, ou partie inférieure de la châsse, n'existe plus ; elle disparut sans doute au cours des nombreuses réparations subies par l'oeuvre au cours des siècles. L'église d'Ambazac ne possède plus aujourd'hui les reliques de saint Etienne de Muret encore mentionnées en 1791

Après la guerre de 1914-1918, ce sont les historiens d'art qui prirent le relai tant par les publications nombreuses et détaillées, qu'au sein des Monuments historiques par trois restaurations successives. Présentée en 1937 à Paris lors de l'exposition sur les Chefs-d'oeuvre de l'art français, elle fut ensuite le fleuron dès 1948 de la première grande exposition sur l'émail champlevé à Limoges.

Près de vingt ans plus tard, la châsse figura en 1965 à l'exposition Trésors des églises de France qui connut à l'époque un très grand succès. A la suite de cette manifestation, l'inspecteur des Monuments historiques, Jean Feray, constata que plusieurs plaques étaient mal fixées. Dès 1966, le restaurateur Lucien Toulouse les redora, révisa les assemblages qu'il consolida ponctuel-lement et effectua un nettoyage global. Cette dernière opération fut reprise en 1990 par Jean-Claude Toulouse, successeur de son père, qui commença le nettoyage à Paris et l'acheva en public, lors d'une manifestation organisée à la Direction régionale des affaires culturelles du Limousin, à Limoges. En 1993-1994, la châsse d'Ambazac figura à l'exposition Légende dorée du Limousin, au musée du Luxembourg à Paris. Un nouveau nettoyage a récemment été pratiqué, en 1995, par Antoine Amarger pour l'exposition conjointe du musée du Louvre et du Metropolitan Museum de New-York, L'Oeuvre de Limoges (1995-1996).

Il peut sembler curieux que cette opération de nettoyage ait été répétée à si peu de distance, ce fait s'expliquant par les conditions alors déplorables de conservation de l'œuvre.

Détail des traces de polychromie subsistant sur l'âme en bois au niveau de la charnière de la porte d'accès aux reliques.


La Châsse de Saint Etienne de Muret : description technique.

La symbolique de la châsse-reliquaire.

Un siècle de restaurations

Objet de convoitises : de proposition d'achat en vols successifs.

L'aventure du vol de 1907.

Le vol de 1907 devient le sujet d'une revue de music-hall.

Sommaire